Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 septembre 2022

Gothic Culture

242836540_4176426155800426_7050336126975901633_n.jpg

De droite à gauche :

Vincent Price, Peter Lorre, Boris Karloff
et Basil Rathbone
 

12:12 Publié dans Blog, Film, Humour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

02 août 2022

Oui, la bande dessinée !

couv swing.jpg

 

 

 

 

akim color.jpg

yuma.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Je lis des bandes dessinées depuis que je sais lire ! 

Voilà donc maintenant 60 ans que ce "dada" perdure et l’âge n’a jamais entamé ce puissant intérêt. 

Enfant, à l’école primaire, je ne lisais que des BD !

Aucun "livre sans illustration", comme l’on disait à l’époque. Il y en avait d’ailleurs très peu chez moi –hormis quelques Bob Morane (mais seule la couverture dessinée m'attirait !)– car mes parents avaient d’autres préoccupations que la "littérature". 

Je lisais d’abord des "petits formats" que mon père achetait sur le marché de Braine-Le-Comte. Un très "mauvais genre" parmi les "mauvais genres", qui avait nécessairement mauvaise presse dans les Golden Sixties.

Mais cela a-t-il vraiment changé depuis lors ? 

Et comme j’avais la chance d’habiter près d’une bibliothèque (catholique !), disposant d’une aile entièrement réservée à la BD, et qui ouvrait sa salle de lecture aux plus jeunes, j’ai passé quasi tous les mercredis après-midi à dévorer tous les albums soigneusement rangés sur les rayons, notamment les plus beaux fleurons de la "BD belgo-française". 

Puis, comme je n’étais pas rassasié,  j’ai également commencé à lire des illustrés, comme Spirou, Tintin ou Pilote. 

Ce sont ces BD qui m’ont donné le goût de la lecture et je n’ai lu mon premier livre de poche qu’à l’âge de 12 ans, durant les vacances qui précédèrent mon entrée dans l’enseignement secondaire (sans aucun lien de cause à effet !). Il s’agissait du Journal d’Anne Frank, un livre qui m’impressionna fortement, faut-il le préciser. 

Par la suite, durant toutes mes années à l’Athénée, j’ai continué à lire des BD et à consacrer beaucoup de temps à la lecture étant donné mon net désintérêt pour les études !

Une lecture qui s’est progressivement élargie à la littérature plus classique recommandée par l’institution scolaire, et ensuite aux "sciences humaines", principalement grâce à un professeur de français/morale qui a joué un rôle décisif dans mon évolution intellectuelle.  

Mais ceci est une autre histoire…

 

 

 

 

safari.jpgmarco.jpg

blek illustré.jpg

 

La route de l'ouest.jpgrodéo.jpg

ombrax.jpg

 

spiderman.jpgtarzan.jpg

rocambole.jpg

 

spirou hebdo.jpgtintin hebdo.jpg

journal mickey.jpg

 

fantask.jpgrenommer strange.jpg

comics.jpg

Echo.jpg

R (4).jpg274074794_10224376597274642_735517887611991083_n.jpg

l-affaire-tournesol-fr.png

 

asterixlegion.jpggil jourdan.jpg

l_enigme_de_l_atlantide_blake_et_mortimer_tome_7.jpg

 

Ric.jpgAlix tombeau.jpg

spirou z.jpg

 

billy_the_kid_lucky_luke_tome_20.jpgGaston-Gare-aux-gaffes.jpg

thorgal archers.jpg

 

Couv_4051.jpgjijé.jpg

bbtte.jpg

 

blue spectre.jpg

 

Comanche1-couv_28854.jpgmandrake.jpg

buddy-longway-tome-1-chinook.jpg

Balade mer salée.jpg

 

Pervers_pepere.jpg295876753_533851118459942_4079436691490141940_n.jpg

296097052_421881969978171_2230536609395237620_n.jpg

 

valérian oiseaux.jpg

luc orient.jpgjaunes.jpg

adèle momies.jpg

comès silence.jpg

 

canardo marque.jpglob transper.jpg

caza jlu.jpg

moebius a.jpg

la nuit.jpg

druuna.jpeg

isabella.jpgprolo.jpgjacula.jpg

paulette.jpgdéclic.jpg

blonde.jpg

giovanna c.jpgstanton.jpg

la-trilogie-nikopol-l-integrale-1.jpg

 

hentai 3.jpg

 

 

 

hentai1.jpg

hentai2.jpg

 

covernaruto.jpgcoverop.jpg

coverds.jpg

 

akira.jpgcoverdb.jpg

 

watchmen.jpg

 

V.jpgcoverlee.jpg

covereisner.jpg

coverloup.jpgbatman.jpg

avengers.jpg

 

covermaus.jpg

 

coversatrapi.jpgcoverlt.jpg

coverco.jpg

 

undertaker.jpgcoverblacksad.jpg

millenium.jpg

 

SH.jpgcover.jpg

scorpion.jpg

 

idées noires.jpg

 

cws.jpg

 

 

 

dargaud.jpg

1984-critique-bd.jpg

Orwell -Giraud.jpg

Orwell BD.jpg

OIP.jpg

Couv_405248.jpg

 

1984-coste-couv.jpg

 

 

08 février 2022

Clap de fin ?

Il faut se rendre à l'évidence, les temps changent.

En permanence.

De plus en plus rapidement.

Aujourd'hui, les "blogs" n'intéressent plus personne, ou presque.

De multiples "réseaux sociaux"  et "nouveaux moyens de communication" les ont supplantés.

N'ayant plus vocation à "labourer la mer", je vais donc cesser d'alimenter ces pages "rouge écarlate".

Définitivement ?

L'avenir le dira !

Mais s'il devait y avoir retour, ce serait de manière très épisodique.

Ciao.

 

R (2).jpg

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

03 janvier 2022

Lutte des classes

 

Le Nouvel Observateur : Quelle est la valeur de gauche qu’il faudrait selon vous promouvoir d’urgence ?
Marguerite Duras : La lutte des classes.
Le Nouvel Observateur : Pardon ?
Marguerite Duras : À part rétablir la lutte des classes, je ne vois pas…


(Le Nouvel Observateur, 2 avril 1992)

 

 

R (2).jpg

 

La lutte des classes et plus qu'une "valeur", elle est un fait. Mais que cette réalité soit escamotée par une bonne partie de la "gauche" ne date pas d'aujourd'hui. Il y a près de 30 ans, alors que Mitterrand en était à son deuxième mandat présidentiel, Marguerite Duras mettait déjà les pieds dans le plat social-libéral, à sa manière. Une prise de position qui n'a guère été entendue au vu des dérives de plus en plus droitières de celles et ceux qui prétendaient "changer la vie" et "changer le monde" !

11:54 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 janvier 2022

2022 : une fenêtre ouverte pour une "révolution citoyenne" ?

270940850_5212550448763829_7948025119824046947_n.jpg

 

 

On n'y a pas échappé !

Aux bêtisiers médiatiques répétitifs, aux traditionnelles rétrospectives d’une année qui se termine, aux appels rituels à la paix dans le monde, aux souhaits les meilleurs pour une autre année qui commence, aux serments de continuer la lutte contre un virus qui bouleverse nos vies.

0120195e110ac261114babeb424ac723.jpgVœux de bonheur, de santé, de prospérité pour celles et ceux qui restent dans la tradition ; vœux de lutte, de solidarité, voire de changement révolutionnaire pour celles et ceux qui veulent pimenter cette routine d’un supplément d’âme "militant".

Mais "engagés" ou "conformistes", ces espoirs réitérés modifient peu la réalité. Le monde du premier janvier 2022 n'est guère différent de celui du 31 décembre 2021 !

L’exploitation, l’oppression, les injustices, les inégalités, les guerres, la pandémie, la violence, le racisme, l’aliénation, les crises, le réchauffement climatique, la destruction de l’écosystème humain, l'extinction des espèces, resteront des soucis majeurs permanents.

L’histoire à venir ne dépend pas de vœux pieux, ni de prophéties hardies ou de pronostics hasardeux, mais de l’action et des choix quotidiens de chacun[e] !

Les mobilisations individuelles et collectives restent le seul moyen pour avancer vers une société d'harmonie entre les êtres humains entre eux et avec la nature.

 

2625989437.jpg

 

Tout au long des douze prochains mois, nous resterons donc confrontés aux mêmes menaces  : le recul des libertés au motif du combat contre l'épidémie du Sars-Cov-2, le poids de l’UE et de ses traités austéritaires,  les politiques gouvernementales réactionnaires, le dérèglement climatique, la croissance des inégalités sociales, les tensions internationales...

Et la résistance demeurera de mise ! Résistez.jpg

Parmi les échéances politiques prochaines : d’importantes élections chez nos voisins d’Outre-Quiévrain, les 10 et 24 avril. Avec une possibilité de changement de donne radicale en cas de victoire de l'"Union Populaire", de son programme et de son candidat. Assurément, un succès de Jean-Luc Mélenchon aurait ici des répercussions bien au-delà des frontières de l’Hexagone.

Voilà au moins une perspective pour l’année 2022 qui mérite un franc soutien !

 

 

jlm guetté.jpg

 

18:58 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

31 décembre 2021

?

270073435_4782796738470272_6490298952732186817_n.jpg

00:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 décembre 2021

Passage obligé

269882334_4704054956360019_8691529350498930252_n.jpg

 
Je ne voudrais pas jouer les rabat-joie mais c’est peu dire que je n’apprécie guère le mois de décembre, ses célébrations démonstratives, sa trêve des confiseurs rituelle, ses bons sentiments conformistes, son hypocrisie débordante et sa frénésie consumériste !
 
Une surconsommation de marchandises, des gaspillages sans fin et d’improbables illuminations ou trouvailles tape-à-l'oeil qui n’aideront d’ailleurs pas à progresser vers une sortie de la catastrophe écologique !
 
Certes, il n’est pas incongru de s’amuser et d’organiser des fiestas. Que du contraire même, surtout en cette période de crise sanitaire. Mais pourquoi le faire sur commande, de manière calibrée et en tombant trop souvent dans la démesure, comme celle des achats compulsifs ?
 
Noël –dans quelques heures maintenant– est censée être une célébration (d’abord) religieuse et, bien sûr, les chrétiens ont parfaitement le droit de magnifier leurs croyances. Je crois toutefois me rappeler que Jésus serait né dans une étable, sur de la paille, au milieu d’animaux bienveillants et entouré de parents réfugiés. Pas dans une orgie de grande bouffe et d’alcool coulant à flots, de sapins et de gadgets à profusion, de matraquage sans cesse recommencé des mêmes émissions et films TV !
 
Et puis surtout, il y a toutes ces personnes qui n’auront pas l’occasion de festoyer beaucoup, faute de moyens ou en raison de leur isolement.
 
Chaque année, c’est donc le même exutoire (presque) collectif –et ce n’est pas fini, dans quelques jours viendront les traditionnels vœux–, et chaque année rien ne change, ou si peu.
 
Sera-ce enfin l’exception avec 2022 ?
 
 

269885003_10159043409523439_5104021231667393846_n.jpg

21:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

23 décembre 2021

Pandémie, suite mais pas fin. Un point de vue tranchant...

 

269745197_2911663602413771_7712546242339659025_n.jpg

09:21 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 novembre 2021

COLÈRE CONTRE L'AUTORITARISME SANITAIRE

 

LA NATURE A HORREUR DU VIDE.

LA POLITIQUE AUSSI.

L’EXTREME-DROITE OCCUPE LA RUE QUAND LES "GAUCHES" LA DESERTENT !

 

EjOCKkiWoAAK1PI.jpg

 

La ’’grande presse’’ commente largement ce qu’elle appelle un ’’durcissement des protestations contre les mesures anti-covid’’. En mélangeant tout et son contraire, au même titre que les innombrables commentaires sur les ’’réseaux sociaux’’ qui traduisent un véritable désarroi face à une situation il est vrai déconcertante. Quelques réflexions.

 

  1. Dans une ’’démocratie’’ et dans un ’’Etat de droit’’ peuvent être sanctionnées les personnes qui ne respectent pas la loi et les règles qui en découlent. Nous ne sommes pas dans un tel cas de figure ici : les ’’non-vaccinés’’ ne bafouent aucune disposition légale ; ils font simplement usage d’une liberté qui leur est accordée.
  2. Ce sont les gouvernements et leurs majorités politiques qui refusent de légiférer au sujet de ’’l’obligation vaccinale’’. Il ne s’agit nullement d’une décision prise par je ne sais quels ’’Illuminatis’’ ni quels obscurs ’’complotistes’’.
  3. Le présent ’’chaos’’ contribue à fracturer la population et participe à la construction d’une conflictualité exacerbée entre ’’pro-’’ et ’’anti-’’ vaccination. Cette antagonisme entre ’’ceux d’en-bas’’ profite à ’’ceux d’en haut’’ qui peuvent évacuer les débats sur les causes structurelles des pandémies et sur leur propre bilan dans la gestion de cette crise sanitaire !
  4. Les dérives autoritaristes actuelles ne sont pas anodines. Il est étonnant de constater que certains ’’progressistes’’ ne s’en inquiètent guère et parfois même applaudissent des deux mains ! Pourtant, quelle est cette ’’organisation sociale’’ où doivent être exhibés plusieurs fois par jour un ’’laisser-passer’’ (appelé chez nous Covid Safe Ticket) et ses papiers d’identité afin de pouvoir circuler librement, qui pour aller boire un verre dans un café, qui pour aller manger dans un restaurant, qui pour visionner un film dans une salle de cinéma ou assister à un spectacle culturel…, et ainsi de suite ? Quelle est cette ’’organisation sociale’’ qui permet à des citoyen(ne)s de contrôler quotidiennement d’autres citoyen(ne)s pour vérifier s’ils disposent des documents requis ou s’ils respectent les injonctions gouvernementales ? Quelle est cette ’’organisation sociale’’ qui privilégie un mode de décision ’’verticaliste’’, sans concertation aucune avec la ’’société civile’’ et les multiples associations représentatives du plus grand nombre ?
  5. Comment s’étonner, dans ces conditions, de l’existence d’un mécontentement grandissant et d’une montée des oppositions ? Comment être surpris par la multiplication de manifestations diverses et par le recours à des actions musclées de certains groupes, d’extrême-droite notamment, à la recherche d’une légitimité qu’ils pourraient maintenant providentiellement gagner ?
  6. L’essayiste Naomi Klein, dans un épais volume consacré à la ’’stratégie du choc’’, expliquait naguère comment les élites ultra-libérales utilisaient les crises et les catastrophes pour saper les fondements démocratiques des sociétés, et consolider ainsi leur hégémonie politique et idéologique. Elle soulignait l’émergence d’un ’’capitalisme du désastre’’ se donnant les moyens d’affaiblir toute contestation du despotisme du marché et de la logique du profit. Aujourd’hui, le ’’choc pandémique’’ confirme cette analyse. La Covid 19 sert de prétexte à une remise en question de droits et libertés démocratiques essentiels, hélas dans une certaine indifférence de beaucoup, tétanisés par la peur d’un virus.
  7. Les ’’gauches’’ doivent fermement combattre les orientations prétendument protectrices d’exécutifs qui ne se sont jamais réellement préoccupés de la santé des gens. On attend toujours de ces gouvernants des mesures fortes en matière de pollution (qui tuent des millions d'individus dans le monde chaque année !), de recours aux pesticides, ou de la ’’malbouffe’’… Le CST, qui est en réalité un ’’pass’’ autoritaire, incarne la duplicité des dominants. Il ne s’agit pas d’assurer une véritable sécurité sanitaire mais de renforcer le contrôle de la population, un contrôle déjà bien avancé avec certaines modalités de la ’’numérisation’’ de la société.
  8. Renoncer à relever ce défi anti-autoritaire reviendrait à ouvrir une voie royale aux ’’droites’’, parmi lesquelles les plus radicales ! Une erreur qui aurait de lourdes conséquences démocratiques, sociales et politiques…

 

 

258627226_10159312171833346_5034874101293913023_n.jpg

 

PS : Sur les antennes de la RTBF, j'ai entendu ce matin quelqu'un répéter que des malades du cancer ne pouvaient recevoir des traitements adéquats "à cause des non-vaccinés" qui encombraient les soins intensifs ! Voilà comment on divise une population ! Rappelons que les difficultés de l'hôpital sont la conséquence directe des politiques austéritaires des différents gouvernements : politiques de restructurations, de coupes budgétaires, de suppressions de lits et de matériel, qui ont poussé beaucoup de soignants découragés à changer de métier ! Si les moyens nécessaires étaient mis à disposition du secteur hospitalier, plutôt que de galvauder des milliards € pour l'achat de F35 par exemple, aucun "choix" ne devrait être effectué parmi les victimes de pathologies graves ! Décidément, les gouvernants, et celles/ceux qui relaient mécaniquement leurs discours, s'y entendent à merveille pour fracturer toujours plus la société et camoufler ainsi les lourdes responsabilités gouvernementales dans la gestion erratique de cette crise sanitaire ! 

09:06 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

08 novembre 2021

ERNEST MANDEL - UN ENGAGEMENT PERMANENT POUR LA RÉVOLUTION

Ernest Mandel est une figure majeure des "marxismes" du "court" et tumultueux XXème siècle.

Un militant, un internationaliste, un théoricien, certes.

Mais aussi un homme profondément jovial qui avait la camaraderie chevillée au corps, un humaniste révolutionnaire qui se situait dans la tradition des "Lumières", un volontariste qui ne s'arrêtait pas devant les innombrables obstacles dressés par les tenants de l'ordre du Capital !

Un indécrottable "optimiste" ont souvent ajouté avec ironie et condescendance d'aucuns qui sont revenus de tout.

Oui, Ernest était convaincu que l'"émancipation humaine" était un combat de longue haleine qui finirait par triompher. Oui, il considérait le "socialisme/communisme" comme la seule issue à la barbarie de notre époque capitaliste. Oui, il était persuadé que cette "utopie concrète" se matérialiserait à l'avenir. Oui, il avait pleinement confiance dans les mouvements de masse et leurs capacités d'auto-organisation.

Bien sûr, la réalité lui a donné tort jusqu'ici. Bien sûr, l'actuelle "catastrophe écologique" assombrit encore un peu plus le futur des espèces vivantes, parmi lesquelles la nôtre !

Mais à moins de se résigner et d'opter pour un repli individualiste, la lutte reste la seule voie. Même si nos modes d'action et nos objectifs doivent être ajustés en tirant les enseignements du passé, en intégrant  les spécificités du "capitalisme financier globalisé", en assimilant pleinement les répercussions d'une société "numérisée" de contrôle généralisé...

 

¡Hasta la Victoria Siempre!

 

"Ne succombez pas au désespoir, à la résignation, ou au cynisme, face aux terribles épreuves qui nous attendent tous. Ne vous repliez pas sur les «solutions individuelles». N'oubliez jamais l'engagement moral de tous ceux qui se réclament du marxisme : la défense intransigeante des intérêts des exploités et des opprimés à l'échelle mondiale, tout le temps. Ne vous contentez jamais d'activités de pure propagande. N'oubliez jamais l'engagement initial et final de Marx : essayer de commencer à changer le monde."

 

Ernest Mandel, New-York, 11 novembre 1994

 

 

 

 

254418962_2689547651339892_4543494739672304882_n.jpg

 

Parution février 2022 (à commander dès maintenant sur syllepse.net)
 
Né de parents juifs, Ernest Mandel est élevé dans un foyer socialiste de gauche. Il rejoint, en 1939, la petite section belge de la 4e Internationale et participe à la résistance antinazie; il est arrêté par deux fois, s’évade. Arrêté une troisième fois, il est envoyé dans un camp de travail.
 
Après la guerre, il devient un membre influent du mouvement syndical belge. Dans les années 1960, il publie des ouvrages de théorie économique marxiste qui seront édités dans de multiples langues, à des millions d’exemplaires. En 1963, il est exclu du Parti socialiste belge, avec les membres de son aile gauche, et participe alors à la création de la Ligue révolutionnaire des travailleurs. Durant toutes ces années, il est l’un des principaux animateurs de la 4e Internationale et il parcourt le monde dans tous les sens. Il est présent à Cuba où il se lie à Che Guevara. Il est actif dans le soutien au FLN algérien dans sa lutte de libération et aux mouvements de guérilla latino-américains. On le retrouve en Pologne et en Allemagne de l’Est où il entre en contact avec les dissidents.
 
Décédé d’une crise cardiaque en 1995 à Bruxelles, Ernest Mandel a été l’un des intellectuels marxistes anti-staliniens les plus en vue de la seconde moitié du 20e siècle.
 
Ses écrits ont été publiés dans plus de quarante langues. Son dernier ouvrage majeur, Le troisième âge du capitalisme, a eu une large influence sur le renouveau de la pensée marxiste.
 
Pour l’écriture de cette biographie, Jan ­Willem Stutje a eu accès aux archives privées d’Ernest ­Mandel. Il a également interviewé de nombreuses personnalités qu’il a connues. Il raconte ici également les relations entretenues par Ernest Mandel avec des intellectuels de renom, comme Jean-Paul Sartre, Ernst Bloch ou Perry Anderson.
 
La vie d'un révolutionnaire et celle, parfois tragique, de l’homme.
 

Mandel wiaz.jpg