Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mars 2016

Poésie

char.jpg

 

 

Cet Amour à Tous Retiré

 

 

 

Sur la terre de la veille
La foudre était pure au ruisseau,
La vigne sustentait l'abeille,
L'épaule levait le fardeau.

Les routes flânaient, leur poussière
Avec les oiseaux s'envolait.
Les pierres s'ajoutaient aux pierres,
Des mains utiles les aimaient.

Du moins à chaque heure souffrante
Un écho devait répéter
Pour la solitude ignorante
Un grêle devoir d'amitié.

La violence était magique.
L'homme quelquefois mourait.
Mais à l'instant de l'agonie.
Un trait d'ambre scellait ses yeux.

Les regrets, les basses portes
Ne sont que des inductions

Pour incliner nos illusions

Et rafraîchir nos peaux mortes.

Ah! crions au vent qui nous porte
Que c'est nous qui le soulevons.
Sur la terre de tant d'efforts,
L'avantage au vaillant mensonge
Est la franche consolation !

 

 

René Char

 
 

Les commentaires sont fermés.