Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 décembre 2021

JLM 2022 (5)

PUP 2.jpg

 

 

Du tonus supplémentaire avec le

Parlement de campagne

de l’Union Populaire !

 

La France Insoumise n’est jamais en retard d’une innovation : dans le cadre de la campagne pour la présidentielle de 2022, elle a inauguré hier, à l’occasion du premier grand rassemblement parisien de Jean-Luc Mélenchon, un "Parlement de l’Union Populaire".

264454827_1570085053350181_7969191049247706798_n.jpgCette assemblée inédite comprend 200 membres, dont la moitié est "extérieure" au mouvement, et elle reflète la diversité des mobilisations sociales, démocratiques ou écologiques qui ont marqué le quinquennat Macron.

S’y retrouvent donc des personnes engagées, de tous les horizons : syndicalistes et militants associatifs, activistes des causes animales et environnementales, représentant(e)s des quartiers populaires et des territoires d’Outre-Mer, personnels de la grande distribution et des transports collectifs, femmes de ménage précarisées et soignant(e)s, étudiant(e)s et enseignant(e)s, scientifiques et journalistes, artistes et écrivain(e)s, historien(ne)s et économistes…

 

pup.jpg

 

Toutes et tous s’engagent pour porter un projet politique d’ensemble apte à répondre aux lourds défis de notre époque, et pour défendre une véritable alternative face aux diverses droites, de l’extrême-centre à l’extrême-droite la plus musclée.

Ce "Parlement de l’Union Populaire" aura un rôle consultatif sur les orientations de la campagne. Il préparera des publications thématiques et organisera des actions novatrices.

Il devrait s’élargir encore dans les prochaines semaines avec la dynamique de la mobilisation "insoumise".

 

264098404_1570085063350180_505342459229638715_n.jpg

 

Parmi les "personnalités" d’ores et déjà associées, et qu’il n'est pas possible de citer de manière exhaustive ici : Annie Ernaux (écrivaine), Barbara Stiegler (philosophe), Karine Lebon (députée GDR), Huguette Bello (présidente du conseil régional de La Réunion), Sophie de la Rochefoucauld (actrice et productrice), Cédric Durand (économiste), Jean-Marc Schiappa (historien), Aymeric Caron (journaliste et militant antispéciste), Xavier Mathieu (syndicaliste), Razmig Keucheyan (sociologue), Bruno Gaccio (scénariste), Yvan Le Bolloc’h (acteur et musicien), Sylvie Glissant (psychanalyste)

Ce groupe est co-présidé par Aurélie Trouvé (porte-parole sortante d’ATTAC) et Azzédine Taibi (maire PCF de Stains), et animé par les deux précités avec Manon Aubry (députée européenne LFI) et Eric Coquerel (député LFI).

Il reste 125 jours avant le premier tour du 10 avril 2022. C'est le moment de passer à la vitesse supérieure...

Avanti Popolo !

 

264418101_10159808523723750_1280376355493863262_n.jpg

 

https://parlement.lunionpopulaire.fr/la-composition-du-parlement/

 

 

18 novembre 2021

JLM 2022 (3)

AEC 2022.jpg

Le programme L'AVENIR EN COMMUN, réactualisé, est disponible dès aujourd'hui en librairie. Prix de vente : 3 €

 

 

19 octobre 2021

Solidarité

 Après le jugement en première instance, le 23 novembre dernier,  17 syndicalistes à nouveau condamnés par la cour d'appel de Liège pour des faits commis le 19 octobre 2015, lors d'une grève générale contre la politique austéritaire du gouvernement Michel !

Il s'agit d'une remise en cause frontale du droit de grève !

Et derrière le mouvement syndical et ses actions, ce sont tous les mouvements de contestation qui sont menacés !

Ce pays est de plus en plus une "démocratie" de basse  –de très basse– intensité !

La défense des libertés et droits démocratiques reste un combat fondamental au XXIème siècle...

