Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 mai 2022

Nouvelle Union Populaire

 

Sur la situation politique française, quelques éléments d’analyse concrète d’une situation concrète.
 
 
nupes.jpgCes derniers jours, il a beaucoup été question du rassemblement des gauches, un processus qui met en rage la plupart des journalistes des médias dominants, ceux qui sont la propriété de quelques milliardaires, et une dynamique qui inquiète la caste des privilégiés et des dominants.
 
A contrario, au niveau du peuple, l’enthousiasme et l’espoir renaissent, même s’il subsiste de légitimes interrogations et parfois un certain scepticisme, eu égard le bilan calamiteux du PS au pouvoir (2012-2017).
 
Aujourd’hui, il n’y avait toutefois pas d’autre option que de tenter de construire cette "union", et il faut saluer le rôle joué par la force politique dominante à gauche, l’Union Populaire de Jean-Luc Mélenchon.
 
Pourquoi cette nécessité ?
 
• Depuis 2017, les rapports de force électoraux sont largement en faveur des différentes droites.
• L’extrême-droite ne cesse de progresser et les 42 % du Rassemblement National le soir du 24 avril indiquent que la cote d’alerte est largement dépassée.
• La reconduction de Macron pour un second mandat et la perspective d’une nouvelle majorité présidentielle annoncent 5 années supplémentaires de désastre social, de menaces pour la démocratie, d’inaction tragique devant la catastrophe écologique.
• La crise de la représentation politique et l’incapacité des vieux partis à présenter des réponses attractives et crédibles aux urgences de notre temps poussent des millions d’électeurs écœurés dans la voie de l’abstention et entretiennent un cynisme grandissant.
 
Par conséquent, comme la politique a horreur du vide et comme les élections législatives sont proches, une réponse forte devenait  indispensable.
 
Voici donc la "Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale" !
 
 

FSKiOfCXwAAC6Gt.jpg

 
Avec quels objectifs ?
 
Gagner les 12 et 19 juin !
 
Gagner car on ne participe pas à une bataille électorale pour témoigner ou pour perdre. Gagner pour pouvoir mettre en œuvre une autre politique qui réponde aux besoins et aux aspirations du plus grand nombre. Gagner pour arrêter la croissance des inégalités et l’augmentation de la pauvreté. Gagner car le temps presse pour la planète. Gagner pour redonner du tonus à une démocratie défaillante. Gagner pour engager une rupture avec un mode de production/de consommation/d'échange capitaliste qui enferme l’humanité dans une dangereuse impasse.
 
Possible ?
 
Oui, car le "bloc bourgeois" est actuellement "explosé". Les droites sont divisées, LREM et LR. Les extrêmes-droites sont divisées, RN et R. Et le centre, comme toujours, est enlisé dans les sables mouvants de la confusion.
 
Il existe donc une "fenêtre de tir", une opportunité réelle d’imposer une "cohabitation" au monarque soutenu par toute l’oligarchie financière depuis 2017.
 
Même si cela ne sera pas simple et même s’il subsiste une inconnue de taille dans quelques semaines, le niveau de l’abstention !
 
Dans l’opposition ou au pouvoir, un autre facteur sera primordial pour les gauches unies : la mobilisation populaire !
 
arton28028.jpgEn mai-juin 1936, un grand mouvement de grèves avait porté le gouvernement de Léon Blum. Certes, l’histoire ne se répète jamais (Marx), ou à tout le moins elle ne se répète pas à l’identique. Le 21ème siècle n’est pas le 20ème siècle, 2022 n’est pas 1936.
 
Mais sans ébullition "en bas", il sera plus difficile de changer la vie et transformer la société par les seules décisions gouvernementales ou par des débats limités à l'Assemblée Nationale.
 
L’heure n’est plus aux tergiversations.
 
Il reste un bon mois pour se défaire de la résignation et arracher la victoire face au vieux monde et à ses représentants. 
 
 

FSKyaB_XMAUi6Nc.jpg

08 février 2022

Clap de fin ?

Il faut se rendre à l'évidence, les temps changent.

En permanence.

De plus en plus rapidement.

Aujourd'hui, les "blogs" n'intéressent plus personne, ou presque.

De multiples "réseaux sociaux"  et "nouveaux moyens de communication" les ont supplantés.

N'ayant plus vocation à "labourer la mer", je vais donc cesser d'alimenter ces pages "rouge écarlate".

Définitivement ?

L'avenir le dira !

Mais s'il devait y avoir retour, ce serait de manière très épisodique.

Ciao.

 

R (2).jpg

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

03 janvier 2022

Lutte des classes

 

Le Nouvel Observateur : Quelle est la valeur de gauche qu’il faudrait selon vous promouvoir d’urgence ?
Marguerite Duras : La lutte des classes.
Le Nouvel Observateur : Pardon ?
Marguerite Duras : À part rétablir la lutte des classes, je ne vois pas…


(Le Nouvel Observateur, 2 avril 1992)

 

 

R (2).jpg

 

La lutte des classes et plus qu'une "valeur", elle est un fait. Mais que cette réalité soit escamotée par une bonne partie de la "gauche" ne date pas d'aujourd'hui. Il y a près de 30 ans, alors que Mitterrand en était à son deuxième mandat présidentiel, Marguerite Duras mettait déjà les pieds dans le plat social-libéral, à sa manière. Une prise de position qui n'a guère été entendue au vu des dérives de plus en plus droitières de celles et ceux qui prétendaient "changer la vie" et "changer le monde" !

11:54 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 janvier 2022

2022 : une fenêtre ouverte pour une "révolution citoyenne" ?

270940850_5212550448763829_7948025119824046947_n.jpg

 

 

On n'y a pas échappé !

Aux bêtisiers médiatiques répétitifs, aux traditionnelles rétrospectives d’une année qui se termine, aux appels rituels à la paix dans le monde, aux souhaits les meilleurs pour une autre année qui commence, aux serments de continuer la lutte contre un virus qui bouleverse nos vies.

0120195e110ac261114babeb424ac723.jpgVœux de bonheur, de santé, de prospérité pour celles et ceux qui restent dans la tradition ; vœux de lutte, de solidarité, voire de changement révolutionnaire pour celles et ceux qui veulent pimenter cette routine d’un supplément d’âme "militant".

Mais "engagés" ou "conformistes", ces espoirs réitérés modifient peu la réalité. Le monde du premier janvier 2022 n'est guère différent de celui du 31 décembre 2021 !

L’exploitation, l’oppression, les injustices, les inégalités, les guerres, la pandémie, la violence, le racisme, l’aliénation, les crises, le réchauffement climatique, la destruction de l’écosystème humain, l'extinction des espèces, resteront des soucis majeurs permanents.

L’histoire à venir ne dépend pas de vœux pieux, ni de prophéties hardies ou de pronostics hasardeux, mais de l’action et des choix quotidiens de chacun[e] !

Les mobilisations individuelles et collectives restent le seul moyen pour avancer vers une société d'harmonie entre les êtres humains entre eux et avec la nature.

 

2625989437.jpg

 

Tout au long des douze prochains mois, nous resterons donc confrontés aux mêmes menaces  : le recul des libertés au motif du combat contre l'épidémie du Sars-Cov-2, le poids de l’UE et de ses traités austéritaires,  les politiques gouvernementales réactionnaires, le dérèglement climatique, la croissance des inégalités sociales, les tensions internationales...

Et la résistance demeurera de mise ! Résistez.jpg

Parmi les échéances politiques prochaines : d’importantes élections chez nos voisins d’Outre-Quiévrain, les 10 et 24 avril. Avec une possibilité de changement de donne radicale en cas de victoire de l'"Union Populaire", de son programme et de son candidat. Assurément, un succès de Jean-Luc Mélenchon aurait ici des répercussions bien au-delà des frontières de l’Hexagone.

Voilà au moins une perspective pour l’année 2022 qui mérite un franc soutien !

 

 

jlm guetté.jpg

 

18:58 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

31 décembre 2021

?

270073435_4782796738470272_6490298952732186817_n.jpg

00:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 décembre 2021

SFFF (V). UNE FICTION PROPHÉTIQUE ?

 

270183644_10221108868339863_917976324836614004_n.jpg

 

 

Le film (Netflix) à visionner en cette fin d’année, assurément !

En quelques mots :  deux astronomes (interprétés par Jennifer Lawrence et Léonardo DiCaprio) découvrent une comète qui se dirige vers la Terre. Ses dimensions sont telles que l’inévitable collision –dans un délai de six mois– provoquera la destruction totale de toute vie sur notre planète ! Reste à donner l’alerte et à convaincre les autorités politiques du danger imminent, à commencer par la présidente des Etats-Unis (l'épatante Meryl Steep). Et là, tout se complique et la course d'obstacles commence : entre des politiques Dont-Look-Up-Soundtrack-Netflix-Every-Song-One.jpgobnubilés par les sondages et les prochaines élections, leurs conseillers cyniques pour qui la fin (le pouvoir) justifie les moyens (la fourberie), le boss d'une grande société du numérique tout entier mobilisé par le fric et qui a financé la campagne présidentielle afin d'obtenir un "retour sur investissement", des médias rongés par la course à l'audimat qui ont basculé dans la médiocrité, une opinion publique divisée –incrédule ou complotiste–  etc., la voie du salut est étroite, très étroite...

Un film "parodique" à la fois drôle, grinçant, féroce, jouissif, qui a rappelé au "vieux" que je suis devenu, un chef-d’œuvre de Stanley Kubrick  –Docteur Folamour–, sur une autre problématique (la "course aux armements nucléaires") et dans un autre contexte (la "guerre froide"), certes, mais avec un même aboutissement apocalyptique pour l'humanité.

Il y a bien sûr dans ce long métrage une critique du capitalisme et de sa recherche effrénée de profits. Se trouve également brocardé le déni collectif face à une catastrophe imminente (la métaphore de l'actuelle  "crise climatique" est ici évidente).

Mais c'est aussi un regard acerbe posé sur les comportements erratiques du plus Don_t_Look_Up_Deni_cosmique.jpggrand nombre : lobotomisé par la société consumériste ; scotché sur ses smartphones ; accroc aux envahissants réseaux sociaux ; incapable d'encore faire la distinction entre la réalité et les fake news ; manipulé par une caste médiatique obnubilée par la course à l'audience et les recettes publicitaires ; soumis aux contingences de l'éphémère et du superficiel !

Tout le monde en prend pour son grade : milliardaires, politiciens, journalistes, vedettes du Show Bizz, militaires, scientifiques...

Un film pessimiste ? Ou tout simplement un film lucide ?

A chacun(e) de se forger sa propre opinion...

 

dont-look-up-niko-tavernise-netflix.jpeg

16:27 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

26 décembre 2021

SFFF (IV). BD-SF

 

 

"La science-fiction contemporaine est devenue le genre littéraire le plus intelligent en cette seconde partie du XXème siècle." (Yves Frémion) [1]

"La SF est, à mes yeux, le genre majeur parmi les genres, parce qu'elle a toujours été une façon puissante d'interroger l'homme à partir de la technologie et que, précisément, en ce XXIème siècle naissant, jamais l'homme n'aura subi mutation anthropocentrique plus radicale et plus immersive." (Alain Damasio) [2]

 

 

HistoireSF.jpg

 

La Bande Dessinée (BD) et la Science-Fiction (SF) forment un vieux couple.

La première rend hommage à la seconde, en lui consacrant une "histoire".

Ce n'est pas à proprement parler ludique, c'est même souvent aride. Car en plus de 200 pages, est dressé un panorama de la SF étonnement complet, qui suit généralement un ordre chronologique, depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours.

C'est très dense, il y a beaucoup de texte et la valeur "scientifique" de l'ouvrage est indéniable. Ce qui n'est pas une surprise car le "scénariste", Xavier Dollo  –lui-même écrivain de SF et de Fantasy, libraire spécialisé et éditeur–,  maîtrise parfaitement son sujet.

Les connaisseurs apprécieront donc ce pavé qui constitue au passage un excellent aide-mémoire. Les profanes trouveront pour leur part une introduction très complète à un genre incontournable de la littérature, n'en déplaise à une certaine "élite" !

Mais pour les uns et les autres, mieux vaut éviter de le lire d'une seule traite car c'est parfois indigeste, il faut de très bons yeux pour déchiffrer les fréquents petits caractères, et apprécier à leur juste valeur les planches nécessite du temps !

Saluons d'ailleurs l'excellent travail de Djibril Morissette-Phan, qui visualise avec bonheur les dialogues et monologues qui se succèdent, où les grands noms de la SF prennent la parole pour expliquer leurs propres écrits ou ceux de leurs comparses. Il y a d'évidence un aspect "documentaire" renforcé par de judicieuses mises en perspectives et d'importants rappels des différents contextes qui ont favorisé le déploiement d’œuvres et chefs-d’œuvre.

L'ensemble est passionnant et cet album jubilatoire restera une référence pour un bon moment.

 

[1] FRÉMION Yves, Par delà les murs du sommaire..., in UNIVERS 01, J'ai Lu, Paris, 1975, page 6.

[2] DAMASIO Alain, Entretien avec A.St. Epondyle, in MÉTAL HURLANT 1 , Automne 2021, page 22.

 

histoire sf.jpg

 

Xavier DOLLO et Djibril MORISETTE PHAN (Préface : Pierre BORDAGE), Histoire de la Science-Fiction en Bande Dessinée, Editions Critic/Les Humanoïdes Associés, Los Angeles, 2020.

 

p136-histoire-sf-090c1.jpg

24 décembre 2021

Passage obligé

269882334_4704054956360019_8691529350498930252_n.jpg

 
Je ne voudrais pas jouer les rabat-joie mais c’est peu dire que je n’apprécie guère le mois de décembre, ses célébrations démonstratives, sa trêve des confiseurs rituelle, ses bons sentiments conformistes, son hypocrisie débordante et sa frénésie consumériste !
 
Une surconsommation de marchandises, des gaspillages sans fin et d’improbables illuminations ou trouvailles tape-à-l'oeil qui n’aideront d’ailleurs pas à progresser vers une sortie de la catastrophe écologique !
 
Certes, il n’est pas incongru de s’amuser et d’organiser des fiestas. Que du contraire même, surtout en cette période de crise sanitaire. Mais pourquoi le faire sur commande, de manière calibrée et en tombant trop souvent dans la démesure, comme celle des achats compulsifs ?
 
Noël –dans quelques heures maintenant– est censée être une célébration (d’abord) religieuse et, bien sûr, les chrétiens ont parfaitement le droit de magnifier leurs croyances. Je crois toutefois me rappeler que Jésus serait né dans une étable, sur de la paille, au milieu d’animaux bienveillants et entouré de parents réfugiés. Pas dans une orgie de grande bouffe et d’alcool coulant à flots, de sapins et de gadgets à profusion, de matraquage sans cesse recommencé des mêmes émissions et films TV !
 
Et puis surtout, il y a toutes ces personnes qui n’auront pas l’occasion de festoyer beaucoup, faute de moyens ou en raison de leur isolement.
 
Chaque année, c’est donc le même exutoire (presque) collectif –et ce n’est pas fini, dans quelques jours viendront les traditionnels vœux–, et chaque année rien ne change, ou si peu.
 
Sera-ce enfin l’exception avec 2022 ?
 
 

269885003_10159043409523439_5104021231667393846_n.jpg

21:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |