Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 décembre 2018

Chronique d'une crise gouvernementale annoncée (I)

Charles Michel a donc perdu sa majorité et confirme ainsi qu'il est bien un «premier ministre à titre personnel». Il peut désormais se rendre à Marrakech comme touriste politique pour confirmer l' «adhésion» de la Belgique au «pacte migratoire» de l'ONU.

Et ensuite ?

Il vient d’annoncer la nomination de « secrétaires d’Etat » pour remplacer les ministres NVA qui seront vraisemblablement « révoqués » . Ce futur « gouvernement minoritaire » aura sans doute comme principal objectif d’assurer la transition jusqu’aux élections du 26 mai 2019.

A noter qu'il a remercié la NVA pour le travail accompli durant les 4 dernières années. Il est vrai, qu'en matière socio-économique, ces deux partis s'entendaient comme larrons en foire pour imposer au plus grand nombre leurs orientations austéritaires.

Et puis, ne dit-on pas qu’il ne faut « jamais insulter l’avenir» ? Car ce clash n’exclut évidemment pas une nouvelle alliance entre les deux (ex-) partenaires, même si une reconduction pure et simple de la « suédoise » semble maintenant difficile. D’autant que ces péripéties pourraient affaiblir l’un ou l’autre de ces partis, amplifiant ainsi une trajectoire négative annoncée par les derniers sondages.

Je renvoie ici à mon billet écrit hier, concernant le «grand baromètre» du quotidien Le Soir.

A suivre…

@

 

Kromm DR-MR.jpg

01:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Écrire un commentaire