 

131144105_3591092527600497_2336364931321512899_n.jpg

29 septembre 2021

Le retour !

 

1136_metalhurlant_n1_couverture_page-0001.jpg

 

A suivre...

22 octobre 2020

CoronaSaga (III)

 

Les gouvernements wallon et bruxellois vont réclamer aux différents parlements les "pouvoirs spéciaux" !

Assurément, la "démocratie" aura été la principale victime collatérale de cette pandémie…

 

 

Interrogé à la Chambre, Alexandre De Croo a refusé d'envisager un "re-confinement", se contentant d’évoquer de possibles "ajustements des protocoles existants" .

Mais combien de morts leur faut-il pour commencer à donner la priorité à l'humain sur la rentabilité financière ?

Les (éventuelles) futures commissions d'enquête parlementaires auront du boulot...

 

 

Sophie Wilmès, testée positive au Coronavirus, a été hospitalisée.

Ce qui fait les grands titres des principaux médias.

Et les dizaines de décès quotidiens ? Pas un mot, juste une statistique !

Les élites aiment établir une distinction entre le "sommet"  et la "base", entre des ministres et les "simples"  citoyen(ne)s !

Leur monde, et le nôtre…

 

 

Questionné sur la perspective d’un nouveau confinement, Marius Gilbert ne voit pas "comment l’on pourrait faire autrement".

A partir du moment où il n'y a ni vaccin ni traitement sûr, à partir du moment où les "autorités" sont incapables d'organiser correctement la lutte contre la pandémie (en témoigne la saga du "testing" et du "tracing", après celle des masques !), à partir du moment où elles accumulent des mesures ponctuelles incohérentes qui s'avèrent inefficaces, re-confiner reste effectivement le seul choix défendable !

Et vu la croissance exponentielle des chiffres inquiétants, il n'y a plus à hésiter…

 

 

Les personnes asymptomatiques ne doivent donc plus se faire tester mais elles doivent "seulement" observer une quarantaine de 10 jours.

Comme les gouvernants sont incapables d'organiser des tests efficaces pour tout le monde −ils ont pourtant eu du temps pour se préparer !−, on adapte les "règles" ! Ce n'est pas plus compliqué que cela...

Retour donc à la case départ : il y a 7 mois, il n'y avait pas assez de masques à disposition, donc ce n'était pas vraiment nécessaire d'en porter un (dixit la ministre de la santé de l'époque) ! Et demain, quand les hôpitaux seront saturés et qu'il n'y aura plus de lits disponibles, ils viendront sans doute nous expliquer qu'il n'est finalement pas utile de se faire hospitaliser !

Il est vrai qu'ils ont déjà agi de la sorte avec les résidents des maisons de repos et de soins !

 

Marc Van Ramst, "expert" de référence, invite chacun(e) à rester à son domicile.

"Meer dan ooit nergens beter dan thuis" a-t-il "gazouillé" sur un célèbre réseau social.

Nulle part mieux qu'à la maison ?

OK.

Par conséquent, les travailleurs doivent cesser de se rendre au travail, les étudiants dans les établissements scolaires, les consommateurs dans les centres commerciaux et les navetteurs dans les transports en commun ?

Ou alors, il s'agit d'une rhétorique qui ne concerne une fois de plus que la "vie privée" ?

Un peu de cohérence ne serait peut-être pas du luxe, non ?

Mais c'est évidemment plus facile de s'en prendre aux individus que de proposer des mesures structurelles qui mettent en cause la machine productiviste et consumériste…

 

 

 

21 octobre 2020

CoronaSaga (II)

 

2.969 patients Covid-19 sont actuellement hospitalisés en Belgique dont 486 en soins intensifs, ressort-il de la mise à jour ce mercredi matin des chiffres provisoires communiqués par Sciensano.

Le nombre moyen de nouvelles contaminations quotidiennes, calculé entre le 11 et le 17 octobre, continue d’augmenter et s’élève désormais à 8.975 (+68%).

