Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 juillet 2015

Poésie

brassens.jpg

 

Le mauvais sujet repenti

 

Elle avait la taill’ faite au tour,
Les hanches pleines,
Et chassait l’ mâle aux alentours
De la Mad’leine...
A sa façon d’ me dir’ : "Mon rat,
Est-c’ que j’ te tente ?"
Je vis que j’avais affaire à
Un’ débutante...

L’avait l’ don, c’est vrai, j’en conviens,
L’avait l’ génie,
Mais sans technique, un don n’est rien
Qu’un’ sal’ manie...
Certes, on ne se fait pas putain
Comme on s’ fait nonne.
C’est du moins c’ qu’on prêche, en latin,
A la Sorbonne...

Me sentant rempli de pitié
Pour la donzelle,
J’ lui enseignai, de son métier,
Les p’tit’s ficelles...
J’ lui enseignai l’ moyen d’ bientôt
Faire fortune,
En bougeant l’endroit où le dos
R’ssemble à la lune...

Car, dans l’art de fair’ le trottoir,
Je le confesse,
Le difficile est d’ bien savoir
Jouer des fesses...
On n’ tortill’ pas son popotin
D’ la mêm’ manière,
Pour un droguiste, un sacristain,
Un fonctionnaire...

Rapidement instruite par
Mes bons offices,
Elle m’investit d’une part
D’ ses bénéfices...
On s’aida mutuellement,
Comm’ dit l’ poète.
Ell’ était l’ corps, naturell’ment,
Puis moi la tête...

Un soir, à la suite de
Manæuvres douteuses,
Ell’ tomba victim’ d’une
Maladie honteuses...
Lors, en tout bien, toute amitié,
En fille probe,
Elle me passa la moitié
De ses microbes...

Après des injections aiguës
D’antiseptique,
J’abandonnai l’ métier d’ cocu
Systématique...
Elle eut beau pousser des sanglots,
Braire à tu’-tête,
Comme je n’étais qu’un salaud,
J’ me fis honnête...

Sitôt privé’ de ma tutell’,
Ma pauvre amie
Courut essuyer du bordel
Les infamies...
Paraît qu’ell’ s’ vend même à des flics,
Quell’ décadence !
Y a plus d’ moralité publiqu’
Dans notre France...

 

Georges Brassens

Les commentaires sont fermés.