Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 octobre 2020

CoronaSaga (III)

 

Les gouvernements wallon et bruxellois vont réclamer aux différents parlements les "pouvoirs spéciaux" !

Assurément, la "démocratie" aura été la principale victime collatérale de cette pandémie…

 

 

Interrogé à la Chambre, Alexandre De Croo a refusé d'envisager un "re-confinement", se contentant d’évoquer de possibles "ajustements des protocoles existants" .

Mais combien de morts leur faut-il pour commencer à donner la priorité à l'humain sur la rentabilité financière ?

Les (éventuelles) futures commissions d'enquête parlementaires auront du boulot...

 

 

Sophie Wilmès, testée positive au Coronavirus, a été hospitalisée.

Ce qui fait les grands titres des principaux médias.

Et les dizaines de décès quotidiens ? Pas un mot, juste une statistique !

Les élites aiment établir une distinction entre le "sommet"  et la "base", entre des ministres et les "simples"  citoyen(ne)s !

Leur monde, et le nôtre…

 

 

Questionné sur la perspective d’un nouveau confinement, Marius Gilbert ne voit pas "comment l’on pourrait faire autrement".

A partir du moment où il n'y a ni vaccin ni traitement sûr, à partir du moment où les "autorités" sont incapables d'organiser correctement la lutte contre la pandémie (en témoigne la saga du "testing" et du "tracing", après celle des masques !), à partir du moment où elles accumulent des mesures ponctuelles incohérentes qui s'avèrent inefficaces, re-confiner reste effectivement le seul choix défendable !

Et vu la croissance exponentielle des chiffres inquiétants, il n'y a plus à hésiter…

 

 

Les personnes asymptomatiques ne doivent donc plus se faire tester mais elles doivent "seulement" observer une quarantaine de 10 jours.

Comme les gouvernants sont incapables d'organiser des tests efficaces pour tout le monde −ils ont pourtant eu du temps pour se préparer !−, on adapte les "règles" ! Ce n'est pas plus compliqué que cela...

Retour donc à la case départ : il y a 7 mois, il n'y avait pas assez de masques à disposition, donc ce n'était pas vraiment nécessaire d'en porter un (dixit la ministre de la santé de l'époque) ! Et demain, quand les hôpitaux seront saturés et qu'il n'y aura plus de lits disponibles, ils viendront sans doute nous expliquer qu'il n'est finalement pas utile de se faire hospitaliser !

Il est vrai qu'ils ont déjà agi de la sorte avec les résidents des maisons de repos et de soins !

 

Marc Van Ramst, "expert" de référence, invite chacun(e) à rester à son domicile.

"Meer dan ooit nergens beter dan thuis" a-t-il "gazouillé" sur un célèbre réseau social.

Nulle part mieux qu'à la maison ?

OK.

Par conséquent, les travailleurs doivent cesser de se rendre au travail, les étudiants dans les établissements scolaires, les consommateurs dans les centres commerciaux et les navetteurs dans les transports en commun ?

Ou alors, il s'agit d'une rhétorique qui ne concerne une fois de plus que la "vie privée" ?

Un peu de cohérence ne serait peut-être pas du luxe, non ?

Mais c'est évidemment plus facile de s'en prendre aux individus que de proposer des mesures structurelles qui mettent en cause la machine productiviste et consumériste…

 

 

 

21 octobre 2020

CoronaSaga (II)

 

2.969 patients Covid-19 sont actuellement hospitalisés en Belgique dont 486 en soins intensifs, ressort-il de la mise à jour ce mercredi matin des chiffres provisoires communiqués par Sciensano.

Le nombre moyen de nouvelles contaminations quotidiennes, calculé entre le 11 et le 17 octobre, continue d’augmenter et s’élève désormais à 8.975 (+68%).

Entre le 14 et le 20 octobre, les hospitalisations ont continué leur progression, avec une moyenne de 295,4 admissions quotidiennes (+94%).

Toujours entre le 11 et le 17 octobre, le virus a fait plus de 32 morts (+14) en moyenne par jour. 

Mais les gouvernements n'en ont cure, leur priorité étant ailleurs : assurer la continuité de la production (de profits) et par conséquent faire tourner à plein l'économie ; maintenir ouvertes les écoles recyclées en "garderies" pour les parents salariés ; garantir la poursuite de la consommation maximale...

Ils ne veulent décidément pas changer de "modèle", et les bavardages sur un "monde de demain" qui sera(it) différent du "monde d'hier" sont bien une arnaque destinée à camoufler l’absence d’une véritable perspective de sortie de cette crise sanitaire.

La rupture, il faudra aller la chercher…

 

 

La Fédération des parents de l’enseignement officiel l’assure, les élèves ont beaucoup de mal avec l’école sous mode Covid.

À l’inverse des pédiatres, ils plaident pour un enseignement alternant distanciel et présentiel.

Selon une enquête menée par cette fédération, 4 élèves sur 10 déclarent un vrai malaise. 7 parents sur 10 indiquent que leurs enfants, dans le secondaire, ne supportent pas le masque. Et 4 sur 10 affirment que l’école ne prévoit pas de pauses régulières alors que c’est obligatoire.

Dès lors, 50 % des parents estiment qu’il faut aujourd’hui fermer les écoles secondaires, tandis que 30 % recommandent un enseignement alternant distanciel et présentiel.

Seront-ils entendus ? Rien n’est moins sûr…

 

 

George-Louis Bouchez,  −maintenant quasiment invité chaque jour par la RTBF, chaîne de  "service public" !−  a expliqué dans l’émission "Matin première" qu’il faudra  "prendre des mesures plus strictes" car "les gens n’ont pas conscience des chiffres" !

Toujours la même ritournelle politicienne : les "gens", les "gens", les "gens"... (il faut d'ailleurs croire que ce sont les "gens" de tous les pays les grands responsables puisque le virus honni est présent massivement partout en Europe, et ailleurs dans le monde !).

Mais jamais un mot sur la véritable cause de cette pandémie, qui n’a rien d’une fatalité mais tout d’un produit direct d’un système qui relègue la vie derrière le taux de profit !

Or, les épidémies se répèteront à l’avenir si les destructions provoquées par l'extractivisme (le prix du "choix" persistant du fossile), le "grand déménagement du monde" (déplacement quotidien de marchandises sur des milliers de kms) , les déforestations à grande échelle, la priorité accordée à l’agrobusiness... persistent.

Et puis, il y a la responsabilité des gouvernants : qu'ont-ils mis en place depuis février-mars pour se préparer à défier la seconde vague ? Rien ou presque rien ! Ils continuent à improviser et à revisiter la fable du lièvre et de la tortue !

Résultat : après la saga des masques, voici la saga des tests ! Sur fond de mesures ponctuelles incohérentes, sans la moindre anticipation !

Nous ne sommes pas sortis de l'auberge... où le Coronavirus est confortablement installé !

 

 

La Belgique a emprunté 12 milliards € depuis mars.

Allons-nous devoir nous serrer la ceinture pour payer cette "dette sanitaire"  s’interroge de manière faussement ingénue la presse ?

La vraie question −qui relève d’une option politique− serait plutôt : "QUI" doit payer ?

Mais avec un gouvernement encore et toujours dirigé par la droite libérale, et avec un PS et Ecolo parfaitement intégrés dans le capitalisme, la réponse −hélas− ne fait guère de doute...