Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 juin 2017

Mobiliser pour le second tour


21:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 juin 2017

La citation du jour

aragon par man ray.jpg"Maudits soient les gens de guerre"

 

Louis Aragon

09 juin 2017

Lettre de Jean-Luc Mélenchon aux Insoumis⋅es (9 juin 2017)

Madame, Monsieur

Chers Insoumis,

L’enjeu de l’élection législative a changé de nature ces dernières heures. Quatre jours avant le vote nous apprenons par le journal « Le Parisien » l’ampleur de la remise en cause du code du travail prévue par le gouvernement de monsieur Macron. Trois jours avant le vote, grâce au journal « Le Monde », nous découvrons un projet de transposition dans le droit commun des dispositions de l’Etat d’urgence. Ainsi tout le droit social et tout le système des libertés individuelles de notre pays sont désormais en cause.

Dans le premier cas il s’agit d’un coup d’état social puisque les parlementaires ne pourraient discuter ni amender une seule des décisions prévues par les ordonnances. Pourtant des milliers de questions très précises concernant la vie quotidienne des salariés sont en en cause : la durée du travail, les salaires, le droit d’alerte et celui de retrait en situation de danger, les motifs de licenciements, et ainsi de suite. Un siècle de luttes et de compromis sociaux vont être abrogés.

Dans le second cas toutes les protections qui garantissent les libertés individuelles vont être remises en cause. Par exemple les perquisitions à domicile et les mises en résidence surveillées pourront être ordonnées par le ministre de l’intérieur et les préfets sans aucune autorisation préalable d’un juge ! De même pour la surveillance des conversations privées téléphoniques. Et ainsi de suite.

Peut-être n’est-ce pas tout. Raison de plus pour refuser fermement de donner les pleins pouvoirs à Monsieur Macron comme il le réclame. Nos bulletins de vote prennent donc le sens précieux d’une mobilisation pour la défense de nos acquis sociaux et de nos libertés individuelles.

Si ceux qui ont voté pour le programme « L’avenir en commun » dont j’ai été le candidat à l’élection présidentielle confirment leur soutien à ce projet en votant pour les candidats de « La France Insoumise », nous serons le groupe de députés décisifs à l’Assemblée nationale. Les bulletins de vote marqués du logo « PHI » seront dans tous les bureaux de vote du pays. On ne peut se tromper.

Sur le terrain l’accueil qui est réservé à nos candidatures est bon. Parfois la présence au second tour se jouera à quelques voix comme à la présidentielles même si nous sommes en tête de toute l’opposition au système Macron. J’appelle donc a ne pas disperser les voix qui se sont rassemblées avec « La France insoumise » en avril dernier.

Enfin je remercie toutes les personnes qui ont manifesté leur solidarité en public comme en privé pendant l’interminable campagne de dénigrement qui s’est abattue sur moi sans limite de décence.

Je vous assure de mon engagement fidèle et constant au service de l’idéal humaniste écologique et social qui est le notre.

 

 

Mel Lille 3.jpg

 

13:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

08 juin 2017

Périlleuse croisée des chemins

 

cocci boudeur.pngLassitude et résignation semblent être les termes les plus appropriés pour caractériser la bataille des élections législatives en France.

Lassitude, car avec l'élection présidentielle, les citoyens français sont confrontés à une campagne électorale ininterrompue qui s'étale sur plusieurs mois.

Résignation, car Emmanuel Macron a été élu le 7 mai, et le matraquage médiatique en faveur du jeune monarque a atteint des sommets rarement atteints dans l'histoire de la Vème République. Tout est orchestré par la caste oligarchique pour que le nouveau président obtienne une confortable majorité à l'Assemblée nationale, afin qu'il puisse «légitimement mettre en oeuvre sa politique». Dans le même temps, ses adversaires sont quotidiennement dénigrés, en particulier -qui s'en étonnera encore- la France insoumise et son porte-parole Jean-Luc Mélenchon, confrontés à un bashing de tous les instants !

Cette configuration malsaine risque de favoriser une abstention massive.

Ainsi, selon certaines «études d'opinion», près d'un électeur sur deux pourrait éviter de se déplacer au premier tour, ce 11 juin ! Une situation totalement inédite pour un scrutin de ce type, dans l'Hexagone [1].

dessin en marche.jpg«La République En Marche» (LREM) paraît en état de conquérir une majorité parlementaire, d'autant que de nombreuses personnalités, de «gauche» comme de «droite», se bousculent pour en être ! Dans certaines circonscriptions, il y a parfois 3 candidats qui clament leur soutien (futur) au nouveau président installé ! Dans cette bousculade opportuniste, les projets et les enjeux sont largement relégués au second plan. Et la presse, totalement acquise à la «cause macronniste», se garde bien d'élever le niveau des débats.

Seuls les Insoumis, présents dans pratiquement toutes les circonscriptions, s'efforcent de mener une campagne de fond, autour d'un même programme politique, celui de «l'Avenir en commun». Mais dans le concert dithyrambique en faveur du pouvoir «jupitérien» aujourd'hui en place, et dans un climat d'hostilité envers les opposants soigneusement entretenu, il n'est guère facile de faire entendre une musique originale.

 

1er mai toulouse 1.jpg

 

Pourtant, l'heure est grave. Macron et son gouvernement veulent réaliser ce qui avait été annoncé en son temps par Fillon : mener une blitzkrieg contre le monde du travail. Ils veulent mettre à profit la période estivale pour gouverner par «ordonnances» et imposer une casse sans précédent du code du travail, c'est-à-dire des droits sociaux des salariés.

Cette méthode, inspirée d'une Thatcher (modèle revendiqué du monarque), a naturellement pour but d'infliger une lourde défaite au mouvement syndical et de briser toute résistance, afin d'avoir les coudées franches pendant le quinquennat pour pérenniser une politique virile de droite, conforme aux souhaits des instances dirigeantes de l'UE !

franquin en marche.jpg

Ce qui ne fera qu'accroître la désespérance populaire ambiante et pourrait s'avérer, à terme, une aubaine pour le parti de la haine, le FN ! Et à ce moment, il deviendra difficile de construire un «barrage» supplémentaire pour l'empêcher de conquérir le pouvoir !

C'est donc peu dire que les prochains jours seront décisifs. Il s'agit clairement d'empêcher un tsunami de LREM (et de ses innombrables alliés de circonstance) ; ce qui nécessite l'envoi à l'Assemblée nationale d'un maximum de députés déterminés à s'opposer aux intérêts du capital et qui ne reculeront pas devant une confrontation avec l'oligarchie ; des députés bien décidés à défendre les «biens communs» et à matérialiser une alternative authentique, contre vents et marées.

fi tricolore.jpgUn défi de taille pour la France insoumise. Et un combat qui va devoir s'inscrire dans la durée tant la difficulté de la tâche s'annonce titanesque...

 

 

 

@

 

[1] Les «Français de l'étranger» ont déjà eu l'occasion de se rendre aux urnes dimanche dernier, dans leurs 11 circonscriptions, avec un taux de participation de... 19,1 % ! Du jamais vu, même si dans le passé, cet électorat en exil volontaire ne s'est jamais beaucoup impliqué dans des élections organisées dans son pays d'origine...

 

 

premier mai fi paris.jpg

 

 

Quelle Unité ?

 

La question d'un «rassemblement de gauche» est à nouveau revenu sur le devant de la scène durant cette campagne électorale. Une discussion portée notamment par le PCF, un parti qui dispose d'élus et qui est toujours soucieux de les sauvegarder, au prix d'accommodements parfois discutables.

On se souvient encore de 2012, et des alliances «à géométrie variable» (avec des partenaires différents, d'une circonscription à l'autre) qui ont notamment contribué à rendre « illisible» la stratégie du «Front de gauche», dans les législatives comme dans d'autres élections ultérieures.

Certains champions de «l'unité» ont évidemment saisi l'occasion pour pointer du doigt le «sectarisme» de la France Insoumise et de Jean-Luc Mélenchon.

Une polémique contre-productive destinée à occulter les faits :

  1. La ligne de conduite insoumise avait été annoncée de longue date. Une seule campagne avec un seul programme, pour la présidentielle comme pour les législatives, afin de garantir crédibilité et cohérence ! Par conséquent, personne ne pouvait être surpris par la confirmation de cette orientation...

  2. Dès le début, la France Insoumise a voulu s'émanciper de la tutelle des partis et a constitué un «mouvement», ouvert. Tout le monde pouvait donc la rejoindre et ainsi se «regrouper», en ce y compris les différentes formations politiques (des communistes, des socialistes, des écologistes et beaucoup d'autres n'ont d'ailleurs pas hésité à franchir ce pas). Et il n'était aucunement exigé de celles-ci un renoncement à leur indépendance ou à leur identité politique ! Seuls un accord programmatique était logiquement demandé ainsi qu'un engagement des futurs parlementaires à respecter ce pour quoi ils sont élus...

  3. En ces temps de confusion politique, à un moment où le concept même de «gauche» est démonétisé -un discrédit consolidé par le désastreux quinquennat du «socialiste» François Hollande- le but n'est plus de rassembler des étiquettes et des logos, mais de «fédérer le peuple» autour d'objectifs programmatiques précis, tels que définis par exemple dans «l'Avenir En Commun». Le temps des «tambouilles politiciennes» est révolu, et les progressistes qui ne veulent pas y renoncer commettent une erreur qui ouvre toujours plus un boulevard à Le Pen et à ses troupes.

Quel que soit le résultat obtenu ces 11 et 18 juin, et après des ajustements qui seront définis suite au bilan qui sera tiré, les Insoumis sont déterminés à poursuivre le travail entamé pour construire une force politique d'un type nouveau, seule à même de relever les défis d'un monde dangereux, enfermé dans une trajectoire mortifère...

@

 

 

voix.jpg

 

19:22 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

26 mai 2017

La citation du jour

jaurès1.jpg "Recourir à la grève générale pour obtenir le suffrage universel et dédaigner ensuite le suffrage universel pour recourir exclusivement à la grève générale, ce serait tomber dans la plus étrange contradiction ; et revenir par le plus inutile et le plus laborieux détour, à son point de départ"

 

Jean Jaurès

20:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |