Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 juillet 2023

"BOUQUINAGE" - 299

"Toute cette histoire héroïque de l'armée rouge, dont je rapporte à peine les grandes lignes, Trotski me l'a contée pendant des heures, devant les cartes innombrables de son bureau.

Il me l'a contée avec cette simplicité que tous les Commissaires du Peuple ont si heureusement conservée au pouvoir, en s'interrompant pour me dire : “Comme vous avez bien fait de me demander tout cela ! Comme cela me fait plaisir de me rappeler ces choses !” jusqu'au moment où il terminait un chapitre en déclarant gentiment : “Maintenant, nous allons nous arrêter. Mon garçon joue au ballon sur la place du Kremlin. Nous allons aller le chercher.”

Ce qu'il ne m'a pas dit, ce qu'il ne pouvait me dire lui-même, c'est à quel point il a été l'animateur de la résistance aux cent actes que la création de l'armée rouge a permise.

D'autres me l'ont dit, à Petrograd (par exemple) en me parlant de l'attaque de Iudénitch contre la capitale, en octobre 1919. Les blancs arrivèrent alors jusqu'à la grande ville. Ils pénétrèrent dans les faubourgs et l'on croyait Petrograd perdue.

“Quand Trotski a débarqué à Moscou — me rapportait un camarade — la confiance est revenue en un clin d’œil partout. Les barricades sont sorties de terre comme d'elles-mêmes. En quelques jours, Iudénitch a été battu, écrasé, et son armée s'est évaporée littéralement.”

Trotski n'est pas qu'un organisateur, c'est un chef. Plus craint qu'aimé peut-être, c'est possible. Mais d'un ascendant prodigieux.

Il appartient à la race de nos grands Jacobins, dont on s'aperçoit souvent que les souvenirs le hantent. Il connait bien la Révolution française et l'amour qu'il lui porte est l'origine des sentiments francophiles qu'il confesse, malgré les événements de ces dernières années, comme beaucoup de communistes russes."

 

 

 

 

morizet.jpg

13 juillet 2023

"BOUQUINAGE" - 298

"La prise de conscience qui doit être la nôtre est celle de ce que j'appelle une “planétologie”. Je préfère ce terme à celui d'écologie, car il dit plus immédiatement encore le défi auquel nous faisons face et la posture au monde que nous devrions adopter : la défense de la planète toute entière. La planétologie, c'est pour moi l'idée selon laquelle la planète doit être l'étalon avec lequel on juge toute idée ou action. Cela nous concerne tous, sans exception. Je l'ai dit à l'instant, la planète sera notre juge de paix. C'est pourquoi la planétologie est avant tout humaine, au sens où les sujets de la pollution, de l'extinction massive d'espèces animales ou du dérèglement climatique doivent nous prendre aux tripes. Ce n'est pas parce que des phénomènes se produisent à l'autre bout du monde ou ignorent les frontières qu'ils ne sont pas de notre responsabilité. Je crois d'ailleurs que la planétologie devrait être un enseignement scolaire obligatoire dès le plus jeune âge. Il faut développer ce lien à la nature et le renforcer sans cesse pour l'endurcir. Allez tiens, un peu d'utopie !"

 

 

 

bilal.jpg

12 juillet 2023

"BOUQUINAGE" - 297

 

"Nouvelle après nouvelle, livre après livre, d'une vision catastrophiste à l'autre, Dick n'a jamais fait que cela : interroger le réel sous toutes ses coutures, pousser jusqu'au bout ses limites, et au travers de cette démarche exploratoire, ausculter l'essence même de notre humanité, traquer ce qui peut survivre d'humain face à toutes nos explosions de virtualité schizophrénique, d'enfer pandémique, nucléaire ou climatique."

 

 

 

abc.jpg