Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 janvier 2023

SFFF - 24 images par seconde [CXXIII]

 

fin temps.jpg

1999

La Fin des temps

[End of Days]

Film de Peter Hyams

00:05 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

"BOUQUINAGE" - 129

"Occupée que j’étais à recevoir les autres invités, et peut-être par suite de ma mauvaise impression, j’oubliai presque complètement le philosophe ouvrier. Il attira mon attention une fois ou deux au cours du repas. Il écoutait la conversation de divers pasteurs, et je vis briller dans ses yeux une lueur d’amusement. J’en conclus qu’il avait l’humeur plaisante, et lui pardonnai presque son accoutrement. Cependant le temps passait, le dîner s’avançait, et pas une fois il n’avait ouvert la bouche, tandis que les révérends discouraient à perte de vue sur la classe ouvrière, ses rapports avec le clergé et tout ce que l’Église avait fait et faisait encore pour elle. Je remarquai que mon père était contrarié de ce mutisme. Il profita d’une accalmie pour l’engager à donner son opinion. Ernest se contenta de hausser les épaules, et, après un bref “Je n’ai rien à dire”, se remit à croquer des amandes salées.

Mais mon père ne se tenait pas facilement pour battu ; au bout de quelques instants il déclara :

— Nous avons parmi nous un membre de la classe ouvrière. Je suis certain qu’il pourrait nous présenter les faits d’un point de vue nouveau, intéressant et rafraîchissant. Je veux parler de M. Everhard.

Les autres manifestèrent un intérêt poli et pressèrent Ernest d’exposer ses idées. Leur attitude envers lui était si large, si tolérante et bénigne qu’elle équivalait à de la condescendance pure et simple. Je vis qu’Ernest le remarquait et s’en amusait. Il promena lentement les yeux autour de la table, et j’y surpris une étincelle de malice.

— Je ne suis pas versé dans la courtoisie des controverses ecclésiastiques, commença-t-il d’un air modeste ; puis il sembla hésiter.

Des encouragements se firent entendre : Continuez ! Continuez ! et le Dr Hammerfield ajouta :

— Nous ne craignons pas la vérité qu’il y a chez n’importe quel homme... pourvu qu’elle soit sincère.

— Vous séparez donc la sincérité de la vérité ? demanda vivement Ernest, en riant.

Le Dr Hammerfield resta un moment bouche bée et finit par balbutier :

— Le meilleur d’entre nous peut se tromper, jeune homme, le meilleur d’entre nous.

Un changement prodigieux s’opéra chez Ernest. En un instant il devint un autre homme.

— Eh bien, alors, laissez-moi commencer par vous dire que vous vous trompez tous. Vous ne savez rien, et moins que rien, de la classe ouvrière. Votre sociologie est aussi erronée et dénuée de valeur que votre méthode de raisonnement.

Ce n’est pas tant ce qu’il disait que le ton dont il le disait, et je fus secouée au premier son de sa voix. C’était un appel de clairon qui me fit vibrer tout entière. Et toute la tablée en fut remuée, éveillée de son ronronnement monotone et engourdissant."

 

 

1018-0778-1975.jpg

24 janvier 2023

SFFF - 24 images par seconde [CXXII]

tremors.jpg

1990

Tremors

Film de Ron Underwood

00:05 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

"BOUQUINAGE" - 128

"Rocambole avait appris à l'école de Sir Williams cet art merveilleux des transformations. Il possédait le talent de changer d'âge et de physionomie comme il changeait de costume. Il aurait fallu être sorcier ou magicien pour reconnaître dans ce personnage, plutôt vieux que jeune, à mise excentrique, à tournure étrange, l'élégant marquis de Chamery, qui montait à cheval arabe le matin même, et avait rencontré au Bois Don José, avec lequel il avait échangé le plus gracieux des saluts."

 

 

explots.jpg

23 janvier 2023

SFFF - 24 images par seconde [CXXI]

MV5BNWExNzg3MmMtYjc3MS00MzFlLWJiOWQtNWYxZTgxNjhlZTQ2XkEyXkFqcGdeQXVyNzkwMjQ5NzM@._V1_.jpg

1997

Les Patrouilleurs de l'espace

[Starship Troopers]

Film de Paul Verhoeven

 

00:05 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

"BOUQUINAGE" - 127

"La science-fiction est à la fois genre et principe actif.

En tant que genre, elle se définit par sa thématique et concerne plusieurs domaines de la création : la littérature, en premier lieu, mais aussi le cinéma, la bande dessinée, la télévision, l'architecture, l'esthétique industrielle, la haute couture, la publicité...

En tant que principe actif, elle est un outil, éclairage, point de vue... voire virus contaminant peu à peu le champ entier du réel. Elle constitue un véritable système permettant d'appréhender, de dire le monde.

D'un mot, on dira que la science-fiction est pour l'essentiel un questionnement."

 

passeport.jpg

22 janvier 2023

SFFF - 24 images par seconde [CXX]

ange bunuel.jpg

1962

L'Ange exterminateur

[El ángel exterminador]

Film de Luis Buñuel

00:05 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

"BOUQUINAGE" - 126

"Et cette idiote dans sa robe thaïe qui est enceinte !

C'est un fait, Verdun est la première à avoir repéré le nouveau venu chez Maracuja. Quelqu'un s'est installé en Maracuja, qui n'est déjà plus elle, Verdun le sait.

Manquait plus que ça, se dit-elle. Dis-sept ans à peine ! La relève de maman ! La future mère Malaussène ! Foutue famille, foutue manie de la reproduction ! Cette ivrognerie de la vie ! De la ronce, les Malaussène ! Lutter contre leur prolifération c'est vouloir transformer l'Amazonie en jardin à la française.

Verdun ne peut lâcher Maracuja des yeux.

Au point que Mara siffle comme un chat pris au piège :

— Quoi ?

Par bonheur, Ludovic, qui en a fini avec ses travaux de couture, murmure à l'oreille de sa femme :

— Da gousket, karedig.

Verdun se secoue. Son Breton a raison. Aller dormir, oui.

Clara et Gervaise finissent de bander la taille du lieutenant Manin.

— Bezãn kousket, insiste Ludovic, qui laisse traîner son énorme patte sur le dos de sa femme avant de disparaître dans la chaleur du fournil :

— Hennez eo ar penn.

Il a raison, bien dormir, tout est là. Après tout, il n'est jamais que cinq heures du matin."

 

 

pennac cas.jpg

 

 

 

 

21 janvier 2023

SFFF - 24 images par seconde [CXIX]

delivrance.jpg

1972

Délivrance

[Deliverance]

Film de John Boorman

00:05 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

"BOUQUINAGE" - 125

"Qui dit fortune dit droit de polluer. Les 10 % des plus riches à l'échelle de la planète sont responsables de la moitié des émissions totales de gaz à effet de serre. La symétrie entre richesse et émissions est presque parfaite. Cette “élite de la pollution” pollue 4 fois plus que la moitié la plus pauvre de l'humanité.

L'injustice de cet “apartheid planétaire” est double : les riches polluent et les pauvres subissent. Le pêcheur somalien qui voit son poisson se raréfier et le niveau de la mer monter n'a probablement jamais pris l'avion ; il n'a participé ni au réchauffement dont il a hérité, ni à la surpêche. Pourtant, il en paiera pleinement le prix, et parmi les premiers. Ce sont les populations les plus vulnérables, à commencer par celles des pays les plus pauvres qui boivent l'eau polluée, respirent des fumées toxiques, vivent près des décharges, souffrent des inondations et des canicules, etc. La notion d'Anthropocène masque de profondes inégalités : même si nous sommes tous de la même espèce, nous ne sommes égaux ni en termes de responsabilité ni en dangers encourus face aux catastrophes écologiques d'aujourd'hui et de demain.

Disons-le clairement : l'effondrement écologique n'est pas une crise, c'est un tabassage. Le dérèglement climatique est une “violence lente” et diffuse, une usure qui s'exerce progressivement et hors de vue, aujourd'hui principalement contre les populations les plus paupérisées, mais qui va peu à peu remonter l'échelle sociale. Cette situation n'a rien à voir avec une supposée nature humaine, elle est plutôt le symptôme d'une organisation sociale spécifique, étroitement liée à une certaine vision politique du monde.

(...)

La cause première du déraillement écologique n'est pas l'humanité mais bien le capitalisme, l'hégémonie de l'économique sur tout le reste, et la poursuite effrénée de la croissance.

(...)

L'économiste Serge Latouche reprend dans ses écrits la terminologie de Hannah Arendt et parle de “banalité économique du mal” : un système qui orchestre le massacre du vivant tout en diluant les culpabilités de ceux qui en sont responsables.

(...)

Cette violence est un phénomène émergent, une sorte de désordre spontané que personne n'a directement anticipé et qu'entretiennent jusqu'à l'absurde nos comportements sociaux les plus anodins. Il faut rembourser un prêt, payer une facture, satisfaire les actionnaires, faire du chiffre ; nous sommes otages d'un système qui prédétermine en partie des comportements qui seraient autrement jugés immoraux.

(...)

Le problème n'est pas l'existence de l'économie en soi (toute société a toujours organisé d'une manière ou d'une autre ses activités productives), mais bien les règles que nous lui donnons aujourd'hui ainsi que l'objectif central qui l'anime: la croissance."

 

 

parrique.jpg

 

 

 

00:00 Publié dans Livre, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |