Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 février 2017

Journal d'une campagne (2)

 

jean_luc_melenchon_2017_jlm2017.jpg

 

De la crédibilité en politique

 

Benoît Hamon se dit favorable au «rassemblement de la gauche», de Manuel Valls à… Jean-Luc Mélenchon ! Il souhaite réunir l’actuel gouvernement avec celles et ceux qui l’ont combattu ! Il espère que les manifestants  -qui sont régulièrement hamon.jpgdescendus dans la rue, contre la «loi El Khomri», par exemple-  se réconcilient avec les ministres de Hollande (dont il fût), dans la perspective de l’élection présidentielle !

Certes, il est difficile de tomber des nues. Hamon est le candidat du PS ;  il reste fidèle à sa formation et il est  -dès lors-  comptable du bilan du quinquennat «socialiste» !

Le voilà donc embarqué dans un périlleux exercice d’équilibriste, obligé de ménager les différents courants «solfériniens». Ce sera donc le grand écart permanent entre les «phrases de gauche» et la quête du soutien d’un appareil droitier et cynique !

En théorie, il pourrait prendre une autre voie, celle de la rupture avec les orientations «austéritaires» de la période 2012-2017 et avec les «camarades» qui les ont portées. En pratique, il n’en fera rien !

Soit. C’est son choix. Qu’il l’assume. Et qu’il ne demande pas à d’autres candidats de sombrer dans la même duplicité…

Il s’agit d’une différence majeure  -parmi d’autres-  avec le candidat de la «France Insoumise». Jean-Luc Mélenchon est cohérent Il porte un véritable projet politique destiné à tourner la page des politiques rétro-libérales, qu’elles soient menées par la droite ou par une social-démocratie inféodée à l’Europe du capital et ses oligarchies !

Et les «Insoumis» sont déterminés. Ils n’ont pas contesté la résignation devant les traités européens, les cadeaux massifs au MEDEF, l’autoritarisme et les dérives sécuritaires, la déchéance de la nationalité, l’impasse productiviste, la destruction du code du travail, ...  pour amnistier aujourd’hui les piliers de cette législature !

 

#####

 

Jean-Luc Mélenchon et les réseaux sociaux

Jean-Luc Mélenchon entretient une relation conflictuelle avec les médias traditionnels et il en a tiré des conclusions.

Le candidat de la «France Insoumise» a de longue date compris toutes les opportunités que représentait Internet pour qui veut s’en servir.

Voilà plusieurs années déjà qu’il tient un blog, où il commente de manière fouillée l’actualité. Naturellement, il est aussi très actif sur les «réseaux sociaux», comme Facebook ou Twitter. Et il a créé  sa propre «chaîne Youtube» qui rencontre un réel succès, à tel point qu’il est devenu le premier «youtubeur» politique de l’Hexagone, et même au-delà…

La question qui est maintenant posée est de savoir si l’on peut remporter une élection en s’appuyant sur le net ?

A l’évidence, il est aujourd’hui pertinent d’ «être son propre media». Pour élargir sa propre visibilité et gagner en indépendance vis-à-vis du système médiatique !

Mais attention, tout le monde s’inspire de cette inventivité et investit maintenant à son tour la «toile». Ce n’est donc plus à ce niveau qu’une différence pourra s’opérer dans le futur et ce sera toujours le programme qui restera déterminant…

La présence agissante sur les «réseaux sociaux» participe surtout de la construction d’une base militante politisée, d’un premier cercle de sympathisants motivés et conscientisés, de «passeurs» vers le plus grand nombre. Pour autant, elle ne constitue pas la garantie d’une adhésion massive de l’électorat.

Le «corps électoral» français est proche des 45 millions d'individus et pour gagner il faut principalement persuader des millions d'électrices et d’électeurs qui ne fréquentent pas assidûment Internet  - voire pas du tout-   d’apporter leur soutien au moment décisif !

jean-luc-melenchon_460x306.jpgC’est dire si le militantisme vintage reste un complément indispensable : tractage, collage, discussions personnalisées, diffusion du programme, meetings, … demeurent irremplaçables !

Et, pour en revenir à notre point de départ, on ne peut faire l’impasse sur les «grands medias». C’est pourquoi, Jean-Luc Mélenchon refuse rarement leurs  invitations, d’autant qu’elles sont peu fréquentes ! Il sait qu’il s’agit chaque fois d'une occasion à saisir pour convaincre un public large.

 

#####

 

Agenda

 

Samedi 4 février, Jean-Luc Mélenchon visitera le musée de la négritude et des droits de l'homme à Champagney.

Il prendra la parole sur l'abolition de l'esclavage dans la salle des associations à 12h30 (courte intervention). Son intervention ne sera pas retransmise en direct, mais la vidéo de son intervention sera disponible dans l'après-midi sur sa chaîne YouTube

Salle des associations de Champagney
Samedi 4 février - 12h30
24 Grande Rue
Champagney 70290

 

#####

 

meetin lyon.jpg

meeting paris.jpg

19:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.