Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 septembre 2016

La citation du jour

meluche 1.jpg"L'Histoire est un processus ouvert qui ne réalise aucun plan prédéterminé. Tout est possible tout le temps avec des probabilités plus ou moins grandes"

 

Jean-Luc MELENCHON

18:55 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

26 septembre 2016

Dossier explosif, meurtres en série

prevost.jpegAvec La berceuse de Staline, Guillaume Prevost nous invite à partager une quatrième enquête de François-Claudius Simon, l’inspecteur du fameux 36, quai des Orfèvres [1].

Je n’entretiendrai aucun suspense quant à mon appréciation de ce roman « policier historique » : il s’agit d’un bon bouquin, garant d’un  agréable moment de lecture.

Diantre, une intrigue policière dans une Russie des Soviets toujours en guerre (civile), au printemps 1920 [2]…  Deux de mes dadas en un seul livre, bien écrit de surcroît ! Que demandez de plus ?

Le point de départ du tourbillon, qui va emporter le jeune inspecteur loin des frontières de l’Hexagone, est évidemment un crime. A Paris. Deux russes et leur fils ainé – les Milianov-  sont assassinés, ou plus exactement exécutés, manifestement par un professionnel.

Un règlement de compte au sein de l’émigration « blanche » ? Pas exactement. Il apparaît très vite que les victimes –de leur véritable nom, les Kaspov-  sont d’anciens agents de la police impériale, l’Okhrana, et qu’ils détenaient un dossier impliquant des dirigeants révolutionnaires ayant collaboré avec le funeste organe de la répression tsariste.  

Notamment Roman Malinovski, un « agent double » proche de Lénine, qui  -une fois démasqué après la Révolution d’Octobre-  fut exécuté, et une certaine  Julie Orestovna. Les policiers mettent également la main sur le texte d’une curieuse berceuse qui semble liée à un dirigeant du nouveau pouvoir, un dénommé Djougachvili, connu sous le nom de Staline.

Bref, autant d’éléments qui donnent de la consistance à l’hypothèse d’un meurtre commandité par la Tchéka [3].

Mais des témoins importants sont rapidement éliminés et le dossier complet reste introuvable. La police est par conséquent perdue dans les brumes de cette mystérieuse embrouille, pré et post-révolutionnaire.

Une opportunité pour débloquer la situation va cependant se présenter. Le neveu d’un ministre du gouvernement de la République est accusé de meurtre à Moscou, et les deux pays en froid diplomatique cherchent à renouer officieusement des relations.

 Lénine, président du Conseil des commissaires du peuple donne son approbation à la venue d’un enquêteur français, à condition de libérer  l’une de ses vieilles connaissances  -un anarchiste-  et de l’emmener « dans ses bagages ». Et puis, cette « visite »  sera peut-être aussi l’occasion de négocier un échange entre des ressortissants français retenus dans la capitale soviétique et des sympathisants communistes emprisonnés en France.

François-Claudius Simon, pressenti pour cette mission car il connait quelques mots de russe, y voit surtout l’occasion d’aller retrouver Elsa, son grand amour qui porte leur enfant, révolutionnaire précédemment partie rejoindre la patrie rouge.

Et il pourra, le cas échéant, profiter de sa présence à Moscou pour essayer de clarifier les obscurs tenants et aboutissants de cette érange archive de l’Okhrana, partiellement saisie suite aux meurtres parisiens.

On se doute qu’il va au-delà de difficultés et de grands périls, seul dans un pays inconnu, ravagé par les guerres, plongé dans un dénuement extrême, où sévit la famine et où règne la peur !

Et puis il y a ce Staline, certes moins connu que les (déjà) inquiétants Lénine et Trotski, mais qui semble détenir d’importants leviers de pouvoir…

L’intrigue est habilement menée, une intrigue où les personnages fictifs rencontrent des personnalités historiques faisant partie du gratin du Kremlin de l'époque. Comme Zinoviev, le patron du Soviet de Petrograd, Tchitchérine le commissaire aux affaires étrangères, ou le chef redouté de l’Armée rouge. Mais aussi les Français Henri Guilbeaux, Pierre Pascal, Marcel Body et le Belgo-Russe Victor (Kibaltchitch) Serge, qui sera d’ailleurs d’une aide précieuse pour notre intrépide détective.

Mais plus un mot.

La suite, non pas à l’écran, mais dans les 350 pages de cet ouvrage fort plaisant.

Je vous le conseille sans hésitation, même si l’histoire du XXème siècle vous passionne peu !

@

 

berceuse de staline.jpg

 

[1] Guillaume Prevost, La berceuse de Staline, 10/18, Paris, 2015, 8,10 €

Les trois premières aventures de son inspecteur de la brigade criminelle ont également été publiées chez 10/18 (collection « Grands détectives ») : La valse des gueules cassées  (2011), Le bal de l’équarrisseur (2012) et Le quadrille des maudits (2013)

Elevé dans un orphelinat, François-Claudius Simon a vu sa mère surgir lorsqu'il avait 8 ans, pour disparaître aussitôt. Perturbé, se posant des questions sur ses parents, il a participé au premier conflit mondial, avant de rejoindre la police dès le lendemain de la fin de la guerre. Il apprend, dans ce quatrième opus, qu'il est possible que son père biologique soit un homme d'église. Son prénom, par contre, est identique à celui d'un célèbre anarchiste : François-Claudius Koënigstein, alias Ravachol  ! Probablement pas un effet du hasard...

[2]  Coïncidence (?), c’est-à-peu près à la même époque que le journaliste Albert  Londres visita le jeune Etat révolutionnaire. Voir :  http://rouge-ecarlate.hautetfort.com/archive/2016/08/24/a...  Toutefois, François-Claudius Simon ne le croisera pas, contrairement à d’autres compatriotes installés à Moscou.

[3] La Vétchéka (Vserossiïskaïa Tcherzvytchaïnaïa Kommissia : Commission spéciale panrusse de lutte contre la contre-révolution et le sabotage, plus connue sous le nom de Tchéka), fut crée début décembre 1917 et était dirigée par Félix Dzerjinski.

23 septembre 2016

Par Toutatis

sarko.jpg

"Excusez-moi : c'est bien le train pour Lutèce ?"

12:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |