Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 décembre 2021

SFFF (IV). BD-SF

 

 

"La science-fiction contemporaine est devenue le genre littéraire le plus intelligent en cette seconde partie du XXème siècle." (Yves Frémion) [1]

"La SF est, à mes yeux, le genre majeur parmi les genres, parce qu'elle a toujours été une façon puissante d'interroger l'homme à partir de la technologie et que, précisément, en ce XXIème siècle naissant, jamais l'homme n'aura subi mutation anthropocentrique plus radicale et plus immersive." (Alain Damasio) [2]

 

 

HistoireSF.jpg

 

La Bande Dessinée (BD) et la Science-Fiction (SF) forment un vieux couple.

La première rend hommage à la seconde, en lui consacrant une "histoire".

Ce n'est pas à proprement parler ludique, c'est même souvent aride. Car en plus de 200 pages, est dressé un panorama de la SF étonnement complet, qui suit généralement un ordre chronologique, depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours.

C'est très dense, il y a beaucoup de texte et la valeur "scientifique" de l'ouvrage est indéniable. Ce qui n'est pas une surprise car le "scénariste", Xavier Dollo  –lui-même écrivain de SF et de Fantasy, libraire spécialisé et éditeur–,  maîtrise parfaitement son sujet.

Les connaisseurs apprécieront donc ce pavé qui constitue au passage un excellent aide-mémoire. Les profanes trouveront pour leur part une introduction très complète à un genre incontournable de la littérature, n'en déplaise à une certaine "élite" !

Mais pour les uns et les autres, mieux vaut éviter de le lire d'une seule traite car c'est parfois indigeste, il faut de très bons yeux pour déchiffrer les fréquents petits caractères, et apprécier à leur juste valeur les planches nécessite du temps !

Saluons d'ailleurs l'excellent travail de Djibril Morissette-Phan, qui visualise avec bonheur les dialogues et monologues qui se succèdent, où les grands noms de la SF prennent la parole pour expliquer leurs propres écrits ou ceux de leurs comparses. Il y a d'évidence un aspect "documentaire" renforcé par de judicieuses mises en perspectives et d'importants rappels des différents contextes qui ont favorisé le déploiement d’œuvres et chefs-d’œuvre.

L'ensemble est passionnant et cet album jubilatoire restera une référence pour un bon moment.

 

[1] FRÉMION Yves, Par delà les murs du sommaire..., in UNIVERS 01, J'ai Lu, Paris, 1975, page 6.

[2] DAMASIO Alain, entretien avec A.St. Epondyle, in MÉTAL HURLANT 1 , Automne 2021, page 22.

 

histoire sf.jpg

 

Xavier DOLLO et Djibril MORISETTE PHAN (Préface : Pierre BORDAGE), Histoire de la Science-Fiction en Bande Dessinée, Editions Critic/Les Humanoïdes Associés, Los Angeles, 2020.

 

p136-histoire-sf-090c1.jpg

23 décembre 2021

SFFF (III). ANTICIPER

brunner.jpg

 

"L'avenir, n'est plus ce qu'il était. Il est proche, il est moche. Un fascisme rampant renaît dans toute l'Europe en proie à la stagnation. Le puritanisme domine l'Angleterre, où des bandes de voyous à cheveux ras lynchent les homosexuels et pourchassent les noirs. Dans des meetings de masse, des prédicateurs hystériques fanatisent contre l'immoralité des hordes de bigots refoulés."

[1973]

04 novembre 2021

SFFF [II]. UN PASSIONNÉ PASSIONNANT

 

4bbf97b0b97f50e4ca1ee5602a5425df.jpg

 

 

Difficile de n’avoir aucun point commun avec Jean-Pierre Dionnet !  

La vie de cet activiste culturel a été si dense, ses activités si diverses, ses passions si variées, ses rencontres si nombreuses, que tout le monde  –enfin presque– peut repérer un intérêt convergent ou des coups de foudre partagés. 

Ainsi, je suis solidaire à 1000 % avec son jugement sur la série TV "Le Prisonnier" qu’il considère comme "la plus grande série du monde de tous les temps" !  Et je le rejoins aussi sur quelques autres broutilles, naturellement… depositphotos_165162870-stock-illustration-smiley-emoticon-with-ok-sign_foro.jpg

 

 

Mais reprenons en nous agrippant au fil de ses mémoires, rédigées en collaboration avec Christophe Quillien, truffées d’informations sur une époque aujourd’hui révolue, de digressions et d’anecdotes le concernant ou concernant ses innombrables relations. 

Donc, le gaillard, qui a beaucoup lu –et de tout– durant une scolarité confinée dans un internat, est monté ensuite à Paris où il a enchaîné des boulots : chez Renault (brièvement), vendeur aux puces, assistant libraire, avant d’entrer au magazine Pilote (en 1968) où il écrira des scénarios pour Moebius, Druillet, Bilal, Solé et beaucoup d’autres. 

Proche de Mandryka, il est partie prenante de l’aventure "L’Echo des Savanes", première mouture, en 1971. Mais c’est en 1975 qu’il frappera fort en créant Métal Hurlant avec ses potes Jean Giraud et Philippe Druillet, une publication frappadingue qui tiendra douze ans et qui connaîtra maintes péripéties qui l’occuperont tant et plus. 

Ses fonctions et son aura atypique lui permettent de rencontrer tout au long de ces années de très nombreuses personnalités. Un tourbillon mondain qui ne cessera de prendre de l’ampleur avec le temps, notamment quand il deviendra producteur et réalisateur d’émissions de télévision (comme "Les enfants du Rock") tout en continuant à écrire inlassablement des bandes dessinées. 

Les noms, les portraits, les potins, les appréciations, les jugements défilent page après page. Tour à tour drôles, surprenants, croustillants, piquants, révélateurs, souvent dignes d’intérêt et… parfois discutables ! 

Mentionnons parmi les "rencontres", dans le monde de la SF et de l’étrange, les "Jacques" (Goimard, Sadoul, Bergier), Robert Louit, Gérard Klein, Philippe Curval, William Desmond, Philip K. Dick, Harlan Ellison, John Brunner… ; pratiquement tout qui a compté dans l’univers du "neuvième art", de Pratt à Stan Lee, en passant  –outre les vieux complices Moebius et Druillet–  par Tardi, Got, Gotlib, Brétecher, Cestac, Pétillon, Margerin, Jodorowsky, Corben, Schuiten… impossible de les citer tous. Au niveau musical, un Gainsbourg ou un Mick Jagger. Et puis il y a le cinéma et la télévision, mais chut…  

Si vous êtes fan de science-fiction, de BD, de polars, de séries télévisées ou de septième art, si vous voulez assouvir votre curiosité intellectuelle, il n'y a pas à hésiter : lisez ce bouquin !

 

DIONNET Jean-Pierre/QUILLIEN Christophe, Mes Moires un pont sur les étoiles, Hors Collection, 2019, 19 €

 

 

 

MORCEAUX CHOISIS

 

trange adventure.jpgIl a fallu attendre le succès d’Astérix pour voir le neuvième art  –qui n’avait rien d’artistique pour la plupart des adultes– bénéficier en France d’un début de reconnaissance dans les années 1960. La bande dessinée était à ranger dans la même catégorie que la science-fiction, le polar et la musique rock : une sous-littérature ou une sous-culture réservées à une population de quasi-débiles mentaux et d’adultes abrutis insensibles à la beauté et à la grandeur de la "vraie" culture. Je n’ai donc jamais eu à me battre ni à me cacher pour en lire. Ma mère m’a même fait fabriquer des étagères sur MH - Robot rêveur.jpglesquelles je range mes fascicules. Et j’en lis beaucoup. Je dévore tout ce qui me tombe sous la main. De la BD américaine, française ou italienne, peu m’importe, je ne suis pas sectaire et je me moque des frontières. Tout me plaît, tout m’enchante, tout m’émerveille. (p.32) 

Un roman, une BD, une chanson, un film sont éternels. Et ils prennent une nouvelle dimension quand nous les retrouvons après une longue absence. (p.49) 

Avec un brin d’imagination, tout est possible. (p.55) 

Il n’existe pas d’art majeur ou d’art mineur, seulement de bonnes et de mauvaises œuvres. (p.66) 

Je crois que si j’arrêtais de me déplacer, je serais mort. Courir n’est pas un but en soi. Je n’ai jamais eu de but dans la vie, je n’ai jamais décidé de m’engager dans telle ou telle aventure. Je n’ai fait que saisir les occasions qui se présentaient et accepter les propositions qui m’étaient faites. Car il n’y a rien à trouver, c’est le déplacement qui est important. (p.82) 

J’avais l’impression, au lendemain de Mai 68, que les véritables préoccupations étaient celles qui relevaient du quotidien et qu’il était désormais interdit de rêver, comme si le rêve nous interdisait de vivre. Nous étions des rêveurs, mais cela ne nous empêchait pas de vivre dans la vie de tous les jours. Et la curiosité tous azimuts de Bergier ne l’empêchait pas d’avoir un solide coup de fourchette. (p.92) 

MH serein.jpgChacun de nous exprimait sa propre vision du monde. Bilal naviguait entre la réalité et les univers fantastiques, ses histoires parlaient d’un passé récent terrible et d’un avenir qui ne l’était pas moins. Tardi préférait mettre en scène ses mondes intérieurs. Moi, je me sentais bien dans des mondes d’avant ou d’après, mais surtout pas dans le monde contemporain. (p.158) 

Une autre revue était envisagée, elle devait s’appeler Métal hurlant. Mandryka avait eu l’idée du titre, mais il n’était plus très chaud pour se lancer dans l’aventure, à cause des difficultés financières de L’Echo. C’est Druillet, Moebius et moi qui avons repris le flambeau. La suite de l’histoire, tout le monde la connaît. (p.164) 

MH - Humour.jpgA Métal, nous venons d’une autre planète : la nôtre. Nous avons enfanté notre propre monde, notre propre univers graphique, notre propre langage visuel. Certains s’en amusent, d’autres s’en agacent. Ils ont peut-être peur de nous. Ils ont raison d’avoir peur. Métal hurlant est un meilleur journal que Pilote, un meilleur journal que L’Echo des savanes. (p.179) 

La science-fiction ne doit pas toujours être trop sérieuse, elle doit aussi faire rire les lecteurs. (p.186) 

Il faudra bien que l’Éducation nationale se décide un jour à enseigner à l’école la lecture des images et celle de la bande dessinée. (p.194) 

Druillet a dynamité la structure de la planche et de la case, Moebius l’a druillet salambo.jpgminée de l’intérieur pour nous emmener là où il voulait. L’un est un visionnaire viscéral qui ne calcule pas, l’autre était un manipulateur, un illusionniste, un magicien. (p.195)

Si la science-fiction a nourri mon imaginaire, j’ai toujours été et je reste un grand lecteur de romans noirs. Je crois même que le polar est la littérature du XXème siècle par excellence, encore plus que la SF (…). La science-fiction a deviné le XXIème siècle (...) mais elle n’est pas –ou pas encore– allée au-delà. (p.222) 

Jean Giraud plaçait son œuvre personnelle au-dessus de tout, et l’obsession de cette œuvre l’obligeait à laisser de côté son humanité. Au fond, Jean n’était pas très humain. Il me disait parfois qu’il n’était pas quelqu’un de "gentil". Il savait qu’il n’était pas le père idéal, pas plus que le collaborateur idéal. Il n’avait pas de cœur, alors que Druillet a toujours eu un cœur trop grand.  Mais je crois qu’il ne faut pas lui en vouloir. Les grands auteurs n’ont pas le choix. Leur œuvre personnelle prime sur le reste et R.jpgJean Giraud-Moebius n’échappait pas à la règle. Las artistes sont des gens déficients et leur création sert à combler cette déficience. Quand je dirigeais Métal hurlant, il m’est arrivé de manquer d’humanité. Le sort du journal passait avant tout, même si j’ai parfois publié un auteur en sachant qu’il ne se vendrait pas, comme Charlie Schlingo. Je n’étais pas un bon mari, je me consacrais entièrement à Métal, que je considérais au même titre qu’une œuvre d’art. A ce moment précis, je n’étais sans doute pas un être humain remarquable, mais il faut parfois faire les choix qui s’imposent. (p.261) 

"Destination Séries" est une émission bimensuelle qui dure trente minutes. (…) Je présente l’émission avec Alain Carrazé. Ce type est un fou. Un fou de séries s’entend. (…) Même si je suis loin de m’y connaître autant que lui, je suis néanmoins un amateur du genre. Le Prisonnier reste ma plus grande série du monde de tous les temps. Elle date peut-être des années 1960, mais elle n’est pas démodée. La preuve : dans la société contemporaine, nous avons fini par devenir des numéros, comme Patrick McGoohan. (p.393)

 

R (1).jpg 

 

 

01 novembre 2021

SFFF [I]. MÉTAL HURLANT, HIER ET AUJOURD'HUI

513QpETrtLL._SX383_BO1,204,203,200_.jpg

 

C’est une époque que les moins de 50 ans, avec ou sans Rolex, connaissent peu : les années 70, dans l’immédiate foulée de 1968, en pleine effervescence politique et sociale, mais aussi culturelle.

Une ébullition qui n’émergeait pas du néant. La SF et la BD constituaient déjà chacune un "continent" que les "élites" s’efforçaient pourtant d’invisibiliser en tentant de repousser ces "genres" en marge d’une "culture" réservée à une minorité de sachants.  

Toutefois, cette condescendance aristocratique ne put entraver la popularité de ces moyens d'expression qui foisonnaient : BD franco-belge, comics en provenance d’Outre-Atlantique, presse satirique, littérature fantastique, fictions scientifiques, musique rock…

MÉTAL HURLANT fut un enfant turbulent de cette vague underground.

 

humanoides associés - début.jpg

 

Porté sur les fonts baptismaux en 1975 par trois créateurs issus de l’hebdomadaire Pilote, le "journal qui s’amuse à réfléchir", les ébouriffants Jean-Pierre Dionnet, Jean Giraud (Gir/Moebius) et Philippe Druillet, rejoints par un quatrième "Humanoïde associé", Bernard Farkas, le "financier" de l’aventure.

Cette Odyssée, qui bouscula le "neuvième art" en France et qui eût des répercussions internationales, perdura douze ans.

MH - HM.jpg

Gilles Poussin et Christian Marmonnier l’ont racontée en 2005 et cette somme vient d’être ré-éditée [*].

S’appuyant sur les témoignages contradictoires des principaux acteurs de l’époque, sur d’innombrables documents/photos extraits du magazine et de ses avatars, ces 300 pages jubilatoires consacrées à l’empire MÉTAL HURLANT méritent d’être mises entre toutes les mains.

Pourquoi pas sous le sapin, dans une période propice aux offrandes ?

 

[*] MARMONNIER Christian, POUSSIN Gilles, Métal Hurlant 1975-1987, La machine à rêver, Denöel, Paris, 2021

 

MH Spécial Noel.jpg

 

MÉTAL HURLANT, LE RETOUR !

 

Au menu :  280 pages articulées autour d’une thématique, le "Futur proche" dans la SF.

Verdict ?

Inutile de tenter des comparaisons car le contexte a changé et un certain monde qui s’engageait dans le dernier quart du XXème siècle n’est plus tout-à-fait le même que celui du premier quart du XXIème siècle. Pour le meilleur et pour le pire !

Et puis, Moebius n’est plus et Druillet a modifié sa trajectoire artistique…

 

MH - les deux n°1.jpg

Minorés, donc, le côté rock et déjanté, l’inventivité graphique et la créativité esthétique, la remise en question des codes et des narrations classiques, les transgressions et les délires de trublions décomplexés.

Certes, un "copier-coller" entre hier et aujourd’hui n’aurait pas été pertinent, mais l’on pouvait néanmoins attendre plus de peps et une publication moins sage, même en notre époque aseptisée !

Les 22 BD proposées (format "histoires complètes") sont souvent minimalistes et la dense première partie consacrée à plusieurs articles et entretiens (Damasio, Bilal, Gibson…), n'apporte aucune illumination fracassante !

Ce premier numéro mérite naturellement le bénéfice du doute. La nouvelle cuvée de MÉTAL HURLANT devra faire ses maladies de jeunesse avant, souhaitons-le, de trouver une tonalité moins mièvre et plus subversive !

Attendons par conséquent la suite, c’est-à-dire le numéro 3, car le numéro 2 planifié pour janvier 2022, sera une publication vintage orchestrée par le "vieux" baroudeur de l'imaginaire, Jean-Pierre Dionnet  himself !

 

251556960_4486568728098260_6152124249303750542_n.jpg

23 octobre 2021

B et BD

 

247462379_10222579579452428_8668849602398846669_n.jpg

22 octobre 2021

Intemporel !

 

800x600_visuelconcert-7526546.jpg

 

 

"Brassens, authentique chanteur populaire, est aussi l'héritier de toute une tradition poétique française et il n'aura de cesse tout au long de sa carrière de chanter les poètes : Villon, Hugo, Musset, Lamartine, Fort, Aragon. Pourtant, lui même répugnait à se dire poète et se voulait plutôt un artisan. Un artisan, qui par sa maîtrise de la langue française, donna à la chanson une beauté formelle inégalée."

 

[Gilles Verlant, L'Odyssée de la chanson française, 2006]

 

 

246126007_10216159805466779_1944593892740313361_n.jpg

19 octobre 2021

Critique(s)

"Marx a sous-titré Le Capital, comme les Grundrisse, Critique de l'économie politique, et Lénine soulignait déjà que Marx ne se place jamais sur le terrain économique dans ses analyses, car il conçoit la production comme un acte biologique de métabolisme entre l'homme et la nature. Ainsi, écrivait Marx en 1844 dans ses Manuscrits parisiens, il pourra ne plus y avoir qu'une seule science sous le communisme, celles des sciences de la nature.
 
(...)
 
Cette critique de l'éducation  –comme l'a été celle de l'économie politique– est fondée essentiellement sur des critères de classe soulignant le caractère faussement impartial et objectif de toutes les institutions existantes qui trouvent finalement leur explication dans l'économie.
 
D'emblée, Marx ramasse en une synthèse formidable les caractéristiques de la bourgeoisie, qu'il définit d'une manière qui peut paraître paradoxale à certains : «l'argent et la culture en sont les deux critères essentiels» [Critique du droit politique de Hegel]
 
(...)
 
A mesure que se développe la division du travail, le savoir, l'art et la culture se séparent des producteurs, passent dans les superstructures et sont monopolisés par les classes dominantes"
 
 
[Roger Dangeville, Présentation de textes de Karl Marx et Friedrich Engels sur la Critique de l'éducation et de l'enseignement, Maspéro, 1976]
 
 
 

71H2IU5brBL.jpg

29 septembre 2021

Le retour !

 

1136_metalhurlant_n1_couverture_page-0001.jpg

 

A suivre...