Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 mars 2017

Il y a 146 ans, la Commune de Paris

marx.jpg"Il serait certes fort commode de faire l'histoire universelle si on n'engageait la lutte qu'à condition d'avoir des chances infailliblement favorables. Cette histoire serait par ailleurs de nature fort mystique si les « hasards » n'y jouaient aucun rôle. Naturellement, ces hasards entrent dans le cadre de la marche générale de l'évolution et sont compensés à leur tour par d'autres hasards. Mais l'accélération ou le ralentissement du mouvement dépendent beaucoup de « hasards » de ce genre ‑ et parmi eux figure aussi cet autre « hasard » : le caractère des gens qui se trouvent d'abord à la tête du mouvement.

Le « hasard » malheureux qui a joué un rôle décisif, il ne faut nullement, cette fois, le chercher dans les conditions générales de la société française mais dans la présence en France des Prussiens, qui avaient pris position aux portes de Paris. Les Parisiens le savaient fort bien. Mais les canailles bourgeoises de Versailles ne l'ignoraient pas non plus. Voilà pourquoi elles ont placé les Parisiens devant l'alternative suivante : accepter le combat ou succomber sans combat. Dans cette dernière éventualité, la démoralisation de la classe ouvrière aurait été un malheur bien plus grand que la perte d'un nombre quelconque de «chefs». La lutte de Paris a fait entrer dans une nouvelle phase la lutte de la classe ouvrière contre la classe capitaliste et son État. Quelle qu'en soit l'issue immédiate, elle a permis de conquérir une nouvelle base de départ d'une importance historique universelle."

 

Karl Marx, 17 avril 1871, in Karl Marx, Jenny Marx, Friedrich Engels, Lettres à Kugelmann, pages 190-191, Editions sociales, Paris, 1971

10:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Écrire un commentaire