Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 janvier 2023

SFFF - 24 images par seconde [CVIII]

7976ec0b8d93f8b341e9657b13480f3c.jpg

1978

Superman

Film de Christopher Donner

00:05 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

"BOUQUINAGE" - 114

"Une société pour exister doit produire des richesses et des croyances qui manifestent le désir de vivre ensemble. L'idéologie assure cette fonction seconde car elle aide à la reproduction des rapports sociaux. Ni vraie, ni fausse, elle accompagne l'évolution de la société et se manifeste à travers nombre de réalisations matérielles, discursives et artistiques. Au pluriel, le terme renvoie à la somme de représentations d'un groupe social, étant bien entendu que l'idéologie dominante, celle qui renforce le consensus social, le sens commun, la doxa, la pensée unique, les opinions stéréotypées, est celle du groupe social hégémonique. C'est pourquoi, l'idéologie dominante peut trahir, masquer, cacher pour garder des impératifs de domination et d'exploitation et s'imposer à la conscience comme une évidence partagée.

Pratiquer sur un texte une lecture idéologique consiste à essayer d'en dégager l'idéologie sous-jacente (pas tout à fait prise de parti, ni vision du monde) apparente, revendiquée ou dissimulée, car ce qui est important de ce point de vue c'est parfois sur ce quoi l’œuvre fait silence ou ce qu'elle dit sans le dire (par exemple l'absence d'allusion à la Commune dans les romans de Daudet contemporains de l'événement). L'analyse idéologique affirme ainsi l'équivocité constitutive de tout texte et de tout vouloir dire, dans la mesure où sous l'innocence de la parole peut se découvrir un tout autre possible narratif."

 

 

 

Mauvais-genres-mauvaises-lectures-mauvaises-gens.jpg

09 janvier 2023

SFFF - 24 images par seconde [CVII]

X-MenfilmPoster.jpg

2000

X-Men

Film de Brian Singer

00:10 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

"BOUQUINAGE" - 113

"Boyd se récria vivement. “Continuez, je vous prie. Vous voulez dire que c'est de l'holocauste atomique qu'est venu tout le mal ?”

Il s'était rendu compte que la planète mère avait subi des changements désastreux, mais cette notion ne lui était venue que peu à peu et ne s'appuyait que sur quelques lectures éparses, complétées par le peu qu'il avait vu en survolant le pays. Sur Mars, il n'avait jamais rencontré d'écologistes ; un équilibre stable y avait été atteint, qui se maintenait pratiquement tout seul.

“L'accident atomique ?” Epstein secoua la tête, tandis que l'amertume de son regard se communiquait à sa physionomie tout entière. “Non, docteur Jensen. Cet accident béni était sans doute la seule chose capable d'accorder à la Terre le pauvre répit dont elle jouit actuellement. Avant lui, il existait plus de six milliards d'hommes tous décidés à défendre le droit de l'affamé technologique à sa juste part de l'énergie et de matières premières... sur un monde qui pouvait peut-être, et ce n'est pas certain, répondre aux besoins d'un demi-milliard d'humains technologiques. Mais l'atome et ses retombées ont réglé la question. Une génération après l'accident, il ne restait plus que cent millions de survivants — avec une technologie très en dessous du minimum pour chacun. Ce n'était pas le salut assuré pour la Terre — les hommes se reproduisent bien trop vite — mais une chance de souffler et de repartir du bon pied.

— Et alors ?”

Epstein mira son vin à contre-jour, le dégusta lentement, remplit à nouveau leurs verres. Puis il haussa les épaules."

 

 

11.jpg

08 janvier 2023

SFFF - 24 images par seconde [CVI]

Deadpool_(2016_poster).png

2016

Deadpool

Film de Tim Miller

00:10 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

"BOUQUINAGE" - 112

 

"Tout cela, dit-il, est notre faute. Les hommes ont libéré les forces terribles que la nature tenait enfermées avec précaution. Ils ont cru s’en rendre maîtres. Ils ont nommé cela le Progrès. C’est un progrès accéléré vers la mort. Ils emploient pendant quelque temps ces forces pour construire, puis un beau jour, parce que les hommes sont des hommes, c’est-à-dire des êtres chez qui le mal domine le bien, parce que le progrès moral de ces hommes est loin d’avoir été aussi rapide que le progrès de leur science, ils tournent celle-ci vers la destruction."

