Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 octobre 2022

"BOUQUINAGE" - 18

 

"Arrêter ce qui détruit, cultiver ce qui grandit, voilà notre programme."

 

 

kempf.jpg

00:04 Publié dans Livre, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

04 octobre 2022

"BOUQUINAGE" - 16

"Au terme de cette période, Marx avait mûri sur tous les plans, il avait déjà énormément appris, écrit, discuté et bataillé. Les années qui suivirent, jusqu'à sa mort en 1883, furent tout aussi remplies : il ne renonça jamais à ses convictions communistes, mais il s'attacha à préciser les contours de ce qui n'était à ses yeux ni le nom d'une utopie ni celui d'un parti, mais un processus révolutionnaire de longue haleine, ancré dans l'histoire de la lutte des classes, construisant du même mouvement la mobilisation des travailleurs et les formes d'une société non capitaliste, capable d'auto-organisation, débarrassée à la fois de l’État et de la loi du profit, de la domination de classe et de l'exploitation."

 

 

 

cover.jpg

30 septembre 2022

"BOUQUINAGE" - 12

 

"Quinze ans après la publication de No Logo, je me retrouve toujours confrontée à des questions très similaires. Je donne en ce moment des conférences sur la façon dont le même modèle économique qui a poussé les multinationales super-puissantes à rechercher de la main-d'œuvre bon marché en Indonésie et en Chine a aussi poussé les émissions mondiales de gaz à effet de serre à la hausse. Et, invariablement, une main se lève : «Dites-moi ce que je peux faire en tant qu'individu.» Ou peut-être «en tant que propriétaire d'entreprise.»
 
La triste vérité, c’est qu'à la question «Que puis-je faire en tant qu'individu pour stopper le changement climatique ?», la réponse est : absolument rien. En réalité, l'idée même que nous, en tant qu'individus atomisés, voire même de nombreux individus atomisés, pourrions jouer un rôle significatif dans la stabilisation du système climatique de la planète ou dans le changement de l'économie mondiale est objectivement folle. Nous ne pouvons relever ensemble ce formidable défi que dans le cadre d'un mouvement mondial massif et organisé."
 
 

nk.jpg

29 septembre 2022

"BOUQUINAGE" - 11

 

"Qu’est-ce que la violence ? Pas seulement celle des coups de poing ou des coups de couteau des agressions physiques directes, mais aussi celle qui se traduit par la pauvreté des uns et la richesse des autres. Qui permet la distribution de dividendes en même temps que le licenciement de ceux qui les ont produits. Qui autorise des rémunérations pharaoniques en millions d’euros et des revalorisations du Smic qui se comptent en centimes.

Mobilisés à tous les instants sur tous les fronts, les plus riches agissent en tenue de camouflage, costume-cravate et bonnes manières sur le devant de la scène, exploitation sans vergogne des plus modestes comme règle d’or dans les coulisses. Cette violence sociale, relayée par une violence dans les esprits, tient les plus humbles en respect : le respect de la puissance, du savoir, de l’élégance, de la culture, des relations entre gens du «beau» et du «grand» monde.

L’accaparement d’une grande partie des richesses produites par le travail, dans l’économie réelle, est organisé dans les circuits mafieux de la finance gangrenée. Les riches sont les commanditaires et les bénéficiaires de cette violence aux apparences savantes et impénétrables, qui confisque les fruits du travail. A travers les chroniques de la guerre sociale en cours, nous allons observer les visages des vrais casseurs en nous appuyant sur du concret, des descriptions de lieux et de faits, et l’analyse des mécanismes de cette violence insidieuse venue d’en haut. La crise est celle des vies brisées, amputées de tout projet d’avenir, dans cette immense casse sociale à laquelle les dirigeants politiques de la droite et de la gauche libérale se sont associés."

 

 

1374214_394599337334178_1225585792_n.jpg

27 septembre 2022

"BOUQUINAGE" - 9

 

"En un mot, l'avenir est radieux, mais notre chemin est tortueux."

 

mao.jpg

31 août 2022

Un monde bien parti pour mal finir...

 

Durant la déferlante du Covid, d’aucuns ont dit et répété que le "monde de demain" sera meilleur que celui "d’hier"…
 
Aujourd’hui, alors que la pandémie n’a toujours pas été éradiquée et que d’autres menacent, les inégalités sociales s’accentuent, amplifiées encore par l’explosion des prix de l’énergie et par une inflation ainsi revigorée qui poussent un nombre grandissant de personnes vers la précarité.
 
Le contraste est de plus en plus saisissant entre l’accumulation sans fin de fortunes pour une minorité et l’appauvrissement renforcé des populations.
 
Dans le même temps, l’inertie des gouvernants consolide de jour en jour la catastrophe écologique, avec des conséquences concrètes que nous subissons tous, tels des "événements climatiques extrêmes" à répétition (inondations, canicule, sécheresse...).
 
Et, pour mettre un peu de "piment" supplémentaire dans nos existences, le spectre d’un conflit mondial resurgit, attisé par l’agression militaire russe en Ukraine et par les tensions géopolitiques qui en découlent !
 
Le capitalisme, son dogme de la croissance et sa fuite en avant productiviste, son exploitation des êtres humains et son pillage extractiviste de la nature, sa concurrence généralisée acharnée et sa course obsessionnelle aux profits, vont directement à l’encontre de "l’intérêt général humain" et menacent notre survie collective.
 
Il devrait être évident que sans rupture avec ce système il n'y aura pas d’issue, mais beaucoup continuent cependant à refuser de l’envisager !
 
Il est à nouveau minuit dans le siècle…

12:22 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

07 mai 2022

Nouvelle Union Populaire

 

Sur la situation politique française, quelques éléments d’analyse concrète d’une situation concrète.
 
 
nupes.jpgCes derniers jours, il a beaucoup été question du rassemblement des gauches, un processus qui met en rage la plupart des journalistes des médias dominants, ceux qui sont la propriété de quelques milliardaires, et une dynamique qui inquiète la caste des privilégiés et des dominants.
 
A contrario, au niveau du peuple, l’enthousiasme et l’espoir renaissent, même s’il subsiste de légitimes interrogations et parfois un certain scepticisme, eu égard le bilan calamiteux du PS au pouvoir (2012-2017).
 
Aujourd’hui, il n’y avait toutefois pas d’autre option que de tenter de construire cette "union", et il faut saluer le rôle joué par la force politique dominante à gauche, l’Union Populaire de Jean-Luc Mélenchon.
 
Pourquoi cette nécessité ?
 
• Depuis 2017, les rapports de force électoraux sont largement en faveur des différentes droites.
• L’extrême-droite ne cesse de progresser et les 42 % du Rassemblement National le soir du 24 avril indiquent que la cote d’alerte est largement dépassée.
• La reconduction de Macron pour un second mandat et la perspective d’une nouvelle majorité présidentielle annoncent 5 années supplémentaires de désastre social, de menaces pour la démocratie, d’inaction tragique devant la catastrophe écologique.
• La crise de la représentation politique et l’incapacité des vieux partis à présenter des réponses attractives et crédibles aux urgences de notre temps poussent des millions d’électeurs écœurés dans la voie de l’abstention et entretiennent un cynisme grandissant.
 
Par conséquent, comme la politique a horreur du vide et comme les élections législatives sont proches, une réponse forte devenait  indispensable.
 
Voici donc la "Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale" !
 
 

FSKiOfCXwAAC6Gt.jpg

 
Avec quels objectifs ?
 
Gagner les 12 et 19 juin !
 
Gagner car on ne participe pas à une bataille électorale pour témoigner ou pour perdre. Gagner pour pouvoir mettre en œuvre une autre politique qui réponde aux besoins et aux aspirations du plus grand nombre. Gagner pour arrêter la croissance des inégalités et l’augmentation de la pauvreté. Gagner car le temps presse pour la planète. Gagner pour redonner du tonus à une démocratie défaillante. Gagner pour engager une rupture avec un mode de production/de consommation/d'échange capitaliste qui enferme l’humanité dans une dangereuse impasse.
 
Possible ?
 
Oui, car le "bloc bourgeois" est actuellement "explosé". Les droites sont divisées, LREM et LR. Les extrêmes-droites sont divisées, RN et R. Et le centre, comme toujours, est enlisé dans les sables mouvants de la confusion.
 
Il existe donc une "fenêtre de tir", une opportunité réelle d’imposer une "cohabitation" au monarque soutenu par toute l’oligarchie financière depuis 2017.
 
Même si cela ne sera pas simple et même s’il subsiste une inconnue de taille dans quelques semaines, le niveau de l’abstention !
 
Dans l’opposition ou au pouvoir, un autre facteur sera primordial pour les gauches unies : la mobilisation populaire !
 
arton28028.jpgEn mai-juin 1936, un grand mouvement de grèves avait porté le gouvernement de Léon Blum. Certes, l’histoire ne se répète jamais (Marx), ou à tout le moins elle ne se répète pas à l’identique. Le 21ème siècle n’est pas le 20ème siècle, 2022 n’est pas 1936.
 
Mais sans ébullition "en bas", il sera plus difficile de changer la vie et transformer la société par les seules décisions gouvernementales ou par des débats limités à l'Assemblée Nationale.
 
L’heure n’est plus aux tergiversations.
 
Il reste un bon mois pour se défaire de la résignation et arracher la victoire face au vieux monde et à ses représentants. 
 
 

FSKyaB_XMAUi6Nc.jpg

03 janvier 2022

Lutte des classes

 

Le Nouvel Observateur : Quelle est la valeur de gauche qu’il faudrait selon vous promouvoir d’urgence ?
Marguerite Duras : La lutte des classes.
Le Nouvel Observateur : Pardon ?
Marguerite Duras : À part rétablir la lutte des classes, je ne vois pas…


(Le Nouvel Observateur, 2 avril 1992)

 

 

R (2).jpg

 

La lutte des classes et plus qu'une "valeur", elle est un fait. Mais que cette réalité soit escamotée par une bonne partie de la "gauche" ne date pas d'aujourd'hui. Il y a près de 30 ans, alors que Mitterrand en était à son deuxième mandat présidentiel, Marguerite Duras mettait déjà les pieds dans le plat social-libéral, à sa manière. Une prise de position qui n'a guère été entendue au vu des dérives de plus en plus droitières de celles et ceux qui prétendaient "changer la vie" et "changer le monde" !

11:54 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 janvier 2022

2022 : une fenêtre ouverte pour une "révolution citoyenne" ?

270940850_5212550448763829_7948025119824046947_n.jpg

 

 

On n'y a pas échappé !

Aux bêtisiers médiatiques répétitifs, aux traditionnelles rétrospectives d’une année qui se termine, aux appels rituels à la paix dans le monde, aux souhaits les meilleurs pour une autre année qui commence, aux serments de continuer la lutte contre un virus qui bouleverse nos vies.

0120195e110ac261114babeb424ac723.jpgVœux de bonheur, de santé, de prospérité pour celles et ceux qui restent dans la tradition ; vœux de lutte, de solidarité, voire de changement révolutionnaire pour celles et ceux qui veulent pimenter cette routine d’un supplément d’âme "militant".

Mais "engagés" ou "conformistes", ces espoirs réitérés modifient peu la réalité. Le monde du premier janvier 2022 n'est guère différent de celui du 31 décembre 2021 !

L’exploitation, l’oppression, les injustices, les inégalités, les guerres, la pandémie, la violence, le racisme, l’aliénation, les crises, le réchauffement climatique, la destruction de l’écosystème humain, l'extinction des espèces, resteront des soucis majeurs permanents.

L’histoire à venir ne dépend pas de vœux pieux, ni de prophéties hardies ou de pronostics hasardeux, mais de l’action et des choix quotidiens de chacun[e] !

Les mobilisations individuelles et collectives restent le seul moyen pour avancer vers une société d'harmonie entre les êtres humains entre eux et avec la nature.

 

2625989437.jpg

 

Tout au long des douze prochains mois, nous resterons donc confrontés aux mêmes menaces  : le recul des libertés au motif du combat contre l'épidémie du Sars-Cov-2, le poids de l’UE et de ses traités austéritaires,  les politiques gouvernementales réactionnaires, le dérèglement climatique, la croissance des inégalités sociales, les tensions internationales...

Et la résistance demeurera de mise ! Résistez.jpg

Parmi les échéances politiques prochaines : d’importantes élections chez nos voisins d’Outre-Quiévrain, les 10 et 24 avril. Avec une possibilité de changement de donne radicale en cas de victoire de l'"Union Populaire", de son programme et de son candidat. Assurément, un succès de Jean-Luc Mélenchon aurait ici des répercussions bien au-delà des frontières de l’Hexagone.

Voilà au moins une perspective pour l’année 2022 qui mérite un franc soutien !

 

 

jlm guetté.jpg

 

18:58 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

23 décembre 2021

Comédie au Parlement

 

Parmi les professionnels de la duplicité il y a les partis qui gouvernent. Et c'est de l'art, mais pas du très grand art ! Plutôt une tambouille amère concoctée à la petite semaine !

Ainsi, les représentants de ces formations disposent de ministres dans différents gouvernements –4 pour Ecolo, par exemple (Fédéral-FWB-RW-BXL)–, participent pleinement à la prise de décision, mais une fois les mesures arrêtées par ces exécutifs réunis sous la houlette du timonier De Croo, leurs parlementaires se précipitent à la Chambre pour les contester !

Comme cette élue écologiste qui se demande "ce qui s'est passé au Codeco", hier. Allo, quoi ! On pourrait lui conseiller de se renseigner directement auprès de son vice-premier (Gilkinet), mais je suppose que c'est peine perdue.

Je mentionne ici Ecolo, mais la problématique est exactement la même pour le MR et le PS, naturellement. D'ailleurs les trois partis sont associés aux différents niveaux de pouvoir (sauf le MR, à Bruxelles)...

Alors, pourquoi ce mauvais cinéma répétitif (qui, lui, ne mettra pas la clé sous le paillasson !) ? Que l'on ne vienne pas me dire que les députés ne sont pas de simples petits soldats et que la preuve est ici donnée qu'ils disposent toujours de leur faculté de se positionner librement. Il suffit de vérifier leur attitude lorsque l'on passe aux votes, notamment quand il s'agit d'assurer au gouvernement des pouvoirs exorbitants en matière de gestion de la crise pandémique ! A cette occasion, pas une tête ne dépasse !

Non, cette bouffonnerie est destinée à l'opinion publique (et aux différents électorats !). Des dispositions, prises ce mercredi, suscitent un tollé général dans la société et provoquent de vives réactions dans le monde de la culture. Il s'agit donc d'indiquer bruyamment que l'on est à l'écoute des préoccupations qui s'expriment massivement sur le terrain et que l'on a pas abandonné toute "empathie". Mais une fois ce tour de piste obligé effectué, on abordera l'ordre du jour suivant et on misera sur la trêve des confiseurs pour que la colère s'estompe !

En attendant, dès dimanche, les salles de spectacle et les cinémas fermeront une nouvelle fois leur portes pour une durée indéterminée, plongeant les artistes et toutes celles/tous ceux qui sont actifs dans ce secteur dans un profond désarroi et des difficultés matérielles supplémentaires !

Merci qui ?

 

cocci boudeur.png

 

 

Post Scriptum, 23h00.  Le député du PTB , Marco Van Hees, publie sur Facebook la liste des députés fédéraux qui ont voté contre une motion du PTB demandant de revoir les fermetures dans le secteur culturel. Parmi ces élu(e)s, certain(e)s qui avaient pris la parole cet après-midi pour critiquer et dénoncer la mesure frappant la culture : Marie-Colline Leroy (Ecolo), Florence Reuter (MR) ou Sophie Rohonyi (Défi). Évidemment, outre leur duplicité, la cohérence politique n'a jamais été l'une de leurs principales caractéristiques. Et puis, n'est pas Che Guevara qui peut/veut...

 

270008540_10224881300473385_694450224952377287_n.jpg

 

19:24 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |