Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 mai 2019

Grain blanc, marée noire, vague verte et mistral rouge !

Quel bilan 48 heures après l'élection du Parlement européen, de la Chambre des représentants et des Parlements régionaux ?

A. Les vainqueurs

A'. D'abord, et cela peut paraître un paradoxe dans un pays où le vote est obligatoire, les abstentionnistes : 1,39 millions d'électeurs (sur les 8,2 millions potentiels) ont refusé de soutenir un parti, soit parce qu’ils ne se sont pas déplacés pour aller voter, soit parce qu’ils ont voté blanc ou nul ! Ce qui représente près de 17 % de l'électorat, un chiffre supérieur au score de la N-VA ! A noter d'ailleurs que cette «abstention» massive a été plus forte au sud du pays, particulièrement dans les provinces du Hainaut et de Liège. A noter également que cette «désertion civique» s'accroît d'élection en élection, indice parmi d'autres d'une «crise de la représentation politique». Un grain qui décoiffe...

 

expressions-bureaux-de-vote-seront-ouverts-de-8-heures-a-19-heures-capture-elections.png

 

A''. Le Vlaams Belang (ex- Vlaams Blok, VB). Sa nette victoire est la plus mauvaise nouvelle de ce triple scrutin ! Les fascistes deviennent ainsi la deuxième force en Flandre derrière la N-VA, et la troisième au Parlement fédéral ! Une marée noire d'autant plus inquiétante que Bart De Wever, lui-même président du très à droite principal parti de Flandre, a immédiatement ouvert la porte à des discussions entre les deux composantes les plus radicales du nationalisme flamand !

affiche-ecolo-2010.jpgA'''. Ecolo et Groen. Ce n'est pas une surprise tant les sondages et les «observateurs avertis» prédisaient une «vague verte» portée par les mobilisations pour le climat. Néanmoins, point de tsunami, surtout au Nord où le parti de Kristof Calvo -bien qu'en progrès- reste à bonne distance de la N-VA et se fait doubler par le VB ! Ecolo s'empare de la seconde place à Bruxelles (derrière le PS) et de la troisième en Wallonie (derrière le PS et le MR). Une déception pour son état-major, bien qu'il s'en défende devant les caméras...

A''''. Last but not least, le PTB-PVDA qui progresse partout et qui enverra pour la première fois de son histoire des élus au Parlement flamand et au Parlement fédéral ! Ce vent de tempête «rouge» qui se lève en inquiète beaucoup et pas seulement à droite ! La petite musique renvoyant dos-à-dos les «extrêmes», qui se fait entendre depuis dimanche soir, est d'ailleurs très révélatrice de ce frisson qui parcourt l'establishment et les partis installés...

 

cavalerie_rouge-30d92.gif

 

 

B. Les battus

B'. La N-VA. Certes, elle reste le premier parti de Flandre et de l'Etat Belgique, mais perd voix et sièges. Un petit camouflet pour la bande à Bart, sérieusement concurrencé sur sa droite...

B''. Les partis des trois grandes familles traditionnelles. Tous dégringolent de manière significative. Se confirme ainsi une tendance dans le temps long. Séparément, plus aucun de ces partis ou plus aucune de ces familles n'est désormais incontournable ! Le PS sauve l'essentiel en arrivant en tête à Bruxelles et en Wallonie, mais néanmoins il réalise son score historiquement le plus bas. CD&V et Cdh sont frappés d'anémie, et les libéraux ont pris une claque bien méritée !

B'''. La «liste Destexhe», le PP et les groupuscules de l'extrême-droite francophone, qui ne disposeront pas du moindre élu.

calimero.jpg

 

C. Les premières conclusions

C'. Le «dégagisme» a emporté les majorités politiques sortantes et sanctionné à nouveau les «partis traditionnels». Toutefois, ceux-ci occupent toujours une place centrale sur les différents échiquiers politiques de l'Etat fédéral et des régions, et ils restent donc incontournables pour constituer des majorités.

C''. Le verdict des urnes indique sans surprise un «confédéralisme des résultats» ! Au nord, avec le triomphe du VB et malgré l'arrivée de premiers élus du PVDA, le «centre de gravité politique» se situe encore plus fortement «à droite». Au sud, avec la solide poussée du PTB combinée au bond d'Ecolo, le «centre de gravité politique» se déplace plus «à gauche».

C'''. Cette configuration asymétrique va évidemment rendre difficile la formation d'un gouvernement fédéral. Bien que se tassant, la NVA garde le leadership et l'irruption du VB renforce encore sa volonté nationaliste. De Wever l'a d'ailleurs très bien compris : il annonce qu'il ne veut pas gouverner avec les «écolo-communistes» (sic), nonBDW1.jpg seulement avec le PTB (il n'existait ici aucun risque !), mais surtout avec Ecolo et le PS ; dès lors, il brandit le spectre d'un puissant front flamand qui mettra le «confédéralisme» à l'agenda  ; et pas question pour lui d'une coalition gouvernementale où les Flamands seraient minoritaires dans leur propre communauté (comme les Francophones l'étaient pourtant dans le gouvernement Michel !)...

C''''. La «question nationale», que d'aucuns (à droite comme à gauche) s'efforcent de chasser par la porte depuis des décennies, finit toujours par revenir par la fenêtre ! Les différentes «réformes institutionnelles», particulièrement alambiquées, n'ont pas éradiqué la revendication autonomiste. Mais pourquoi faudrait-il craindre la concrétisation d'un principe démocratique essentiel comme celui du «droit à l'autodétermination» ? Il y a dans l'Etat Belgique deux peuples et deux réalités sociologiques divergentes. Ce serait une erreur d'ignorer cette évidence en Wallonie et de refuser de réfléchir à un «plan B». Mais, in fine, il n'y aura pas à l'avenir d'«autonomie» possible des régions sans un engagement populaire majoritaire, ce qui est loin d'être acquis pour le moment...

C'''''. Toujours est-il qu'il faudra énormément de temps pour connaître le successeur de Charles Michel à la tête du pays ! On ne peut d'ailleurs exclure, à terme, un retour aux urnes anticipé ! Mais dans ce cas de figure, quel «signal donné à l'électeur» ! Et quel pari dangereux car une nouvelle élection pourrait profiter plus encore au vainqueur d'hier, le VB, ce qui rendrait la situation de plus en plus inextricable. Avec à la clé une «crise de régime» ?

Elio-Di-Rupo.jpgC''''''. Il en va autrement dans les entités fédérées où de nombreuses formules existent. Mais quelles seront les priorités et quelles seront les options retenues pour les partis qui «ont la main» ? La N-VA franchira-t-elle le Rubicon en constituant une majorité avec le VB et un troisième larron ? Et dans ce cas de figure, qui lui emboîtera le pas ? L'Open-Vld ? Un tel Exécutif compliquerait assurément la négociation d'un accord avec les Wallons et les Bruxellois ! Et en Wallonie, pourrions-nous voir se construire une «union des gauches» comme le souhaite la FGTB ? Peu probable, quand on entend déjà un Elio Di Rupo prendre ses distances devant cette perspective ! Quant aux Verts, ils ont peu d'exclusives et sont prêts à négocier avec les uns et les autres, ce qui n'est pas nécessairement rassurant !

C'''''''. La grande satisfaction de ce dimanche est naturellement le succès important du PTB-PVDA. Il passe de 2 à 12 sièges au Parlement fédéral, avec des élus de toutes les régions. Au total, dans les différentes assemblées parlementaires, il gagne 35 sièges (de 8 à 43!). 584 621 électeurs et électrices ont émis un suffrage en sa faveur, soit 8,62 % de l'ensemble de l'électorat. Bien sûr, cela reste forcément minoritaire. Mais qui aurait pu imaginer, il y a quelques années, que la «gauche radicale» s'installerait de manière durable dans notre paysage politique institutionnel ? Reste maintenant la question de l'utilisation de ce succès ! Clairement, le PTB ne dispose guère d'atouts en la matière. Il n'est indispensable nulle part et surtout, son programme et ses justes principes -le rejet d'alliances avec les droites et le refus de compromissions qui le conduiraient à endosser des politiques libérales, et à renier ses engagements !- rendent très peu probable son entrée dans des majorités.

 

vote r.jpg

 

C''''''''. Indépendamment des péripéties à venir, les enjeux environnementaux, démocratiques et sociaux demeurent. Le temps, qui fuit inexorablement, accroît chaque jour l'urgence de solutions. De toute manière, aucune illusion à entretenir : quelle que soit la composition de futurs exécutifs, des mauvais coups supplémentaires contre le plus grand nombre sont à craindre. Les mobilisations et les luttes seront par conséquent toujours d'actualité. Mieux vaut en être conscients et ne pas miser sur d'éventuels changements d'attelage, que ce soit au niveau fédéral ou régional, pour obtenir un répit...

@

 

changer système.jpg

 

 

20:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 mai 2019

Le choix

12 points.jpg

 

Il reste quelques heures avant de connaître les résultats des élections européennes. Avec un bonus pour la Belgique : l'élection pour la Chambre des représentants et pour les Parlements régionaux.

Beaucoup a été dit ou écrit durant la campagne électorale, mais finalement l'enjeu est simple : le changement ou la continuité, la continuité ou le changement ? Ici et dans les 27 autres Etats membres de l'Union européenne.

La continuité. Celle des politiques libérales destinées à préserver les intérêts du capital et le pouvoir de l'oligarchie financière. Celle des traités européens qui garantissent une «concurrence libre et non faussée» et encouragent la lutte de tous contre tous. Celle de la «règle d'or» des 3 % et des politiques austéritaires obligées. Celle de la destruction des services publics et des protections sociales. Celle du pillage des ressources de la terre et de l'inertie face à la crise écologique. Celle des inégalités croissantes et du développement de la pauvreté. Celle du rejet des migrants et de la remise en cause des libertés et droits démocratiques. Celle des croisades impérialistes et de la préparation des guerres de demain. Bref, celle du capitalisme réellement existant.

Le changement. Pour la justice sociale et pour la justice fiscale. Pour le climat et pour la sauvegarde de la biodiversité. Pour une écologie populaire et pour une transition écologique démocratique. Pour la rupture avec les règles et les traités coercitifs de l'Union européenne. Pour des services publics forts et pour la consolidation des communs. Pour la laïcité et pour l'émancipation. Pour le respect des libertés et des droits de chacun(e). Pour la coopération entre les peuples. Pour la paix. Pour l'égalité.

La continuité, c'est la droite et l'extrême-droite, bien sûr. Mais c'est aussi une «gauche» qui s'accommode du capitalisme et qui s'associe régulièrement avec les tenants du néo-libéralisme pour mettre en oeuvre les politiques régressives destinées à préserver les privilèges des puissants !

Le changement, ce sont les mouvements et partis qui s'appuient sur les mobilisations sociales, relaient les luttes, portent des solutions de rechange radicales et défendent des projets politiques en rupture avec le mode de production, d'échange et de consommation dominant.

Poursuivre dans la même voie qui conduit dans une impasse ou bifurquer pour prendre un autre chemin, le choix est clair.

A chacun et à chacune de l'exprimer avec ses bulletins de vote, dimanche...

 

 

écologie populaire actionnaires.jpg

00:23 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 mai 2019

La campagne en folie (14)

Elections 2019 urnes.jpg

 

Contrairement à la Belgique, le vote n'est pas obligatoire dans de nombreux pays, notamment la France. Conséquence :  lors des précédentes élections européennes (2014) chez nos voisins du sud, plus de 50 % des inscrits ne s'étaient pas déplacés ! Ce qui est énorme.

Pourtant, certains analystes affirment aujourd'hui que de nouveaux records d'abstention seront battus ! En cas de confirmation de cette prévision, dimanche prochain, ce serait une mauvaise nouvelle pour la «démocratie» et une illustration supplémentaire de la «crise de la représentation politique» si caractéristique de notre époque.

C'est d'autant plus navrant que ce sont les jeunes et les classes populaires qui ne se déplacent plus pour aller voter. Un phénomène social et politique qui constitue assurément une mauvaise nouvelle pour celles et ceux qui contestent le capitalisme et le pouvoir de l'oligarchie financière, à commencer par La France Insoumise.

Même si cela peut sembler vain, il faut donc répéter inlassablement que c'est une erreur de ne pas exercer un droit qui a nécessité tant de luttes, et une faute d'ignorer l'importance de la dimension institutionnelle dans le combat pour changer le monde.

Le bulletin de vote est partie intégrante de la panoplie des moyens à mettre en oeuvre pour transformer la société. Certes, il ne s'agit que d'un maillon, mais dans une chaîne tous les maillons sont indispensables !

Rappelons également que là où il n'y a ni suffrage universel ni pluralisme politique, toute vie démocratique digne de ce nom s'éteint complètement.

Dès lors, dans 48 heures, exprimez-vous dans l'isoloir et... faites le bon choix !

 

Je vote MA.jpg

 

#####

 

 

Écologistes, convaincus de l’urgence,

nous votons France insoumise

Tribune commune (22 mai 2019)

d’ancien·ne·s adhérent·e·s des Verts ou d'EELV

 

 

« Longtemps, les alertes que nous portions, nous, écologistes, ont été ignorées, raillées, ou au mieux inspiraient une phrase rituelle sur la défense de l’environnement. Pour la première fois, dans ces élections européennes, la réalité des crises environnementales s’impose à quasiment toutes les listes.

Mais pour défendre quelle écologie ? Pour les électrices et électeurs qui souhaitent faire de l’écologie un marqueur central de leur vote, comment choisir ?

Dérèglements causés par le réchauffement climatique, sixième extinction des espèces, épuisement des sols, conséquences sanitaires des pollutions présentes partout, pollutions industrielles exponentielles… La catastrophe n’est plus à venir : elle est en cours. Il nous reste 12 ans, selon les experts du GIEC, pour empêcher que le réchauffement climatique lié à nos émissions de gaz à effets de serre nous amène à une situation incontrôlable. La disparition du huitième des espèces vivantes si indispensables à la biosphère est aussi une réalité.

Tout le monde s’accorde en gros sur le constat. Mais peut-on stopper la dérive climatique en faisant appel à la main invisible du marché censée tout réguler, en se limitant à des incitations et/ou à une fiscalité écologique, ou en refusant de sortir du nucléaire, de ses dangers et ses déchets ingérables ? Suffit-il de sortir les investissements écologiques de la règle des 3 % de déficit en faisant valoir un principe d’exception écologique ? De créer une banque du climat ? Non !

Toute défense de l’environnement sans remise en cause du système économique et social qui produit les conditions de sa destruction est une tartufferie. L’« écologie de marché » n’est que l’habit de l’écoblanchiment. C’est bien là que résident les différences entre les diverses listes.

Sauvegarder notre écosystème doit être prioritaire sur tout, y compris la sacro-sainte compétitivité et la concurrence libre et non faussée imposées par l’Union Européenne et reprises avec zèle par Emmanuel Macron et sa majorité.

L’urgence écologique concerne l’ensemble de la planète et des êtres vivants. Il y a donc un intérêt général humain à agir vite et efficacement. Mais toutes et tous ne sont pas à égalité, ni du point de vue des responsabilités, ni du point de vue des conséquences subies.

Les plus riches sont « en même temps » les plus responsables de par leur mode de vie et les plus à même de se protéger – à court terme au moins. Ils sont prêts à tout pour réprimer les aspirations sociales et démocratiques des catégories contraintes par leur dépendance économique et pour défendre leur niveau de vie, même si cela doit passer par la création de territoires isolés de la majorité de l’humanité.D’où la nécessité, si nous voulons un modèle social fondé sur le droit de vivre dignement pour tou•te•s, de partir des besoins des populations les plus vulnérables, que ce soient les populations pauvres de nos pays de l’Union européenne ou celles de pays particulièrement frappés par cette modification de notre écosystème global, menacés de submersion par la montée des océans, ou victimes de la sécheresse. En Europe, ce sont les populations les plus pauvres qui subissent le plus de pollution, de mal bouffe et qui vivent dans la précarité énergétique avec des logements mal isolés et mal chauffés. Les incitations fiscales sont insuffisantes pour changer leurs chaudières ou mieux isoler leur logement. De même, la fiscalité écologique, notamment sur les carburants ou le fioul de chauffage, a comme seule conséquence d’aggraver leurs difficultés financières. Les Gilets jaunes ont eu raison de se révolter contre cette injustice fiscale et c’est pourquoi la France Insoumise les a soutenu•e•s dès le début.

Les traités européens, imprégnés des dogmes du libre-échange, sont un obstacle à la bifurcation écologique indispensable.

Aussi, en tant qu’écologistes convaincu•e•s de l’urgence, nous nous reconnaissons dans la nécessité de leur désobéir. Chaque jour nous voyons les lobbies et leur pouvoir à l’œuvre à Bruxelles. Pour les contrer il faut des député•e•s décidé•e•s. De même que nos parlementaires nationaux, Younous Omarjee, eurodéputé sortant, a été notamment à la pointe du combat contre la pêche électrique. Le 26 mai, il faut élire encore plus de député•e•s de cette trempe, comme notre tête de liste Manon Aubry.

Outre la désobéissance aux traités, la France Insoumise propose la règle verte et la planification écologique.

La règle verte consiste à ne pas prendre à la planète plus de ressources renouvelables qu’elle ne peut renouveler, ni produire plus de déchets que ce qu’elle peut absorber. Avec une telle règle, le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes n’aurait jamais vu le jour, pas plus que le grand contournement de Strasbourg, le terminal T4 de l’aéroport Charles de Gaulle, Europacity et tous les projets de centres commerciaux construits sur des terres agricoles ou des terrains utilisables pour d’autres fonctions. À l’échelle européenne il ne serait pas question non plus du Lyon-Turin ou de déboiser les forêts polonaises…

À cette règle concernant les ressources renouvelables, il faut ajouter la sobriété de consommation des matières premières non renouvelables. L’économie circulaire ne peut pas tout résoudre, car les métaux ne sont jamais recyclables à 100 % et, dès qu’il y a alliage ou matériau composite, le recyclage est très faible. Il faut faire décroître notre consommation de matières premières.

Pour réduire les émissions de GES, en finir avec l’artificialisation des sols et la maltraitance animale, sauvegarder la biodiversité et les ressources de la planète, c’est le mode de production, d’échanges et de consommation que nous devons réorienter radicalement.

Compte-tenu de l’urgence, la France Insoumise propose la planification écologique, afin de relocaliser les productions agricoles comme industrielles, privilégier les circuits courts, revoir l’aménagement du territoire en fonction de ces impératifs et du bien vivre. Cela suppose, à l’inverse de la loi NOTRE adoptée par la majorité de François Hollande, d’arrêter avec la métropolisation à outrance, de permettre aux territoires de regagner en autonomie dans la production des biens et services utiles à leurs populations et de réimplanter des services publics, afin de permettre à ces mêmes populations de rester et de s’installer sur l’ensemble du territoire national au lieu de se concentrer dans des mégapoles invivables, synonymes de transports sans fin, de pollution et de mal être.

Fin du mois, fin du monde, même combat. Ce n’est pas un simple slogan. L’écologie ne peut être que populaire et sociale, sinon c’est du greenwashing, synonyme d’échec. Nous le constatons chaque jour. C’est pourquoi nous appelons tou•te•s les écologistes à voter pour la liste conduite par Manon Aubry. Ses candidat•e•s mènent un combat de résistance à la destruction de la Planète. Et proposent une alternative par les solidarités, l’égalité, le respect de la biodiversité et le développement des communs, via la règle verte et la planification écologique démocratique.»

 

FI planification.jpg

 

Les signataires :

 

Martine Alcorta, conseillère régionale Nouvelle Aquitaine, ex EELV
Francine Bavay, ancienne conseillère régionale IDF
Martine Billard, députée de Paris de 2002 à 2012
Odile Blanc, ex EELV, ex élue à l’environnement de Bourg les Valence
Jean-Marie Brom, membre des Verts puis EELV de 1988 à 2013 , ancien élu de la Ville de Strasbourg, spécialiste des questions énergétiques
Laurent Bussière,Saint-André, Paris
Sophie Camard, Marseille
Ricardo Coronado, Seine-Saint-Denis
Sergio Coronado, député EELV des français de l’étranger de 2012 à 2017
Denis Donger, conseiller municipal écologiste de Romans sur Isère
Agnès Donon, militante pour l’arrêt du nucléaire
Patrick Farbiaz, Paris
Anne Gervais, Paris
Thomas Giry, ancien conseiller municipal Arcueil (94)
Patrick Jimena, ancien conseiller départemental, ancien conseiller municipal Colomiers (31)
Jean-Charles Lallemand, Paris
Corinne Lehl, conseillère du 7ème arrondissement de Lyon
Jean-Pierre Lemaire, Paris
Jimmy Levacher, Drôme, militant associatif pour la sortie du nucléaire
François Longérinas, ancien maire-adjoint Vert du 3 ème arrondissement de Paris
Élise Lowy, ancienne membre du bureau exécutif de EELV
Bénédicte Monville, ancienne secrétaire départe mentale EELV 77, conseillère régionale IDF groupe Alternative écologiste et sociale (AES)
Xavier Pozzovivo, aide-soignant, Lille
Laure Tachoires, conseillère municipale Ramonville Saint Agnès (31) sympathisante EELV
Jean-Jacques Toubhans, Hauts de Seine

 

[Toutes et tous ancien·ne·s adhérent·e·s des Verts ou de EELV]

 

#####

 

soutien 34.jpg

soutien 35.jpg

 

soutien 36.jpg

 

soutien 37.jpg

 

soutien 38.jpg

 

soutien 39.jpg

 

soutien 20.jpg

 

soutien 21.jpg

 

soutien 22.jpg

 

soutien 23.jpg

 

soutien 24.jpg

 

soutien 25.jpg

 

soutien 26.jpg

 

soutien 19.jpg

 

soutien 18.jpg

 

soutien 17.jpg

 

soutien 16.jpg

 

soutien 14.jpg

 

soutien 13.jpg

 

soutien 12.jpg

 

#####

 

tract.jpg

00:08 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

23 mai 2019

La campagne en folie (13)

 

Elections 2019 urnes.jpg

 

Ainsi, le PTB n'a pas participé au «débat des présidents» organisé par la RTBF ce mercredi 22 mai ! Au motif que cette soirée était uniquement réservée aux «présidents» de chaque formation, à l'exclusion de tout autre de leurs représentants... Or, Peter Mertens était déjà l'invité de la VRT pour une confrontation avec Maggie De Block et il était impossible qu'il se dédouble ! Et comme les solutions de rechange proposées -Benjamin Pestieau ou Raoul Hedebouw- ont été rejetées, pas de parti de la gauche radicale à l'antenne !