 

 

ravage.jpg

07 janvier 2023

SFFF - 24 images par seconde [CV]

 

ironman.jpg

2008

Iron Man

Film de John Favreau

00:10 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

"BOUQUINAGE" - 111

" “Quant à Morel... Tout a été dit là-dessus. Je crois que c’était un homme qui, dans la solitude, était allé encore plus loin que les autres – véritable exploit, soit dit en passant, car lorsqu’il s’agit de battre des records de solitude, chacun de nous se découvre une âme de champion. Il vient souvent me retrouver, pendant mes nuits d’insomnie, avec son air en rogne, les trois rides profondes de son front droit, têtu, sous les cheveux ébouriffés, et cette fameuse serviette à la main, bourrée de pétitions et de manifestes pour la défense de la nature, qui ne le quittait jamais. J’entends souvent sa voix me répéter, avec cet accent faubourien assez inattendu chez un homme qui avait, comme on dit, de l’éducation : “C’est bien simple, les chiens, ça suffit plus. Les gens se sentent drôlement seuls, ils ont besoin de compagnie, ils ont besoin de quelque chose de plus grand, de plus costaud, sur quoi s’appuyer, qui puisse vraiment tenir le coup. Les chiens ne suffisent plus, les hommes ont besoin des éléphants. Alors, je ne veux pas qu’on y touche.” Il me le déclare avec le plus grand sérieux et il frappe toujours un coup sec sur la crosse de sa carabine, comme pour donner plus de poids à ses paroles. On a dit de Morel qu’il était exaspéré par notre espèce et acculé à défendre contre elle une sensibilité excessive, les armes à la main. On a affirmé gravement qu’il était un anarchiste, décidé à aller plus loin que les autres, qu’il voulait rompre, non seulement avec la société, mais avec l’espèce humaine elle-même – “volonté de rupture” et “sortir de l’humain”, furent, je crois, les expressions les plus fréquemment employées par ces messieurs. Et comme s’il ne suffisait pas de ces sornettes, je viens de trouver dans une ou deux vieilles revues qui me sont tombées sous la main, à Fort-Archambault, une explication particulièrement magistrale. Il paraît que les éléphants que Morel défendait étaient entièrement symboliques et même poétiques, et que le pauvre homme rêvait d’une sorte de réserve dans l’Histoire, comparable à nos réserves africaines, où il serait interdit de chasser, et où toutes nos vieilles valeurs spirituelles, maladroites, un peu monstrueuses et incapables de se défendre, et tous nos vieux droits de l’homme, véritables survivants d’une époque géologique révolue, seraient conservés intacts pour la beauté du coup d’œil et pour l’édification dominicale de nos arrière-petits-enfants.” Saint-Denis se mit à rire silencieusement, en secouant la tête."

 

 

cover.jpg

06 janvier 2023

SFFF - 24 images par seconde [CIV]

 

antman.jpg

2015

Ant-Man

Film de Peyton Reed

00:10 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

"BOUQUINAGE" - 110

"L'humanité pansait ses plaies. Partout, les secours s'organisaient. Des centres d'accueil étaient montés pour les sinistrés qui avaient tout perdu.

La puissance industrielle de l'époque facilitait les choses. Des usines, dont la production était volontairement ralentie depuis longtemps pour éviter une pléthore, marchaient en plein rendement. Les régions épargnées par la catastrophe se couvraient de villes nouvelles préfabriquées et mises en place avec une rapidité jamais connue auparavant.

Les stocks d'aliments excédentaires, prudemment bloqués pour soutenir les prix agricoles des décades précédentes, se déversaient comme la manne céleste.

Quoique très durement éprouvée, l'Afrance était relativement indemne par rapport aux autres, et elle tenait la tête des nations secourables. Son potentiel économique et ses réserves immenses lui permettaient de faire face aux besoins énormes de toute l'humanité. C'était pour elle un simple problème d'organisation.

Mais des millions d'individus souffraient dans leur cœur après avoir souffert dans leur chair. Un nombre ahurissant d'hommes, de femmes et d'enfants ignoraient ce qu'étaient devenus leurs parents ou leurs amis.

Rassemblées au Grand Conseil Mondial, les autorités régulières et hâtivement reconstituées des divers pays jugèrent que la première chose dont il fallait s'occuper était (après le secours matériel) le secours moral. Il fallait faire cesser le plus vite possible la douloureuse incertitude qui torturait les masses.

Après avoir rapidement renoncé à encombrer les ondes par d'interminables litanies de messages personnels, voués le plus souvent à se perdre sans écho, et comme il était impossible d'établir des listes de victimes, on fit des listes de survivants."

 

 

 

wul peur géante.jpg