Entre le 14 et le 20 octobre, les hospitalisations ont continué leur progression, avec une moyenne de 295,4 admissions quotidiennes (+94%).

Toujours entre le 11 et le 17 octobre, le virus a fait plus de 32 morts (+14) en moyenne par jour. 

Mais les gouvernements n'en ont cure, leur priorité étant ailleurs : assurer la continuité de la production (de profits) et par conséquent faire tourner à plein l'économie ; maintenir ouvertes les écoles recyclées en "garderies" pour les parents salariés ; garantir la poursuite de la consommation maximale...

Ils ne veulent décidément pas changer de "modèle", et les bavardages sur un "monde de demain" qui sera(it) différent du "monde d'hier" sont bien une arnaque destinée à camoufler l’absence d’une véritable perspective de sortie de cette crise sanitaire.

La rupture, il faudra aller la chercher…

 

 

La Fédération des parents de l’enseignement officiel l’assure, les élèves ont beaucoup de mal avec l’école sous mode Covid.

À l’inverse des pédiatres, ils plaident pour un enseignement alternant distanciel et présentiel.

Selon une enquête menée par cette fédération, 4 élèves sur 10 déclarent un vrai malaise. 7 parents sur 10 indiquent que leurs enfants, dans le secondaire, ne supportent pas le masque. Et 4 sur 10 affirment que l’école ne prévoit pas de pauses régulières alors que c’est obligatoire.

Dès lors, 50 % des parents estiment qu’il faut aujourd’hui fermer les écoles secondaires, tandis que 30 % recommandent un enseignement alternant distanciel et présentiel.

Seront-ils entendus ? Rien n’est moins sûr…

 

 

George-Louis Bouchez,  −maintenant quasiment invité chaque jour par la RTBF, chaîne de  "service public" !−  a expliqué dans l’émission "Matin première" qu’il faudra  "prendre des mesures plus strictes" car "les gens n’ont pas conscience des chiffres" !

Toujours la même ritournelle politicienne : les "gens", les "gens", les "gens"... (il faut d'ailleurs croire que ce sont les "gens" de tous les pays les grands responsables puisque le virus honni est présent massivement partout en Europe, et ailleurs dans le monde !).

Mais jamais un mot sur la véritable cause de cette pandémie, qui n’a rien d’une fatalité mais tout d’un produit direct d’un système qui relègue la vie derrière le taux de profit !

Or, les épidémies se répèteront à l’avenir si les destructions provoquées par l'extractivisme (le prix du "choix" persistant du fossile), le "grand déménagement du monde" (déplacement quotidien de marchandises sur des milliers de kms) , les déforestations à grande échelle, la priorité accordée à l’agrobusiness... persistent.

Et puis, il y a la responsabilité des gouvernants : qu'ont-ils mis en place depuis février-mars pour se préparer à défier la seconde vague ? Rien ou presque rien ! Ils continuent à improviser et à revisiter la fable du lièvre et de la tortue !

Résultat : après la saga des masques, voici la saga des tests ! Sur fond de mesures ponctuelles incohérentes, sans la moindre anticipation !

Nous ne sommes pas sortis de l'auberge... où le Coronavirus est confortablement installé !

 

 

La Belgique a emprunté 12 milliards € depuis mars.

Allons-nous devoir nous serrer la ceinture pour payer cette "dette sanitaire"  s’interroge de manière faussement ingénue la presse ?

La vraie question −qui relève d’une option politique− serait plutôt : "QUI" doit payer ?

Mais avec un gouvernement encore et toujours dirigé par la droite libérale, et avec un PS et Ecolo parfaitement intégrés dans le capitalisme, la réponse −hélas− ne fait guère de doute...

19 octobre 2020

CoronaSaga (I)

 

Le Coronavirus n’est ni une des "sept plaies d’Egypte" ni une malédiction tombée fortuitement du ciel, mais une conséquence directe d’un mode de production et d’échange déterminé, qui exploite le travail et pille la nature : le capitalisme.

L’extractivisme forcené et le recours massif aux énergies fossiles détruisent les écosystèmes et sapent les conditions d’existence des espèces vivantes. Les zoonoses se multiplieront à l’avenir si le "grand déménagement du monde", les déforestations à grande échelle, le choix de l’agrobusiness persistent.

Pour autant, nous ne devons pas attendre passivement la sortie du capitalisme  −qui hélas risque de prendre beaucoup de temps !−  pour agir et prendre des mesures urgentes face aux crises (écologique, sociale, sanitaire…) qui se multiplient aujourd’hui !

Mais faute d’un but clair, impossible de tracer consciemment une réelle voie alternative.

A terme, nous ne sortirons pas des impasses actuelles sans solutions structurelles et systémiques.

Et c’est dès maintenant qu’il faut mobiliser dans ce sens.

Avant qu’il ne soit minuit dans ce siècle…

 

 

500 millions € du gouvernement fédéral pour soutenir le secteur de l’Horeca.

Une part servira à revoir à la hausse le "droit passerelle de crise". Les montants passeront à 2.583,38 € par mois pour un indépendant isolé (contre 1.291,69 € aujourd’hui) et 3.228,20 € pour ceux ayant des personnes à charge (contre 1.614,10 € actuellement).

Une autre part servira au prolongement de deux mois, jusqu’à fin décembre, du droit passerelle "de soutien à la reprise". Cette aide est destinée aux professionnels des secteurs qui tentent de reprendre après avoir été forcés de fermer partiellement ou totalement, et qui ont subi une baisse significative de leur chiffre d’affaires ou de leurs commandes.

Finalement, le "Fédéral" s’engage à contribuer au paiement de primes de fin d’année complètes pour tout travailleur de l’Horeca, selon un mécanisme encore à définir. L’exonération du paiement des cotisations patronales ONSS du troisième trimestre 2020, pour les entreprises et indépendants qui doivent fermer, complète le dispositif.

Ajoutons que les "entités fédérées" prendront également des mesures d’aide dans les prochaines jours.

Dont acte. 

Mais : 

 

  • – Les "aides publiques" sont des aides qui en dernière analyse sont et seront payées par les citoyens-travailleurs-contribuables.
  •  
  • – L'exonération de cotisations ONSS -qui contribuent à financer la Sécurité sociale- creusera le déficit de celle-ci, un déficit qui, lui aussi, sera financé à terme par les mêmes citoyens-travailleurs-contribuables.
  •  
  • – Il y a 17 % de la population qui vit en-dessous du seuil de pauvreté. Beaucoup de ces personnes aimeraient probablement pouvoir bénéficier des montants cités ici. Hélas, à chaque fois que des revalorisations d'allocations ou de pensions sont revendiquées, les différents gouvernements se font tirer l'oreille car il refusent de sortir des clous austéritaires.
  •  
  • – Oui, mais il s'agit de "solidarité", nous disent-ils ! Pour rappel, ce n'est pas la population qui a décidé de fermer l'Horeca, mais les différents exécutifs, de concert ! Qui depuis des mois décident tout et leur contraire, sans aucune concertation. Même les parlementaires n'ont pas vraiment leur mot à dire, eux qui ne sont pas conviés à débattre des dispositions prises et qui, par conséquent, ne les votent pas.
  •  
  • – En résumé, les "décideurs" courent après la pandémie depuis plus de 7 mois, prennent des décisions -souvent incohérentes !- au "jour-le-jour" et à contre-temps, se drapent ensuite dans le manteau de généreux "sauveurs", et présenteront finalement la facture à la collectivité...

Tout va bien, vous êtes entre de bonnes mains, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles et, pour le reste, circulez il n'y a rien à voir ! 

 

 

Face aux chiffres qui s’emballent, Alexandre De Croo martèle qu’il faut "éviter les contacts sociaux" !

