Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 décembre 2019

Chute de feuilles [53]

 

« Le matin de Noël était nuageux, sec et sans caractère. J’étais devant ma fenêtre à regarder le parc, irrésistiblement envahi, comme chaque année en cette circonstance, par le souvenir des Noëls blancs de mon enfance, lorsque la maison était surchargée de décorations faites par ma mère, que mon père passait des heures à quatre pattes pour essayer de localiser l’ampoule fautive qui empêchait notre arbre de s’illuminer, que nous ne bougions pas du tout l’après-midi, à guetter par la fenêtre l’arrivée de mes grands-parents qui venaient passer la veillée avec nous, pour rester jusqu’au Nouvel An. (C’est-à-dire les parents de ma mère, car nous n’avions rien à faire avec ceux de mon père ; en fait, je n’avais jamais entendu parler d’eux, aussi loin que remonte ma mémoire.) Durant ces quelques jours, l’atmosphère de notre maison, d’habitude si tranquille et contemplative, devenait vivante, turbulente même, et c’est peut-être à cause de ce souvenir  -et du souvenir de la blancheur fabuleuse qu’on était certain, à cette époque, de voir recouvrir notre pelouse-  qu’il y avait un air d’irréalité dans la grisaille silencieuse des Noëls auxquels j’avais dû tristement me résigner depuis quelques années.

Mais ce jour-là il y avait autre chose. Ni Fiona ni moi ne pouvions supporter la perspective des huit heures de programmes de Noël de la télévision, et, au milieu de la matinée, voilà que nous roulions dans une voiture louée en direction de la côte sud. Je n’avais pas conduit depuis une éternité. Par bonheur, il n’y avait pratiquement pas de circulation dans le sud de Londres, et, à part une Ford Sierra rouge évitée de justesse, et quelques éraflures après un choc bruyant avec la borne d’un rond-point à la sortie de Surbiton, nous parvînmes à la campagne sans incident grave. Fiona avait proposé de conduire, mais je n’avais pas voulu en entendre parler. C’était peut-être stupide de ma part, parce qu’elle se sentait (et paraissait) beaucoup mieux qu’elle n’avait été depuis des semaines, et je pense en outre que j’avais été beaucoup plus qu’elle perturbé par l’absurde malentendu concernant le résultat de ses analyses à l’hôpital, où elle s’était présentée pour apprendre que son rendez-vous avait été annulé, que quelqu’un avait dû lui téléphoner pour l’en prévenir, que le spécialiste qui était censé s’occuper d’elle était parti manifester contre la décision de l’administration de fermer quatre services chirurgicaux juste après Noël, et qu’on la priait de revenir la semaine prochaine quand tout serait rentré dans l’ordre. »

 

tes.jpg

 

24 décembre 2019

Utopie ?

 

 

Sans utopie, pas d'imagination ni d'imaginaire, pas de projets ; un réalisme aplati. Seule l'utopie stimule l'action et permet de "réaliser", même s'il arrive que le résultat diffère considérablement de l'intention et du projet. Comment penser, comment agir, sans une pensée du possible et de l'impossible, donc sans une utopie. Vous vous privez d'utopie ? Vous ne rencontrerez plus jamais l'état de grâce !

 

Henri LEFEBVRE

 

 

hl.jpg

16:44 Publié dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Aragon, Ferré et tant d'autres...

 


 

Louis Aragon est décédé un 24 décembre, il y a 37 ans. Sa poésie a été mise en musique et interprétée par plus de cent artistes, parmi lesquels les plus grands noms de l’histoire de la chanson française !

Pourtant…

 ‘’Aragon n’a pas écrit pour être chanté ; la musique est venue dans un second temps. Mais [ses manuscrits] font signe vers une autre dimension de ces noces du vers et du chant : les chansons sont toujours respectueuses du texte qu’elles font entendre, comme si la musique était, non pas la servante des vers, mais leur enchanteresse. Le travail de la main et les inflexions de la voix se rejoignent ; à l’horizon des manuscrits, il faut imaginer la respiration d’un corps, la pulsation d’un piano ou d’une guitare, le mouvement d’une gorge qui donne à entendre, avec sa part d’émotion singulière et son rythme encore inédit, ce qui chante dans la poésie d’Aragon’’

(Nathalie Piégay-Gros, Aragon et la chanson, Paris, Textuel, 2007)

 

9782845971875-475x500-1.jpg

 

16:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Chute de feuilles [52]

 

« Tout cela, dit-il, est notre faute. Les hommes ont libéré les forces terribles que la nature tenait enfermées avec précaution. Ils ont cru s’en rendre maîtres. Ils ont nommé cela le Progrès. C’est un progrès accéléré vers la mort. Ils emploient pendant quelque temps ces forces pour construire, puis un beau jour, parce que les hommes sont des hommes, c’est-à-dire des êtres chez qui le mal domine le bien, parce que le progrès moral de ces hommes est loin d’avoir été aussi rapide que le progrès de leur science, ils tournent celle-ci vers la destruction. »

 

 

ravage1.jpg

23 décembre 2019

Chute de feuilles [51]

 

« Lui, Ramon Mercader, avait été de ceux que les rivières souterraines de ce combat titanesque avaient entraînés, et il était inutile de fuir ses responsabilités, ni d'essayer de rejeter les fautes commises en arguant des mensonges et des manipulations : il incarnait l'un de ces fruits pourris que l'on trouve même au sein des plus belles récoltes et s'il était vrai que d'autres lui avaient ouvert les portes, il avait franchi, avec joie, le seuil de l'enfer, convaincu que l'existence de la demeure des ténèbres conditionnait le monde de la lumière. »

 

padura 1.jpg

22 décembre 2019

Chute de feuilles [50]

 

« Il se rapprocha d'elle et la prit près de lui. Il embrassait ses pauvres yeux affolés et sentait son coeur battre à coups sourds et lents dans sa poitrine.

- On va te guérir, dit-il. Ce que je voulais dire, c'est qu'il ne pouvait rien arriver de pire que de te voir malade, quelle que soit la maladie.

- J'ai peur ... dit Chloé. Il m'opérera sûrement.

- Non, dit Colin. Tu seras guérie avant.

- Qu'est-ce qu'elle a ? répéta Nicolas. Je peux faire quelque chose ?

Lui aussi avait l'air très malheureux. Son aplomb ordinaire s'était fortement ramolli.

- Ma Chloé ... dit Colin. Calme-toi.

- C'est sûr, dit Nicolas. Elle sera guérie très vite.

- Ce nénuphar, dit Colin. Où a-t-elle pu attraper ça ?

- Elle a un nénuphar ? demanda Nicolas, incrédule.

- Dans le poumon droit, dit Colin. Le professeur croyait au début que c'était simplement quelque chose d'animal. Mais c'est ça. On l'a vu sur l'écran. Il est déjà assez grand, mais enfin, on doit pouvoir en venir à bout.»

 

Boris_Vian_lecume_des_jours_1018_ml.JPG

 

21 décembre 2019

Chute de feuilles [49]

 

« Il regarda l'horloge : deux heures vingt-cinq. Il compta : sa main restait six secondes et demie dans le moule. Il trancha la carotte, sépara les carrosses. Il dit à voix haute :


   ‘’Assez plaisanté !’’

   Il jeta dans la caisse les deux carrosses symétriques. Il décida : ‘’Je vais replacer le coupe-circuit... Sauvé !’’ Le voyant rouge s'alluma. Il détacha, trancha, sépara, jeta, détacha, trancha...

   L'horloge marqua deux heures quarante-deux. Il poussa un cri. L'ouvrier de la presse la plus proche se trouva tout de suite près de lui. La main était engagée jusqu'au poignet dans le moule fermé.


   Busard avait la bouche grande ouverte, comme pour hurler, mais aucun bruit n'en sortait. L'ouvrier passa les mains sous ses épaules pour le soutenir.


