Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 janvier 2014

Entre banalisation et dramatisation : une voie étroite !

trois singes.jpg

 

C’est peu dire qu’il est énormément question de Dieudonné dans les médias et sur les réseaux sociaux. Au point que beaucoup s’en offusquent. Il faudrait se taire au motif de « ne pas faire de la publicité » à ce triste sire, qui a pour fonds de commerce l’antisémitisme ! Curieux raisonnement qui risque de condamner les citoyens à devenir muets. Car si l’on ne peut plus parler de ce qui est toxique sous prétexte que cela renforce la popularité des nuisibles, ce silence contraint deviendra vite assourdissant ! Pour rester dans l’Hexagone, d’où nous vient la polémique, plus personne ne pourrait dire un mot au sujet de Marine Le Pen et de son parti, de Manuel Valls et de ses méthodes musclées,  d’Eric Zemmour et de ses pairs jamais avares en commentaires nocifs, des opposants homophobes au mariage pour tous,  de Jérôme Cahuzac ou Bernard Tapie experts es fraudes diverses, … Nous en passons et pas nécessairement des meilleurs. Donc, on vous le dit et on vous le répète : surtout pas de « publicité » pour tous ces malfaisants ! Chuuut…  Dans toutes les langues.

A l’opposé, Dieudonné, lui, ne la ferme pas !  Ce qui permet à d’autres d’affirmer qu’il faut le réduire au silence à force de décrets gouvernementaux, jetant ainsi « l’interdiction d’interdire » dans les oubliettes de Mai 68 ! Avec, au passage, un fâcheux précédent qui pourrait être utilisé contre tous les apprentis sorciers qui jouent avec la liberté d’expression.

Ni  politique de l’autruche ni coup de force liberticide,  ni banalisation ni dramatisation.

Dieudonné doit être dénoncé pour ce qu’il est, en s’appuyant sur un discours rationnel, loin d’actes répressifs inconsidérés qui le transformeraient en martyr et renforceraient sa (fallacieuse)  posture « anti-système ».

La voie du débat n’est certes pas la plus facile à emprunter. Convaincre implique d’argumenter encore et toujours. Mais dans le contexte actuel, c’est la seule issue praticable.

@

 

 

19:47 Publié dans Politique | Lien permanent |  Facebook | |