Quelques esprits chagrins ont rétorqué qu'Ecolo aussi ne dispose pas de «président», ce qui ne l'a pas empêché d'être présent sur le plateau . Sauf que les écologistes, eux, ont... deux présidents, ou plus exactement deux «co-présidents» ! Mais bon sang c'est bien sûr, il eût donc suffi au PTB de disposer du même organigramme et le compte était bon. Pas de chance pour lui toutefois, aucun «co-président» dûment identifié : uniquement un «président» et un... «vice-président» ! Comme le dirait Benoît Poelvoorde : «tu saisis la nuance» ?

Finalement, le grand perdant dans cette histoire un tantinet surréaliste est le «service public», englué dans une curieuse réglementation «sémantique». Pour sa part, l'absent (forcé) a échappé à une médiocre discussion...

Maintenant, si le PTB ne s'obstinait pas à se vouloir «unitariste» dans un «Etat fédéral» et était structuré en deux partis distincts avec leurs propres «directions», cette exclusion (sous ce prétexte fallacieux, en tout cas) n'aurait pu être décrétée ! Mais ceci est un autre débat...

 

PTB 2019.jpg

 

#####

 

Waterloo morne plaine. Elections morne campagne.

Ces dernières semaines d'avant le 26 mai ont été politiquement désolantes.

Comment s'étonner de l'absence d'engouement populaire face à des partis qui défendent fondamentalement les mêmes programmes ?

Certes, il existe des accents propres à chaque liste et les différentes formations ont leurs spécificités, à l'image des personnalités qu'elles mettent en avant. Mais le positionnement général est le même : pas de remise en cause du capitalisme ; pas de rupture proposée avec l'Union européenne et ses traités régressifs ; pas d'autre voie qu'une fatale austérité, simplement déclinée de différentes manières ; et surtout, tous sont disposés à gouverner les uns avec les autres, au delà d' «exclusives» de façade... pré-électorales !

 

kroll.jpg

 

Bien sûr, les exceptions qui mettent la règle à l'épreuve existent, comme le PTB en Belgique ou les Insoumis en France. Mais les uns et les autres ont beaucoup de difficultés à se faire entendre, dans les médias dominants, et doivent souvent résister à un féroce bashing.

Dimanche, mettons en échec le système en utilisant nos bulletins de vote pour exprimer clairement le choix de la rupture avec l'ordre dominant et ses complices...

 

#####

 

 

calimero.jpgCharles Michel ne ferme pas la porte à la N-VA : «Ceux qui expriment des exclusives sont hypocrites», répète-t-il partout dans la presse.

Il y a cinq ans, son discours était très différent ! Que s'est-il donc passé durant ce laps de temps ? Ah oui, le MR a gouverné avec... la NVA, en dépit de ses promesses pré-électorales tonitruantes, et avant le couac de fin de législature.

Avec à la clé un bilan anti-social et anti-démocratique effarant !

Sans doute doute rêve-t-il de remettre le couvert pour faire plaisir aux puissants qu'il sert avec tant de docilité...

 

#####



Le 26 mai :

combattre l’hégémonie libérale.

Le point de vue d'Hugues Le Paige

 

HLP.jpg« Parce que je ne peux pas faire confiance à un PS qui promet monts et réformes sans avoir été capable, à aucun moment, d’affirmer une rupture avec ses trente années de social-libéralisme. Parce que je ne veux pas céder à cette éternelle injonction culpabilisante du « sans nous ce serait pire » alors que « le pire », ils en ont fixé les prémisses.

Parce que si je reconnais volontiers le rôle historique d’Ecolo et que je me réjouis du succès que pourront rencontrer les candidats de gauche sur ses listes, je ne peux faire crédit au parti vert, très hétérogène, sur un point fondamental : une réelle transition écologique ne pourra se faire dans le cadre du capitalisme, sauf à se réaliser au détriment des plus faibles déjà victimes de toutes les inégalités.

Parce que précisément, le PTB est la seule formation résolument anti-capitaliste. Et que si le vote PTB est tellement utile à toute la gauche, c’est d’abord en raison des valeurs qu’il exprime sans concession. Au premier rang de celles-ci, l’ÉGALITÉ, sans laquelle il n’y a pas de combat de gauche digne de ce nom. Une forte représentation de la gauche radicale dans les assemblées, c’est une condition indispensable pour combattre l’hégémonie libérale qui traverse les frontières des partis traditionnels et qui, demain, conditionnera peu ou prou toutes les coalitions possibles. Voilà pourquoi à tous ceux qui partagent ces valeurs d’égalité, à quelques heures du scrutin et quelles que soient les divergences que l’on peut avoir avec lui, je veux réaffirmer la nécessité d’un choix sans équivoque : celui du vote en faveur du PTB.»

 

#####

 

 

 

La Gauche anticapitaliste, membre de la Quatrième Internationale (trotskyste), appelle à voter PTB, non sans se montrer extrêmement critique vis-à-vis de ce parti. Voici sa déclaration :



« Dimanche 26 mai, le paysage politique de la Belgique et du Parlement européen sera profondément redessiné. La longue période de campagne électorale, démarrée avec les communales d’octobre dernier, touchera à sa fin. Pour la majorité sociale de ce pays, le 26 mai sera l’heure de confirmer dans les urnes le message que les mouvements sociaux, au premier rang desquels le mouvement syndical, n’ont pas réussi à imposer depuis 2014.

Jetons un rapide coup d’œil dans le rétroviseur : les années passées sous le gouvernement Michel, avant sa chute lamentable en décembre 2018, ont été marquées par de nombreux reculs, par des ruptures importantes et, plus récemment, par de vraies lueurs d’espoir. En termes de reculs sociaux, sans être complets, rappelons entre autres la non-indexation des salaires et l’imposition d’un gel des salaires pour les années à venir, le recul de l’âge de la pension à 67 ans, les milliards de coupes sombres dans le budget de la santé, reversés sous formes de cadeaux aux patrons avec 2 milliards de nouvelles réductions de cotisations à la Sécurité sociale, la loi Peeters qui a favorisé l’explosion du nombre d’emplois précaires et autres «mini-jobs», les restrictions de l’allocation de garantie de revenu qui ont frappé durement les femmes, le «service minimum» pour affaiblir le droit de grève à la SNCB, etc. Évidemment, aucune de ces mesures n’a pour but réel d’arriver à un «budget en équilibre» ou à l’accès à un emploi de qualité pour tou.te.s. Ce programme de démolition a par contre tout à voir avec l’envie de gaver toujours plus les détenteurs des capitaux de ce pays, actionnaires et grands patrons, et de garantir un profit élevé aux grandes entreprises d’un capitalisme qui cherche un nouveau souffle.

Les éléments de continuité et de rupture se mélangent lorsque l’on compare le gouvernement Michel-De Wever au gouvernement Di Rupo qui l’avait précédé. Tous les paramètres se sont aggravés sous la direction libérale-nationaliste, mais la tripartite pilotée par le PS avait déjà bien entamé le sale boulot, que ce soit en matière de gel des salaires, de coupes budgétaires dans les services publics, de chasse aux chômeur.se.s et de précarisation des jeunes avec la suppression des allocations d’insertion après trois années, entre autres. Di Rupo a ouvert la voie à Michel et De Wever. En fin de compte, la continuation des politiques néolibérales et autoritaires nous amène petit à petit à des seuils et à des points de basculement vers une société et un régime politique de plus en plus brutaux sur une Terre invivable.

Pourtant, rien n’est écrit d’avance : ceux d’en haut ne maîtrisent ni le désordre capitaliste, ni les mobilisations populaires. Ces cinq dernières années avaient démarré en trombe avec la création de Hart Boven Hard et le plan d’actions syndical crescendo à l’automne 2014, aboutissant à des manifestations et grèves massivement suivies qui avaient mis à mal la coalition «kamikaze». La trêve a été déclarée par les sommets syndicaux au moment où le mouvement était au plus haut et sans avoir rien obtenu, dans le but de maintenir la place des directions syndicales dans un système de concertation sociale cliniquement mort et d’éviter la chute du gouvernement. Cette trêve et les zigzags syndicaux des années suivantes ont laissé des traces durables. La période des attentats de Paris et Bruxelles a aussi été instrumentalisée par la coalition des droites pour faire un saut en avant dans le tout sécuritaire et le racisme d’Etat : l’introduction de la déchéance de nationalité sans aucune opposition au Parlement (pas même du PTB ou d’Ecolo), le «lockdown» de Bruxelles pendant quatre jours en 2015, la présence longtemps massive de l’armée dans les rues, etc. Du retour de l’enfermement d’enfants en centres fermés, appliqué autrefois sous le gouvernement libéral-socialiste entre 2004 et 2008 jusqu’à la mort de la petite Mawda, sous les balles de la police belge, « inhumanité » est le mot qui résume le mieux le bilan de la politique migratoire raciste et meurtrière de la Belgique et de l’Union européenne.

Quand la N-VA a débranché la prise du gouvernement Michel l’hiver dernier, nous étions nombreux.se.s à craindre le pire, dans un contexte de re-mobilisation massive de l’extrême-droite dans la rue et de montée européenne globale de ces courants, des USA au Brésil en passant par la France ou encore l’Italie. Mais là encore les luttes sociales ont pu déjouer les plans de De Wever et co. et nous démontrer à nouveau que le pire n’est jamais certain. Le retour de notre force s’est manifesté à travers un mouvement de masse historique de la jeunesse avec les grèves pour le climat depuis janvier, renforcées par des manifestations énormes et des actions de désobéissance civile. Le mouvement féministe a également connu un renouveau inédit depuis près de vingt ans, avec un 8 mars mémorable fait de manifestation et d’actions de grève multiformes, impulsées par une dynamique d’auto-organisation collective et plurielle autour du Collecti.e.f 8 maars. À quelques jours des élections, la campagne reste marquée par les thématiques sociale et écologique, les libéraux et la N-VA ne sont pas sur leur terrain de jeu favori…Espérons que la toute récente polémique islamophobe, sur la liberté de culte et le prétendu « communautarisme », montée en épingle par la droite et les grands médias, ne change pas la donne.

Les élections de 2018 avaient déjà montré une forte poussée des Verts et du PTB, ainsi que du Vlaams Belang en Flandre. La perte d’influence et la baisse continue des scores des trois familles politiques qui ont historiquement dominé l’État belge (chrétiens-démocrates, libéraux, sociaux-démocrates) se confirment encore un peu plus chaque jour. Les crises multiples provoquées par le capitalisme, l’incapacité des partis traditionnels à offrir autre chose à la population que la lente dégradation de nos conditions de vie et la concentration des richesses dans les mains d’une infime minorité bourgeoise, l’atomisation et la perte de sens de notre époque néolibérale…tout cela favorise l’éclatement, l’instabilité et la polarisation politiques à long terme.

Les mouvements sociaux ont mis sur la table des enjeux de société fondamentaux, notamment la simple nécessité d’assurer un futur vivable sur Terre, à l’approche de ces triples élections qui devraient favoriser un débat de fond, sans chipoter sur telle ou telle compétence de tel ou tel niveau de pouvoir…pourtant la campagne électorale ne passionne pas. Si les élections ne changent pas, en tant que telles, nos vies, elles constituent un moment incontournable du rapport de forces politique et influencent l’état d’esprit de l’écrasante majorité de la population, et donc la dynamique des luttes sociales. Il s’agit donc d’utiliser notre bulletin de vote sans illusion sur le Parlement ni sur l’abstention, qui ne sont finalement que deux façons d’accorder une importance démesurée au (non-)vote. Enfin, n’oublions pas qu’un million de non-belges (dont 150000 personnes sans-papiers), ainsi que des dizaines de milliers de jeunes qui ont entre 16 et 18 ans, n’ont même pas le droit de voter aux élections régionales, fédérales et (dans certains cas) européennes. Cela fait plus d’un.e électeur/trice sur huit en Belgique, et près de la moitié de l’électorat bruxellois !

Cela va sans dire mais ça va mieux en le disant : la toute première priorité de ces élections est d’infliger une gifle la plus monumentale possible aux droites. La porosité entre certains courants du MR et de la N-VA avec les néofascistes en costume-cravate du Vlaams Belang, du PP ou de la liste Destexhe, combinée avec les manifestations d’extrême-droite de l’hiver dernier, doivent nous maintenir en état d’alerte. Après cinq années d’asphyxie, nous n’avons aucun intérêt à défendre la politique du pire. La question se pose bien sûr de façon bien plus aigüe en Flandre où les droites combinées totalisent toujours plus de 70% des voix. Au centre-droit, le Cdh est déjà prêt à aller à la soupe pour sauver une coalition MR-N-VA bis et le CD&V est plus que jamais un parti pro-patronal, tout comme Défi.

Que faire alors du PS, du SP.a, d’Ecolo et Groen ? Il y a des nuances entre ces formations, mais toutes se caractérisent par la volonté de gérer loyalement l’État capitaliste et néolibéral, dans le cadre d’une économie laissée dans les mains des grands groupes privés et d’un cadre défini par la zone euro et les traités d’austérité européens. Non seulement ces formations refusent donc d’envisager l’affrontement et la rupture nette avec la cage de fer capitaliste et néolibérale, mais en plus le bilan de leurs participations aux gouvernements précédents sont extrêmement mauvais pour les classes populaires et pour la planète. Alors bien sûr, nous connaissons des membres sincères de ces formations qui tentent d’aller à contre-courant. Certain.e.s même s’auto-définissent comme « anticapitalistes » ou « éco-socialistes » (le PS ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît).

Le problème est que l’anticapitalisme ou l’éco-socialisme ne sont pas des étiquettes vides de sens, ni des mots magiques, dont il suffirait de se réclamer pour parvenir à quoi que ce soit qui approche un changement de société. Ce sont des engagements qui impliquent des options stratégiques basées sur la lutte des classes, la mobilisation massive et radicale par en-bas de toutes celles et ceux qui ont un intérêt à changer ce monde, l’auto-organisation populaire et l’expropriation de la classe capitaliste qui détruit nos vies. L’anticapitalisme comme point de départ et l’écosocialisme comme point de mire, cela signifie remettre en cause catégoriquement les règles du jeu de l’État et de l’économie capitalistes. Cela signifie tenter de construire un outil politique qui vise à prendre au sérieux l’ambition de transformer radicalement la société par un processus de rupture révolutionnaire. Il n’existe pas de stratégie «bisounours» pour les anticapitalistes. Les tentatives de réformer le système de l’intérieur en excluant toute option radicale et toute mesure d’auto-défense du processus se sont soldées par la tragédie du Chili d’Allende en 1973 et par la dégénérescence néolibérale-autoritaire de Tsipras-Syriza en Grèce en 2015. L’anticapitalisme et l’écosocialisme conséquents sont incompatibles avec les axes programmatiques des sociaux-démocrates et des Verts, faits de baisse de cotisations patronales à la sécurité sociale, de maintien de la propriété privée du secteur financier et énergétique, ainsi qu’avec leurs bilans et pratiques de gestionnaires loyaux en coalition avec des partis de droite. Les candidat.e.s sincères dans leur utilisation de ces notions feront rapidement face à des choix décisifs, puisque tout indique que ces formations seront amenées à gouverner à l’un ou l’autre niveau de pouvoir. En ce qui nous concerne, nous appelons à la défiance et à l’indépendance totale des mouvements sociaux et syndicaux vis-à-vis de ces familles politiques et à refuser toute trêve ou état de grâce si d’aventure elles rejoignent des coalitions gouvernementales.

Après élimination logique des options social-libérales ou écolo-libérales, la principale voix de gauche anti-austérité ce 26 mai s’exprimera par un bulletin de vote pour le PTB. C’est la raison pour laquelle la plupart d’entre nous voteront pour des candidat.e.s sur les listes du PTB. Cependant, il y a des choses à dire sur l’évolution du PTB depuis 2014.

Le bilan des interventions de Raoul Hedebouw et de Marco Van Hees au Parlement est positif, en termes d’encouragement à une série de luttes syndicales et contre l’austérité, ou encore récemment en soutien aux jeunes en lutte pour le climat. Le PTB a réussi à s’implanter dans les quartiers populaires des grandes villes et dans les grandes entreprises. Le PTB capte aussi des votes protestataires dont les enquêtes indiquent qu’en son absence ils iraient à l’extrême-droite. Ce sont des atouts précieux. Mais d’un autre côté, nous sommes forcés de constater des signaux problématiques provenant de ce parti. D’une part, le PTB a liquidé l’expérience de la Gauche d’ouverture au lendemain des élections de 2014, mise sur pied par la FGTB de Charleroi et par la CNE. La leçon est claire : il ne manifeste aucune envie de construire une gauche radicale plurielle et diverse. Aucune envie non plus de secouer le « modèle belge » dans lequel les appareils bureaucratiques des syndicats corsètent l’action du monde du travail en se concertant avec leurs « amis politiques » et le patronat. Le PTB voudrait-il remplacer le PS dans ce rôle ?

Le PTB s’est ainsi refermé sur lui-même et sur son auto-construction comme seule et unique priorité. Cela se manifeste notamment par le manque de candidat.e.s d’ouverture sur ses listes, en comparaison avec 2014, ou avec Ecolo qui réussit, par un tour de passe-passe bien joué, à placer quelques activistes sur ses listes. D’autre part, le PTB a également refusé d’accueillir des candidat.e.s d’ouverture de la Gauche anticapitaliste sur ses listes, en Belgique francophone ainsi qu’en Flandre orientale. Le PTB maintient aussi un fonctionnement à direction « top-down » et autoritaire, refusant tout débat pluraliste ouvert ou structuré. Tant que le parti progresse en termes de membres et d’électeur/trices, les chiffres semblent donner raison à cette structure, malgré des départs. Pourtant, il n’y a pas meilleure garantie d’oxygène et d’apprentissage collectif, pour notre camp social, que la démocratie la plus large.

Avec le grand succès viennent les grandes questions et les grandes responsabilités : le PTB a beaucoup grandi et dispose d’un programme de gauche fouillé mais qui évacue lui aussi des questions centrales. On n’y trouve pas l’expropriation des banques ni du secteur énergétique (demander « UNE banque publique » et « UN secteur public de l’énergie », ce n’est pas la même chose qu’exproprier le capital). On n’y trouve pas non plus la suppression des productions nuisibles ou inutiles. Pas de révocabilité des élu.e.s, pas de suppression des 16 milliards de cadeaux accordés aux patrons sous forme de réductions de cotisations sociales, pas de nationalisation du secteur pharmaceutique, pas d’élargissement du droit de vote et d’éligibilité, pas de décentralisation, pas d’assemblée constituante ni de république, pas de liberté de circulation et d’installation…Autant de mesures qui font partie de notre programme de transition anticapitaliste.

Plus inquiétant : le PTB cultive une ambiguïté par rapport aux traités européens et à l’euro. Il évoque bien un droit à la désobéissance aux règles européennes mais ne dit rien de ce qui serait nécessaire au cas où l’UE souhaiterait briser un gouvernement anti-austérité. En plus, le PTB tente régulièrement de coller à l’opinion qu’il considère comme dominante dans son électorat, sur des questions qui ont trait à l’autorité et à la répression : son abstention sur la déchéance de nationalité, son soutien à des mesures «antiterroristes» et aux moyens policiers en général, l’exclusion de Christian Panier suite à son accueil de Michèle Martin, la condamnation de Tanguy Fourez suite à son altercation avec un commissaire de police, l’absence de revendication telle que le désarmement de la police, ou le peu d’attention accordée par les porte-parole du PTB sur les questions féministes et antiracistes par exemple…tous ces éléments indiquent un malaise dans le PTB sur ces questions. Enfin, le PTB n’a pas rompu avec sa complaisance avec des régimes dictatoriaux, criminels, voire coupables de crimes contre l’humanité, tels que la Syrie des Assad, la Russie de Poutine ou le Nicaragua de Daniel Ortega. A cet égard, il est pour nous indéfendable que le PTB ait choisi Marc Botenga comme tête de liste francophone aux élections européennes, alors qu’il a longtemps été la plume du PTB dans des articles justifiant les actions de ces régimes ou reprenant quasiment au mot près leur propagande de guerre, et Nabil Boukili comme deuxième effectif à la Chambre à Bruxelles, lui qui a participé à un voyage de soutien au régime syrien en 2012.

Finalement, nous savons parfaitement que le programme social anti-austérité du PTB reste inacceptable pour la classe capitaliste, plus combatif et cohérent que le programme du PS et des Verts, et qu’il comprend une série de mesures très positives, comme la réduction collective du temps de travail, la taxe des millionnaires, le retour de la pension à 65 ans, l’interdiction des licenciements collectifs pour des entreprises qui font des bénéfices, l’audit de la dette publique, la sortie du nucléaire et de l’OTAN, etc. Pour toutes ces raisons, nous appelons donc à choisir le 26 mai des candidat.e.s du PTB impliqué.e.s actif.ve.s dans le développement des mouvements sociaux, pour garantir la présence d’une opposition de gauche forte dans les assemblées. Quelques petites listes indépendantes de gauche se présentent en Belgique francophone, mais elles ne constituent pas une alternative politique solide. À Anvers, nous soutenons évidemment notre camarade Peter Veltmans qui se présente comme candidat d’ouverture et 6ème suppléant sur la liste du PVDA où il y défend notre programme et notre approche exposée ici. Il est particulièrement important que la gauche radicale perce aussi en Flandre pour ouvrir un espace et donner de la force à tou.te.s celles et ceux qui luttent au Nord du pays.

Le 26 mai, nous ne serons pas indifférents aux résultats : mettons-nous dans les meilleures conditions pour les nombreuses batailles à venir, pour dépasser les contradictions des organisations réformistes et pour reprendre confiance dans notre force. Les coalitions gouvernementales à venir, même si elles incluent le PS et Ecolo, seront extrêmement corsetées dans une Belgique capitaliste, encadrée en plus par l’euro et les traités européens. Nous appuyons le refus du PTB d’intégrer des coalitions qui ne remettent pas en cause le cadre austéritaire. Mais il est sûr et certain que ni des hypothétiques coalitions PS-Ecolo, ni «renforcer le PTB» dans les assemblées ne sera suffisant pour obtenir un changement de cap radical dans notre société. Or c’est bien l’enjeu politique, titanesque, de la période : élaborer une force collective puissante, par en-bas, de mouvements sociaux convergents, pour transformer le monde de fond en comble et empêcher le pire d’advenir. Construire une alternative de gauche conséquente requiert impérativement d’ancrer la recomposition du champ politique dans la recomposition des mouvements sociaux, afin que les bases militantes – et pas les appareils- donnent le ton, à partir de leur action de terrain. C’est dans cette voie-là que la FGTB de Charleroi et la CNE s’étaient engagées en 2014. La Gauche d’Ouverture était un pas dans cette direction, le PTB a commis une erreur majeure en y mettant fin, et l’avenir montrera qu’il n’y a pas d’autre chemin.

Nous appelons donc les militant.e.s des syndicats, des luttes féministes, antiracistes, LGBTQI+ et écologiques, à tirer la conclusion qui s’impose : il est urgent de s’organiser collectivement, en toute indépendance de notre classe vis-à-vis des institutions et des entreprises, ainsi que des bureaucraties traditionnelles (syndicales et associatives). Il est nécessaire aujourd’hui de construire un pôle anticapitaliste, démocratique et internationaliste. Si nous ne prenons pas cette tâche au sérieux, ni les postures de pureté et d’auto-affirmation identitaire, ni le repli dogmatique, ni la casse minoritaire, ni le seul activisme au coup par coup ne pourront compenser le vide politique. La Gauche anticapitaliste participe sincèrement et respectueusement à cet effort : nos membres jouent un rôle actif dans les luttes féministes, antiracistes, syndical et écologiques. Si vous vous reconnaissez dans cette orientation, n’attendez pas pour nous soutenir, nous rejoindre et militer activement à nos côtés. Pour mettre en action ce travail de fond, prenons exemple sur les luttes climatiques, syndicales, féministes et antifascistes en œuvrant à la construction de fronts sociaux larges, combatifs et en élaborant des pratiques démocratiques, ouvertes et inclusives. Posons les bases de convergences et d’appuis mutuels des différentes luttes, pour frapper fort ensemble et faire basculer le rapport de forces. Nous écrirons bientôt les nouveaux chapitres de l’histoire des luttes pour l’émancipation.»

 

GA.png

 

 

11:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 mai 2019

La campagne en folie (12)

Elections 2019 urnes.jpg

 

Travailleurs détachés :

face au dumping social, osons la rupture !

 

Tribune publiée dans l'hebdo Marianne (20/05/2019)

Marina Mesure (La France Insoumise/France), Marc Botenga (PTB/Belgique), David Wagner (Dei Lenk/GD Luxembourg) et Fabio de Masi (Die Linke/Allemagne).

 

"Le marché unique de l'Union européenne repose aussi sur le dumping social. Pour dynamiser le capitalisme contemporain, plutôt que d'imposer des salaires et normes élevés, la priorité absolue donnée à la libre circulation des services porte à une mise en concurrence généralisée remplaçant des emplois bien payés par des emplois moins bien payés. L’objectif est de faire jouer les énormes différences salariales entre l’Ouest et l’Est pour accroître la concurrence et la productivité. Cette concurrence, gravée dans le marbre des traités, engrange une spirale vers le bas du niveau des salaires, dans un retour inédit vers le XIXe siècle. Un instrument joue un rôle essentiel à cet égard : le travail détaché.

Le dumping social est entre autres le corollaire de la libre circulation des services. Conformément aux traités, les entreprises ont le droit de prester des "services" dans un autre État membre. Pour ce faire, ils peuvent y envoyer temporairement leurs propres travailleurs. C’est ce que l’on appelle le détachement.

Le travail détaché consiste à déplacer temporairement un travailleur de son lieu habituel de travail. Une entreprise bulgare ou une agence d’intérim slovaque peuvent ainsi détacher des maçons, plombiers ou carreleurs bulgares en Belgique ou en France pour une mission temporaire. Sans salaire égal pour un travail égal, les salaires locaux sont mis sous pression. Le dumping social passe aujourd’hui notamment par des différences de salaire brut : les cotisations sociales sont versées dans le pays où est signé le contrat le contrat de travail, plutôt que dans le pays d'exercice du salarié. Le plus souvent les salariés sont détachés de pays dans lesquels ils ne résident pas. Il est donc courant qu’un travailleur roumain soit détaché depuis la Slovénie ou Malte pour venir travailler en France ou en Belgique. Dans ce cas, les travailleurs n’ont aucun regard sur les cotisations sociales payées.

Autant dire que l'arnaque est double. D'un côté, les cotisations sociales sont versées dans un pays de l'Union où elles sont plus faibles que dans le pays d'exercice. A travail égal, les détachés reçoivent un salaire inférieur à leurs collègues, sur la même chaîne de production ou dans le même établissement. De l'autre, les détachés ne touchent même pas la contrepartie de leurs droits. Lorsque le contrat est rédigé dans une langue inconnue et que les droits sont ouverts dans un pays où l'on n'a jamais mis les pieds, il est évident qu'aucune pension de retraite ou d'assurance-maladie ne sera réclamée. Au final, les systèmes de sécurité sociale sont saignés à blanc et les contribuables sont ponctionnés pour alimenter un dumping généralisé. Les taux de profit sont assurés par nos impôts. Pour le plus grand bonheur des pays à bas salaires ? Même pas ! Pour demeurer "compétitive", la Roumanie a supprimé l'année dernière la part patronale des cotisations sociales, diminuant les salaires nets de 11%. Toutes celles et tous ceux qui travaillent ou paient des impôts perdent à ce petit jeu, partout sur le continent.