Sauf dans les transports publics, les entreprises, les écoles, les centres commerciaux, les aéroports et ainsi de suite…

Un peu de cohérence ne serait pas du luxe !

 

 

17 octobre 2020

Coronavirus : débilitante saga

LES PRINCIPALES MESURES DE CE VENDREDI 16 OCTOBRE

 

 

 

 

Efforts et sacrifices : telle est la réponse récurrente du "haut" dictée au "bas".

Sans surprise, la deuxième vague du Coronavirus est donc à nouveau l’occasion d’imposer une batterie de mesures qui devra être supportée par le plus grand nombre.

Les citoyens sont évidemment une cible facile mais il serait temps de commencer par cesser d'infantiliser et de culpabiliser en permanence la population !

Ainsi, pour d'aucuns, "les gens" seraient les grands responsables de la dégradation de la situation... Mais, à juste titre, "les "gens" se demandent aujourd'hui pourquoi d'importantes restrictions leur sont imposées dans leur bulle privée et pourquoi dans le même temps ils doivent continuer à prendre des transports publics pour aller bosser (le "télétravail" ne concerne qu'une minorité de salariés) !?!

Les "gens" se demandent pourquoi les écoles sont rétrogradées au rang de "garderies" pour soulager les parents qui doivent aller au turbin envers et contre tout !?!

Les "gens" se demandent pourquoi l'Horeca doit fermer alors que les grandes surfaces et les centres commerciaux restent ouverts !

Les "gens" se demandent pourquoi les ministres, qui donnent sans cesse des leçons à tout le monde, sont contaminés les uns après les autres !?!

Et surtout les "gens" se demandent ce qu'ont réellement mis en oeuvre les "gouvernants" depuis sept mois pour anticiper cette nouvelle vague !?! 

Visiblement, ils n'ont pas renforcé le système des soins de santé, en lui garantissant notamment des moyens supplémentaires pour faire face à cette pandémie (personnel, matériel, lits disponibles…)  

Et que dire du testing qui est un fiasco ou du refus de renforcer les prérogatives des CCPT pour assurer le respect des mesures de sécurité dans les entreprises ?

En outre, ce virus est aussi un "virus de classe" qui frappe d’abord les plus démunis et les plus pauvres ! Quelles mesures structurelles ont donc été prises par les différents "Exécutifs" en solidarité avec les plus "faibles" ? Réponse : aucune !

Enfin, il y a toujours un aspect essentiel de cette "crise" qui est occulté : la responsabilité du capitalisme financier globalisé.

En détruisant les écosystèmes, en organisant sans cesse le grand déménagement du monde, en privilégiant l’agro-business, la multiplication des "zoonoses" (transmission de virus entre les différentes espèces −animaux et êtres humains, êtres humains et animaux−) est inévitable et sera de plus en plus fréquente !

La lutte contre la pandémie de la Covid-19 comme la lutte contre la catastrophe écologique (dont le "dérèglement climatique" n’est qu’un aspect !) doivent impérativement être une lutte anticapitaliste.

C’est urgent ! Sans quoi…

 

 

 

 

14 octobre 2020

Coronavirus : confusions et dérives

Il est inutile de se cacher derrière son petit doigt, la pandémie du Coronavirus est bel et bien occupée à "rebondir".

Et, face à cette grave crise sanitaire, la confusion persiste comme il y a un peu plus de sept mois !

Aujourd’hui, les décideurs  -Fédéral, entités fédérées, provinces, communes-  prennent des "mesures" en sens divers, et souvent parfaitement contradictoires.

Un point commun toutefois : personne ne s’en prend frontalement au système productiviste et consumériste.

Une fois de plus, par conséquent, ce sont les individus qui sont ciblés, eux qui seraient les principaux responsables de la dégradation de la situation à cause de leurs comportements inconsidérés.

Or, ce n'est pas en fermant des buvettes dans les stades ou des bars dans les villes que le virus sera stoppé ! Ni en demandant à la population des efforts dans la seule "bulle privée", alors que cette même population est priée de continuer à se rendre au boulot ou à l'école, de prendre le cas échéant les transports en commun pour se déplacer, de fréquenter les magasins de toute nature pour soutenir l’activité commerciale en consommant !

