Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rouge-écarlate

 


karl marx présentation.jpgCe blog annonce la couleur : rouge !


C'est donc à partir d'un engagement assumé que sont abordées ici l'actualité conflictuelle du monde  -sous ses multiples facettes-, la politique, l'histoire ou la littérature...


Quelques mots pour me situer.


Je me réclame de la "pensée/action Marx".


L’analyse et les interprétations critiques de la société doivent s'inscrire dans une perspective transformatrice de celle-ci.


Le combat pour l’émancipation humaine ne peut faire l’économie d’une rupture avec le capitalisme pour l’instauration d’une société sans classes, profondément égalitaire et démocratique, débarrassée de toute oppression et de toute exploitation, où le libre développement de chacun(e)  sera le garant du libre développement de tou(te)s, dans le respect des grands équilibres écologiques.


liberté-égalité-fraternité.jpg


Plus que jamais : LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE !


·         - Sans démocratie réelle pas de vraie LIBERTE possible !


Une véritable démocratie directe, car aucun projet politique visant à changer le monde ne peut aboutir s’il n’est pas porté par la grande majorité des hommes et des femmes, des citoyens et des citoyennes, des travailleurs et des travailleuses, des jeunes et des moins jeunes.


Une société "post-capitaliste", quel que soit le nom plébiscité, ne pourra être que radicalement démocratique. Elle constituera une avancée qualitative par rapport à la situation actuelle où la liberté est trop souvent la liberté pour les plus puissants de pouvoir écraser les plus faibles. Elle mettra fin au despotisme du marché afin de permettre à  chacun(e)  d’intervenir dans tous les domaines qui  influencent la destinée humaine, à commencer par le contrôle des processus de production qui déterminent les types de consommation  -destructeurs ou non !-  de notre environnement terrestre. Elle mettra en valeur de rôle des individus, car le libre développement de chacun(e) est la condition du libre développement de tou(te)s.


·         -  Sans solidarité effective pas de vraie FRATERNITE possible !


Une véritable solidarité est incontournable dans un monde qui ne peut se réduire à une somme d’individus atomisés, alors que les êtres humains entretiennent d’étroites relations qui les lient les uns aux autres.


L’intérêt collectif doit l’emporter sur l’égoïsme, d’autant que nous sommes également confrontés au défi de maintenir une planète viable pour les générations futures.


Le "chacun pour soi" doit céder la place au "tous ensemble" !


·         -  Sans remise en cause radicale de ce monde intolérable parce que terriblement inégalitaire, pas de vraie EGALITE possible !


Le combat contre les inégalités est un combat contre les mécanismes et rapports sociaux qui sont responsables de ces inégalités.


Il ne s’agit pas de rechercher un peu plus de cette "équité" qui s’accommode facilement des inégalités et qui se contente de limiter celles-ci ou de les rendre "acceptables". Il s’agit de permettre à chaque être humain de développer ses possibilités et sa créativité, de réaliser ses désirs, de pouvoir s’épanouir, de vivre pleinement. Ce qui passe par l’accès à l’éducation, au savoir, à la nourriture ou au logement et, par conséquent,  par une égalité  "multi-dimentionnelle", économique, sociale ou culturelle.


austérité.jpg




Concrétiser ces objectifs ambitieux, ici et maintenant : par où commencer ?


Il n’existe pas de "recette miraculeuse". Hélas !


Un constat d’abord : l’échec, au XXème siècle,  de toutes les tentatives de sortie du capitalisme, que ce soit par la "voie réformiste" ou par la "voie révolutionnaire".


Dans le premier cas, nous avons eu au mieux une gestion "sociale" du capitalisme ; dans le second cas, des caricatures totalitaires et mortifères du "socialisme/communisme".


Ce bilan négatif  -malgré quelques aspects "positifs" (comme les conquêtes sociales favorisées par les mobilisations révolutionnaires et la "peur du rouge", aux lendemains des guerres mondiales, notamment)-   est aujourd'hui un terrible handicap pour toutes celles et tous ceux qui continuent à s'activer pour transformer le monde !


3 éléments clé sont à souligner :


·          1. L'absence de possibilité rapide de révolution communiste !


   2.  L’impasse totale d’un réformisme sans réformes, qui a basculé sans complexes du côté de l’ordre capitaliste !


          3. Les difficultés de faire émerger une véritable alternative  crédible,  attractive, et refondée (qui a tiré les leçons des défaites du passé et qui est capable de changer un "logiciel politique" hérité de la première moitié du  siècle dernier !) !         


 Le temps des partis uniques, des avant-gardes éclairées qui détiennent seules toute la sagesse politique du monde et qui, fortes de celle-ci, assènent la vérité, est désormais révolu !


Non seulement,  le combat pour l’émancipation est un combat de longue haleine, mais c’est un combat extrêmement difficile et parfaitement aléatoire. "L’histoire ne fait rien"  (Friedrich Engels). Et il n'existe pas de radieux scénario du futur planifié par on ne sait quels Dieu, César ou Tribun  !


drapeau rouge.jpgDans ces conditions, comment  progresser ?


Quelques pistes.


Articuler la lutte dans les institutions et les mobilisations sociales, car sans mobilisations pas de rapports de forces corrects dans le combat institutionnel, mais sans débouché(s) politique(s), les luttes (grèves, manifestations, ...) ne sont que des barouds d’honneur à répétition !


Notre but reste de "transformer la société et changer la vie" (André Breton), autant que possible et le plus vite possible, pas dans un siècle !


Nous ne pouvons attendre un hypothétique "grand soir" en nous contentant de "témoigner", en diffusant une propagande millénariste, ou en prenant une posture révolutionnariste.


La gauche qui s'auto-proclame "de gauche", ses organisations et ses sympathisants, mais aussi les "non-encartés",  ont donc une lourde responsabilité.  L’enjeu  -aujourd'hui-   n’est plus de savoir qui est le plus "rouge", qui est le plus "anticapitaliste", qui est le plus "combatif"... L'enjeu n'est plus de savoir s'il existe une "vraie" gauche et une "fausse" gauche (qui devrait dès lors être "dénoncée",  "démasquée" ou "démystifiée")...


Il s'agit maintenant d'abandonner les querelles stériles d'étiquettes et de chapelles pour dégager une voie pour une réponse stratégique et programmatique originale,  adaptée à notre époque et capable d'enfin répondre aux multiples et complexes enjeux de notre temps !


Ce blog a pour   -modeste-  ambition d'apporter une toute petite contribution dans cette vaste perspective.

Interêts

Syndicalisme, politique, littérature, cinéma