   Le moule s'ouvrit. Busard s'affaissa contre la poitrine de l'ouvrier.

   Les autres accouraient. L'un d'eux était déjà au téléphone. Le Bressan dormait toujours.

   La main tout entière broyée. Une pression de plusieurs milliers de kilos. Des brûlures jusqu'au coude : un volume de matière en fusion exactement égal à celui de la chair et des os qui emplissaient le moule avait fusé par les joints.

   On lui fit un garrot. L'ambulance arriva. Les autres ouvriers retournèrent à leurs presses. »

 

325000.png

 

 

20 décembre 2019

26 mai, les jours d'après (XIV)

 

coccinelle-mondes-gotlib-musee-judaisme-exposition.jpg

 

 

Elio Di Rupo profite d’un entretien accordé au quotidien De Morgen pour brocarder le PTB : "Le syndicat a été infiltré par le PTB. Et pas un petit peu. C'est un problème. Quand j'entends parler le PTB, je m'imagine dans l'Union soviétique des années 50 et 60, avec une économie dirigée par l'État et un bureau politique qui décide de tout". 

Il n’est pas certain que l’ancien président du PS ait vraiment le sens du timing. En effet, il crache son animosité au moment même où son parti, Solidaris et la FGTB mettent en scène leur engagement commun pour la Sécurité sociale, à l’occasion du 75ème anniversaire de celle-ci !  

 

79732215_1199579676915200_7000370472810446848_n.jpg

 

On attend maintenant son commentaire concernant les liens étroits entre direction syndicale, parti et mutualité ! 

On pourrait en sourire, mais il n’est pas anodin que ces propos soient tenus dans la presse du nord du pays.  Comme s’il s’agissait de rassurer les futurs partenaires de la droite flamande quant au caractère modéré et parfaitement responsable de sa famille politique… 

Car, derrière cette irritation appuyée face aux progrès électoraux constants du PTB, se situe l’essentiel.

Le PS, depuis des décennies et sans le moindre état d’âme, gère l’’’Etat (bourgeois) Belgique’’ avec les libéraux et/ou le CD&V/Cdh ! Et, dans cet exercice, il est particulièrement zélé pour appliquer les politiques libérales exigées par la FEB et le VOKA !  

Le bilan de ses 26 années consécutives de participation gouvernementale, entre 1988 et 2014, est ici terriblement édifiant !  

Rappel. 

- Le ‘’plan global’’ (qui a par ailleurs réussi la prouesse, en 1993, de provoquer la première grève générale nationale en front commun syndical depuis la fin de la seconde guerre mondiale !) !

- Le traficotage du système d'indexation (‘’index-santé’’, c’est-à-dire un index calculé à partir d’un‘’panier de la ménagère’’ (sic) lesté de certains produits pourtant largement consommés, comme les produits pétroliers) !

- La loi de 1996 sur la ‘’compétitivité’’ qui cadenasse les augmentations de salaire (alignement sur nos trois ‘’concurrents’’ géographiquement les plus proches) !

- Le ‘’pacte des générations’’ (qui lui aussi avait suscité, en 2005, de vives réactions syndicales, principalement de la... FGTB) !

- Les privatisations d'entreprises publiques !

- Les cadeaux fiscaux aux plus riches et aux multinationales (comme ces ‘’intérêts notionnels’’ qui ont permis à Di Rupo de se rendre à Davos pour vanter notre petit ‘’paradis’’ pour des investisseurs avides de profits et de dividendes élevés) !

- Les réductions régulières de ‘’cotisations patronales’’ (en fait le ‘’salaire différé’’ des travailleurs !)  qui ont plongé la Sécu dans les difficultés (sous-financement) !

- L’inertie face à la fraude fiscale et face à la fuite des capitaux !

- La ratification des traités austéritaires européens !

- La chasse aux chômeurs (qui a ‘’fait saigner des cœurs’’ du côté du Boulevard de l'Empereur !) !

 

 

billets verts.jpg

 

 

Il faut ajouter à ce sombre panorama cette autre consternante réalité : le PS est un ‘’parti de parvenus’’ qui ne sait plus se dépatouiller de ses multiples ’’affaires’’ ! De la saga Agusta [jamais dans l’histoire de ce pays une famille politique avait vu ses présidents lourdement condamnés  -Guy Spitaels et Frank Vandenbroucke (l’homme qui brûlait des billets de banque !), mais également des ministres (Guy Coëme…) et même un secrétaire général de l’OTAN, Willy Claes !] à la saga Nethys, en passant par les innombrables turpitudes des socialistes carolos sans oublier les péripéties du Samu social à Bruxelles, la liste est longue. Actuellement encore, ce sont les émoluments drôlement élevés de l’Administrateur de la RTBF (Philippot) et les tracas judiciaires d’Alain Mathot  (lequel avait en son temps sauvegardé son ‘’immunité parlementaire’’ grâce à l’appui de… la N-VA !) qui défraient la chronique...

Last but not least, ces différents gouvernements de collaboration avec la droite se sont aussi illustrés par leur immobilisme face à la grave crise du ‘’réchauffement climatique’’ ! 

 

climat 13.jpg

 

Aujourd’hui, rien n’indique que Paul Magnette soit prêt à changer de cap ! 

Nommé ‘’informateur’’ il y a quelques semaines, le nouveau patron du PS avait rédigé une note de discussion dans laquelle il ignorait largement les principales promesses de son parti affichées lors de la campagne électorale : ni retour de l’âge légal de la retraite à 65 ans, ni rétablissement de la tva sur l’électricité à 6 % (en lieu et place des 21 % actuels !), ni impôt sur la fortune, ni pension minimale à 1500 € net immédiatement, ni mesures sérieuses concernant la lutte contre la fuite des capitaux, ni salaire minimum à 14 €/heure, ni refinancement des services publics, ni resocialisation des entreprises privatisées, ni mesures efficaces pour lutter contre la pauvreté, et rien  -absolument rien !- de consistant concernant la crise écologique ! 

Certes les véritables négociations n’ont pas encore commencé et un document de travail peut être amélioré. Ainsi, le PS aura l’opportunité de défendre ses propres priorités. Mais les autres formations politiques soutiendront également les leurs ! Et précisément, au vu de l’histoire de ces dernières décennies, il ne faut pas être un prix Nobel pour deviner que le prochain programme gouvernemental s’inscrira dans la continuité des précédents, avec au menu beaucoup d’économies budgétaires, beaucoup d’austérité pour le plus grand nombre, beaucoup d’avantages pour le patronat, et peu de réelles avancées pour le social ou l’environnemental ! Tout simplement parce que la ‘’social-démocratie’’ est incapable d’entrevoir un autre horizon que celui du capitalisme et de sa gestion respectueuse ! 

Et c’est parce qu’elle ne propose pas de véritable solution de rechange aux recettes austéritaires des néo-libéraux que le PTB apparaît comme la seule alternative crédible ‘’à gauche’’ ! 

De quoi continuer à entretenir le ressentiment des dirigeants du PS à l’encontre de cette gauche décomplexée qui les contourne et qui n’est pas décidée, pour le moment, à abdiquer !

 

@

 

18:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Chute de feuilles [48]

 

STROPHES POUR SE SOUVENIR

 

Vous n’avez réclamé la gloire ni les larmes
Ni l’orgue ni la prière aux agonisants
Onze ans déjà que cela passe vite onze ans
Vous vous étiez servis simplement de vos armes
La mort n’éblouit pas les yeux des Partisans

Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes
Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants
L’affiche qui semblait une tache de sang
Parce qu’à prononcer vos noms sont difficiles
Y cherchait un effet de peur sur les passants

Nul ne semblait vous voir français de préférence
Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant
Mais à l’heure du couvre-feu des doigts errants
Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE
Et les mornes matins en étaient différents

Tout avait la couleur uniforme du givre
À la fin février pour vos derniers moments
Et c’est alors que l’un de vous dit calmement
Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre
Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand

Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses
Adieu la vie adieu la lumière et le vent
Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent
Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses
Quand tout sera fini plus tard en Erivan

Un grand soleil d’hiver éclaire la colline
Que la nature est belle et que le cœur me fend
La justice viendra sur nos pas triomphants
Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline
Et je te dis de vivre et d’avoir un enfant

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s’abattant.

 

 

le roman inachevé.jpg

 

19 décembre 2019

Chute de feuilles [47]

 

Les oiseaux.jpg

 

valérian oiseaux.JPG

18 décembre 2019

Chute de feuilles [46]

 

Le buffet

 

C'est un large buffet sculpté ; le chêne sombre,
Très vieux, a pris cet air si bon des vieilles gens ;
Le buffet est ouvert, et verse dans son ombre
Comme un flot de vin vieux, des parfums engageants ;

Tout plein, c'est un fouillis de vieilles vieilleries,
De linges odorants et jaunes, de chiffons
De femmes ou d'enfants, de dentelles flétries,
De fichus de grand'mère où sont peints des griffons ;

- C'est là qu'on trouverait les médaillons, les mèches
De cheveux blancs ou blonds, les portraits, les fleurs sèches
Dont le parfum se mêle à des parfums de fruits.

- Ô buffet du vieux temps, tu sais bien des histoires,
Et tu voudrais conter tes contes, et tu bruis
Quand s'ouvrent lentement tes grandes portes noires.

 

 

rimbaud.GIF

 

 

 

Les douaniers

 

Ceux qui disent : Cré Nom, ceux qui disent macache,
Soldats, marins, débris d'Empire, retraités,
Sont nuls, très nuls, devant les Soldats des Traités
Qui tailladent l'azur frontière à grands coups d'hache.

Pipe aux dents, lame en main, profonds, pas embêtés,
Quand l'ombre bave aux bois comme un mufle de vache,
Ils s'en vont, amenant leurs dogues à l'attache,
Exercer nuitamment leurs terribles gaîtés !

Ils signalent aux lois modernes les faunesses.
Ils empoignent les Fausts et les Diavolos.
" Pas de ça, les anciens ! Déposez les ballots ! "

Quand sa sérénité s'approche des jeunesses,
Le Douanier se tient aux appas contrôlés !
Enfer aux Délinquants que sa paume a frôlés !

 

 

17 décembre 2019

Chute de feuilles [45]

 

« Il était habillé comme vous et moi, je veux dire comme nous serions habillés si nous participions à une de ces battues, organisées chez nous pour les ambassadeurs ou autres personnages importants, dans nos grandes chasses officielles. Son veston de couleur brune semblait sortir de chez le meilleur tailleur parisien et laissait voir une chemise à gros carreaux, comme en portent nos sportifs. La culotte, légèrement bouffante au-dessus des mollets, se prolongeait par une paire de guêtres. Là s'arrêtait la ressemblance ; au lieu de souliers, il portait de gros gants noirs. C'était un gorille, vous dis-je ! Du col de la chemise sortait la hideuse tête terminée en pain de sucre, couverte de poils noirs, au nez aplati et aux mâchoires saillantes. Il était là, debout, un peu penché en avant, dans la posture du chasseur à l'affût, serrant un fusil dans ses longues mains. Il se tenait en face de moi, de l'autre côté d'une large trouée pratiquée dans la forêt perpendiculairement à la direction de la battue. Soudain, il tressaillit. Il avait perçu comme moi un léger bruit dans les buissons, un peu sur ma droite. Il tourna la tête, en même temps qu'il relevait son arme, prêt à épauler. De mon perchoir, j'aperçus le sillage laissé dans la broussaille par un des fuyards, qui courait en aveugle droit devait lui. Je faillis crier pour l'alerter, tant l'intention du singe était évidente. Mais je n'en eus ni le temps ni la force ; déjà, l'homme déboulait comme un chevreuil sur le terrain découvert. Le coup de feu retentit alors qu'il atteignait le milieu du champ de tir. Il fit un saut, s'effondra et resta immobile après quelques convulsions. Mais je n'observai l'agonie de la victime qu'un peu plus tard, mon attention ayant été encore retenue par le gorille. J'avais suivi l'altération de sa physionomie depuis qu'il était alerté par le bruit, et enregistré un certain nombre de nuances surprenantes : d'abord, la cruauté du chasseur qui guette sa proie et le plaisir fiévreux que lui procure cet exercice ; mais par-dessus tout le caractère humain de son expression. »

 

planète.jpg

 

16 décembre 2019

Chute de feuilles [44]

 

« Tchen tenterait-il de lever la moustiquaire ? Frapperait-il au travers ? L’angoisse lui tordait l’estomac ; il connaissait sa propre fermeté, mais n’était capable en cet instant que d’y songer avec hébétude, fasciné par ce tas de mousseline blanche qui tombait du plafond sur un corps moins visible qu’une ombre, et d’où sortait seulement ce pied à demi incliné par le sommeil, vivant quand même — de la chair d’homme. La seule lumière venait du building voisin : un grand rectangle d’électricité pâle, coupé par les barreaux de la fenêtre dont l’un rayait le lit juste au-dessous du pied comme pour en accentuer le volume et la vie. Quatre ou cinq klaxons grincèrent à la fois. Découvert ? Combattre, combattre des ennemis qui se défendent, des ennemis éveillés ! La vague de vacarme retomba : quelque embarras de voitures (il y avait encore des embarras de voitures, là-bas, dans le monde des hommes...). Il se retrouva en face de la tache molle de la mousseline et du rectangle de lumière, immobile dans cette nuit où le temps n’existait plus. Il se répétait que cet homme devait mourir. Bêtement : car il savait qu’il le tuerait. Pris ou non, exécuté ou non, peu importait. Rien n’existait que ce pied, cet homme qu’il devait frapper sans qu’il se défendît, — car, s’il se défendait, il appellerait. Les paupières battantes, Tchen découvrait en lui, jusqu’à la nausée, non le combattant qu’il attendait, mais un sacrificateur. Et pas seulement aux dieux qu’il avait choisis : sous son sacrifice à la révolution grouillait un monde de profondeurs auprès de quoi cette nuit écrasée d’angoisse n’était que clarté. ‘’Assassiner n’est pas seulement tuer...’’ Dans ses poches, ses mains hésitantes tenaient, la droite un rasoir fermé, la gauche un court poignard. Il les enfonçait le plus possible, comme si la nuit n’eût pas suffi à cacher ses gestes. Le rasoir était plus sûr, mais Tchen sentait qu’il ne pourrait jamais s’en servir ; le poignard lui répugnait moins. Il lâcha le rasoir dont le dos pénétrait dans ses doigts crispés ; le poignard était nu dans sa poche, sans gaine. Il le fit passer dans sa main droite, la gauche retombant sur la laine de son chandail et y restant collée. Il éleva légèrement le bras droit, stupéfait du silence qui continuait à l’entourer, comme si son geste eût dû déclencher quelque chute. Mais non, il ne se passait rien : c’était toujours à lui d’agir. »

 

la_condition_humaine.jpg

15 décembre 2019

Chute de feuilles [43]

 

« Hari Seldon n’avait rien d’impressionnant à l’époque. Comme l’empereur Cléon Ier, il avait trente-deux ans, mais ne mesurait qu’un mètre soixante-treize. Le visage lisse, les traits avenants, il avait les cheveux bruns, presque noirs, et ses habits trahissaient une touche de provincialisme.

Pour quiconque, dans les siècles futurs, connaîtrait Hari Seldon uniquement comme un demi-dieu de légende, il semblerait quasiment sacrilège de ne pas le voir assis dans un fauteuil roulant, arborer des cheveux blancs, un visage âgé et ridé, un calme sourire irradiant la sagesse. Cependant, même à cet âge fort avancé, son regard resterait chaleureux. Cela au moins ne changerait pas.

Et son regard était particulièrement chaleureux, pour l’heure, car son article venait d’être présenté au Congrès décennal. Il y avait même soulevé un certain intérêt et le vieil Osterfith lui avait dit, en hochant la tête : ‘’Ingénieux, jeune homme ; fort ingénieux.’’ Ce qui, venant d’Osterfith, pouvait être considéré comme satisfaisant. Fort satisfaisant.

Mais voilà que survenait un développement nouveau – autant qu’inattendu – et Seldon se demandait s’il était ou non de nature à renforcer son allégresse et accroître sa satisfaction.

Il fixait le jeune homme en uniforme – l’emblème au Soleil et à l’Astronef bien en évidence sur le côté gauche de sa tunique.

‘’Lieutenant Alban Wellis, dit l’officier de la garde impériale avant de ranger sa carte. Voulez-vous bien me suivre, monsieur ?’’

Wellis était armé, bien sûr. Et deux autres gardes attendaient devant sa porte. Seldon savait qu’il n’avait pas le choix, nonobstant les circonlocutions polies de l’autre, mais rien ne lui interdisait de chercher à en savoir plus : ‘’Pour voir l’Empereur ?

— Pour être conduit au Palais, monsieur. Tels sont les ordres que j’ai reçus.

— Mais pourquoi ?

— On ne me l’a pas dit. Et mes ordres sont stricts : vous devez me suivre… d’une manière ou de l’autre.

— Mais cela ressemble fort à une arrestation. Je n’ai pourtant rien commis de répréhensible.

— Disons plutôt, monsieur, que l’on vous fournit une garde d’honneur, si vous ne tardez pas davantage.‘’

Seldon ne tarda pas plus. Il pinça les lèvres, comme pour retenir de nouvelles questions, hocha la tête, avança d’un pas. Même si c’était pour être présenté à l’Empereur et recevoir ses félicitations, il n’y trouvait aucun plaisir. Il était pour l’Empire – enfin, pour la paix et l’unité des mondes formant l’humanité –, mais il n’était pas pour l’Empereur.

Le lieutenant le précéda, les deux autres fermant la marche. Seldon sourit aux passants qu’il croisait, essayant de prendre un air dégagé. Une fois sortis de l’hôtel, ils montèrent dans un véhicule terrestre officiel (Seldon caressa de la main les garnitures intérieures : jamais il n’avait vu quelque chose d’aussi ouvragé).

Ils se trouvaient dans un des secteurs les plus opulents de Trantor : ici, le dôme était assez haut pour vous donner l’impression d’être à l’air libre et l’on aurait pu jurer – même quelqu’un comme Hari Seldon qui était né et avait grandi dans un monde ouvert – qu’on était à la lumière naturelle. Certes, il n’y avait ni ombre ni soleil, mais l’air était léger et parfumé.

Et puis l’impression se dissipa, la courbure du dôme s’accentua, les parois se rétrécirent et bientôt ils s’enfonçaient dans un tunnel confiné, balisé à intervalles réguliers par l’emblème au Soleil et à l’Astronef et donc réservé (de l’avis de Seldon) aux véhicules officiels.

Une porte s’ouvrit et le véhicule s’y engouffra. Lorsqu’elle se referma derrière eux, ils se retrouvèrent à l’extérieur, pour de bon. Il n’y avait en tout et pour tout que deux cent cinquante kilomètres carrés de terres à l’air libre sur Trantor, et sur ces terres se dressait le Palais impérial. Seldon aurait aimé avoir l’occasion de parcourir ce domaine – moins parce qu’il abritait le Palais que parce qu’il hébergeait l’Université et, détail plus intrigant encore, la Bibliothèque Galactique. Et pourtant, en passant du monde clos de Trantor à cette enclave à l’air libre, envahie par les bois et les forêts, il était passé dans un monde où les nuages obscurcissaient le ciel et où un vent frais s’engouffrait dans sa chemise. Il pressa le contact qui refermait la vitre du véhicule.

A l’extérieur, le temps était maussade. »

 

 

fondation.jpg