Dans le même temps, le(s) gouvernement(s) refuse(nt) d’adopter des mesures structurelles car l’establishment économique ne veut plus entendre parler de "confinement", protection de la machine à profits oblige ! Et comme il est plus facile de s'en prendre à un café, à un club sportif amateur ou à des familles qu'à une multinationale, le "rebond" n'a pas fini de bondir !

Au-delà des discussions sur les moyens à mettre en œuvre contre la Covid 19, l’aspect particulièrement inquiétant est le "verticalisme"  dans la prise des décisions !

Tout continue à venir "d’en haut", des Exécutifs, sans aucune concertation avec la "société civile". Même les parlementaires ne sont pas véritablement associés à ce processus décisionnel. Et pour mémoire, durant plusieurs mois, ils avaient eux-mêmes accordé des "pouvoirs spéciaux" à un gouvernement pourtant minoritaire. Aujourd’hui encore, c’est toujours un groupe restreint de ministres, conseillé par un groupe tout aussi limité d’ "experts", qui fixe cahin-caha le cap. Profitant ainsi de cette séquence épidémique pour renforcer encore la dérive "autoritariste" du capitalisme qui se généralise partout en Europe, et au-delà !

Celles et ceux, "à gauche" qui consacrent énormément de temps à ferrailler contre les "complotistes" sur les réseaux sociaux, devraient également être attentifs à ce procédé qui entrave des libertés essentielles, telles l’interdiction ou la limitation de rassemblements et de manifestations, ou l’instauration de couvre-feux !

Ne sont pas anodins non plus les mécanismes d’infantilisation à l’œuvre, et les tentatives de discipliner l’ensemble du "corps social", au nom d’une nécessaire unité nationale dans la croisade contre l’épidémie

Décidément, l’heure reste aux interdits et aux injonctions !

Naturellement, il est exclu pour les dominants d’encourager la moindre velléité "d’auto-organisation populaire", même si en dépit de consignes strictes, des actes de solidarité et d’entraide se déploient "spontanément" dans les profondeurs de la société !

Il ne faudrait surtout pas encourager les initiatives populaires et permettre ainsi au peuple d’apprendre de "mauvaises manières".

On ne sait jamais, cela pourrait lui donner des idées sur les terrains politique, environnemental et social…

 

φ

 

 

 

 

Tableau de bord

 

Vendredi dernier, un record de 7.030 nouvelles contaminations a été enregistré en Belgique, selon les chiffres du tableau de bord de Sciensano présentés ce mercredi.

Entre le 4 et le 10 octobre, il y a eu en moyenne 5.057 nouvelles infections quotidiennes. Il s’agit d’une augmentation de 93 % par rapport à la période précédente de sept jours.

Entre le 7 et le 13 octobre, les hospitalisations ont continué leur progression, avec une moyenne de 152 admissions quotidiennes (+81 %). Il y a désormais 1.621 patients hospitalisés pour la Covid-19 dans les hôpitaux belges, dont 281 se trouvent en soins intensifs.

Entre le 4 et le 10 encore octobre, le virus a fait plus de 18 morts (+6,4) en moyenne par jour.

Depuis le début de l’épidémie en Belgique, 173.240 personnes ont été testées positives et 10.244 en sont décédées.

Le taux de positivité des tests, à savoir la proportion des personnes positives sur l’ensemble des personnes testées, atteint désormais 11,7 % à l’échelle nationale.

A noter que 211 admissions "Covid 19"ont été notifiées hier par les hôpitaux belges. C'est le niveau du 19 mars dernier !  

30 septembre 2020

Vete tranquilo, QUINO. Seguiremos en la barricada

 

democracia-mafalda.jpg

 

φ

 

120614797_10158994574481057_7401882042474286555_n.jpg