Le travail détaché est une forme d'emploi extrêmement récente. Suite à l’introduction de la libre circulation des services, elle a été construite au niveau européen à partir de 1996 puis a pris une ampleur immense à la fin des années 2010. De quelques milliers, nous sommes passés à des centaines de milliers de travailleurs détachés en France et en Belgique. Du côté français, le nombre de travailleurs détachés a dépassé la barre symbolique du million en 2017, avec une augmentation spectaculaire de 46% par rapport à l'année précédente. En Belgique, la proportion est encore plus impressionnante, puisque 500 000 travailleurs détachés y exercent. Un tiers des salariés de la construction en Belgique sont des travailleurs détachés ! Au milieu de ces flux de dumping, la nationalité ne joue plus aucun rôle. De nombreux détachés sont des ressortissants du pays concerné ! La 5ème nationalité des travailleurs détachés en France est...française ! Ils ont signé un contrat dans un pays tiers pour travailler, sans verser de cotisations sociales, dans leur pays de résidence... Non content d'attirer les capitaux à blanchir ou à dissimuler, le Luxembourg est aussi, par exemple, une plaque tournante de contrats de détachement intérimaires pour salariés français ou belges.

Face à cette situation alarmante, les syndicats se mobilisent depuis un quart de siècle. Les eurodéputés des partis traditionnels ont-ils de leur côté été à la hauteur, soucieux de protéger les travailleurs du continent ? Pas du tout. En mai 2018, une révision largement insuffisante a été proposée au Parlement européen. En plus d’une avancée en matière de conventions collectives du travail, le "progrès" le plus en vue a été la limitation de la durée du détachement à 18 mois... alors que la durée du détachement ordinaire est de 103 jours en Europe! Les cotisations sociales seront toujours payées dans le pays d’origine. La majorité des élus se sont assurés d'exclure le transport routier de toute réglementation. La nouvelle lex spécialis pour le transport routier est truffée d’’exceptions. Les routiers n’auront quasi jamais droit au même salaire que leurs collègues.

Ne lâchons rien. En 2019, élisons des eurodéputés de combat qui ne lâcheront rien, qui seront avec les travailleurs dans leur lutte. Un règlement est en cours de discussion, le Règlement 883 de coordination des systèmes de sécurité sociale. Deux articles de ce règlement autorisent les employeurs à payer les cotisations dans le pays d'origine du contrat (articles 12 et 13). Nous nous battrons sans répit pour balayer ces articles et en finir avec l'édifice du dumping social européen. D’autant que ces articles ne sont pas conformes au droit international. La France et la Belgique ont notamment ratifié la convention n°97 modifiée de l’Organisation internationale du Travail sur les travailleurs migrants. Depuis, cette convention est toujours en vigueur puisqu’elle n’a jamais été dénoncée. Elle lève toute ambiguïté sur les pratiques de discrimination car son article 6 dispose que l’État s'engage à appliquer une égalité de traitement entre les travailleurs migrants/détachés et les travailleurs locaux notamment sur les prestations de sécurité sociale, "à savoir les dispositions légales relatives aux accidents du travail, aux maladies professionnelles, à la maternité, à la maladie, à la vieillesse et au décès, au chômage et aux charges de famille, ainsi qu'à tout autre risque qui, conformément à la législation nationale, est couvert par un système de sécurité sociale". Cela implique donc que le travailleur détaché devrait pouvoir bénéficier des prestations de sécurité sociale de l’État d’accueil, ce qui rentre en opposition avec l’interprétation actuelle des règlements 883/2004 et 987/2009.

Si dans une Europe des inégalités et de la concurrence, le travail détaché est un problème en tant que tel, une seule solution : soumettre la libre circulation des services à la garantie d’un salaire égal à travail égal et refuser toute discrimination entre salariés selon le pays de signature du contrat. Le droit européen est en contradiction avec le droit international et nous démontrons cette architecture de dumping brique par brique au parlement européen et dans les luttes. C’est notre engagement et celui que nous porterons au Parlement Européen."

 

#####

 

soutien 10.jpg

 

soutien 11.jpg

 

soutien 4.png

 

#####

 

Contre l'Europe du «green washing»

Pour une écologie populaire

 

 

Tribune publiée dans Libération (19/05/2019) et signée par :

Manon Aubry, Leïla Chaibi, Marina Mesure et Sergio Coronado (candidats aux européennes pour la liste La France Insoumise) ; Jean-Luc Mélenchon, Mathilde Panot, Adrien Quatennens, Loïc Prud’homme (députés La France Insoumise)

 

"L’Union européenne ne s’intéresse pas aux questions écologiques. Elle est guidée par un seul principe : assurer avec énergie l’accumulation d’argent pour les plus riches dans le libre marché. Or, ce sont eux qui polluent le plus. Plus de 70% des émissions de CO2 proviennent en effet des cent plus grandes multinationales. Et, toujours, les premières victimes sont les plus pauvres.

Alors que la sixième extinction des espèces est commencée, les répétiteurs de l’idéologie archaïque de l’UE s’arc-boutent sur ce principe. C’est un problème politique majeur. Une espèce sur huit est menacée de disparition à court terme. Nous, les êtres humains, sommes aussi sous le coup de cette menace. Le rapport publié ces jours-ci par l’IPBES est clair : il appelle à un «changement transformateur».

Aucune opération de green washing ne pourra venir à bout de cette réalité incontournable : les coupables sont ceux qui soutiennent le statu quo en matière énergétique, l’agriculture intensive qui détruit le vivant, le libre-échange qui détruit nos milieux de vie et les pesticides qui nous rendent malades. L’Union européenne est un soutien de poids à ces maux.

Au regard de cette réalité, nous sommes surpris de voir certains «écologistes» prétendre que l’Union européenne dans sa forme actuelle est la solution au problème, alors que les traités empêchent pourtant d’investir massivement dans la transition et d’engager la planification écologique. S’opposer aux règles absurdes imposant l’austérité budgétaire et la compétition de tous contre tous est dans leur esprit une faute politique inexcusable. Nous considérons qu’une telle approche relève d’un green washing de nature à tromper les citoyens. A l’occasion des élections européennes du 26 mai, au vu de la gravité des enjeux, nous le disons clairement aux citoyens français : il faut changer d’écologistes.

L’écologie populaire que nous proposons est fondée sur un double constat : d’une part, il faut changer les modes de production et de consommation si nous voulons survivre et cesser de détruire tout ce qui nous entoure ; d’autre part, ce changement est inconcevable dans le cadre, sacralisé par les traités européens, du capitalisme financiarisé.

Un grand plan de rénovation thermique des logements, 100% de production d’énergies renouvelables à horizon 2050, l’investissement massif dans le ferroutage, la construction de nouvelles lignes de train, la réorientation générale de notre modèle agricole : rien de tout cela n’est compatible avec ces règles. La règle des 3% de déficit n’est pas seule en cause. C’est également le saint principe de la concurrence libre et non faussée qu’il faut briser, sans quoi aucun avantage compétitif ne pourra être donné aux productions locales, aucune remise en cause du libre-échange ne sera possible, pas plus que l’interdiction des affichages publicitaires si coûteux en énergie.

Pour pouvoir se déplacer dans de bonnes conditions, avoir accès de droit et de fait à tout ce qui rend la vie possible, il faut sortir de la logique du tout marché instauré par la libre concurrence.

Si nous souhaitons une Union européenne qui établisse l’importance de la puissance publique pour organiser l’adaptation et l’atténuation du désastre écologique, il faut rompre avec ces traités. Il faut rompre avec la logique qui les anime, celle de l’accumulation sans fin et de la cupidité à tout prix. Pour lutter contre ce qui est en train de nous tuer et préparer, en France et en Europe, un changement nécessaire et juste, pour que la règle verte remplace enfin la règle d’or, nous appelons à voter ce 26 mai pour une écologie populaire, représentée par liste de La France Insoumise menée par Manon Aubry."

 

règle verte.jpg

 

 

 

 

 

11:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |