Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 août 2017

Autour d'un centenaire (4)

REVOLUTION...S

 

werth livre.jpgL'histoire de la révolution russe n'est pas l'histoire d'un peuple rassemblé derrière un parti uni pour la conquête du pouvoir et l'édification du socialisme.

En réalité, en pleine guerre mondiale, le régime autocratique de Nicolas II se désagrège et s'effondre, balayé par «une révolution sociale, multiforme et autonome».

C'est la complexité de ce processus que Nicolas Werth tente de nous restituer dans un livre de synthèse [1] .

L'auteur souligne que 1917 découla finalement d'une convergence temporaire entre une volonté politique (celle de Lénine et ses camarades) et une multitude de mouvements contestataires ; et chacun de ceux-ci avait «sa propre temporalité, sa dynamique interne, ses aspirations qui ne sauraient être réduites ni aux slogans bolchéviks ni à l'action politique de ce parti ».

Parmi les différentes expressions de ce «foisonnement», il pointe :

  • Les soldats, majoritairement des paysans sous l'uniforme, épuisés par trois années de conflit meurtrier et qui aspirent à la cessation rapide des hostilités.

  • La paysannerie qui déclenche une vaste «jacquerie» à l'encontre des propriétaires fonciers, bien sûr, mais aussi contre toute ingérence étatique et contre toute emprise de «la ville».

  • Un «mouvement ouvrier» confronté à un patronat intransigeant, qui développe un programme révolutionnaire spécifique articulé autour de mots d'ordre comme «le contrôle ouvrier» et «tout le pouvoir aux soviets».

  • Les nations et les peuples allogènes de l'empire, en voie de disparition, engagés dans un combat pour leur «émancipation».

 

femmes-revolution-russe.jpg

 

Telle est, pour Werth, la toile de fond du «coup d'Etat minutieusement  préparé» qui permit aux Bolcheviks de s'emparer du pouvoir le 25 octobre (7 novembre) 1917.

L'auteur détaille, en huit chapitres rondement menés, les événements et leur épilogue qui furent un véritable coup de tonnerre dans une époque qui n'en manquait pourtant pas.

Pour conclure, il consacre un neuvième et dernier volet aux «débats et controverses» suscités par cette irruption révolutionnaire, prélude au «court vingtième siècle» (Hobsbawm).

Il distingue «trois grands courants interprétatifs» : l'historiographie soviétique, l'historiographie libérale et l'historiographie qualifiée de « révisionniste », qui est apparue dans les années 1960-1970, aux Etats-Unis.

Pour la première, Octobre confirmerait «les lois de l'histoire découvertes par Marx» et traduirait le triomphe d'un parti d'un type nouveau, le parti «léniniste», formation disciplinée, centralisée et monolithique, mobilisée par un seul but : la révolution.

Pour la seconde, Octobre constituerait seulement un «accident malencontreux de l'histoire» dû à des circonstances exceptionnelles.

Pour la troisième, soucieuse d'analyser le processus en «partant d'en-bas», Octobre fut bien un mouvement de masse mais confisqué par une minorité agissante.

On suivrait volontiers l'historien si son propos était moins partiel et partial. Pourquoi oublier d'autres analyses et grilles interprétatives, issues notamment du «mouvement communiste» ou de «la gauche», comme celles des courants «trotskystes» et «libertaires» ?

Ainsi, quand Werth martèle que le Parti Bolchévik n'était pas ce parti homogène et uni vanté par les «historiens soviétiques», mais une formation politique profondément divisée, il se contente -désolé pour l'expression - d'enfoncer une porte ouverte !

lénine 1.jpgIl suffit de lire la monumentale «histoire de la révolution russe» de Léon Trotsky [2] pour s'en convaincre. Un Trotsky qui explique longuement les confrontations internes et la lutte opiniâtre menée par Lénine pour «réarmer le parti».

Werth détaille enfin les différents points de vue concernant « l'échec du gouvernement provisoire » ou la question de « la violence » dans le processus révolutionnaire russe, pour conclure par un coup de chapeau à... François Furet, dénonciateur tardif du «mythe révolutionnaire» -qui trouverait sa source dans la révolution française !-  et féroce pourfendeur du «communisme» [3].

Mais ceci est une autre histoire autour d'une séquence historique qui fait toujours débat, cent ans plus tard...

 

@

 

[1] Werth Nicolas, Les révolutions russes, PUF (Que sais-je ?), Paris 2017.

Agrégé d'histoire et directeur de recherche au CNRS, Werth a participé au fameux et très polémique «Livre noir du communisme» (Laffont, Paris 1997) . Néanmoins, sa contribution à cette édifiante «brique» était plus intéressante que celle d'un Stéphane Courtois, par exemple.

[2] Trotsky Léon, Histoire de la révolution russe, Seuil, Paris, 1950.

[Egalement disponible en poche (2 volumes), toujours au Seuil (Point/Politique en 1967 et Point/Essai en 1995)].

Véritable «chef d'oeuvre de la littérature marxiste», cette volumineuse histoire reste incontournable, même si un siècle plus tard et les progrès de la recherche historique aidant, ce «témoignage» fécond mérite discussion(s).

[3] Furet François, Le passé d'une illusion, Laffont/Calmann-Lévy, Paris, 1995.

Comme beaucoup d'anciens militants staliniens repentis (il quitta le PCF en 1959), Furet fut un féroce détracteur de l'URSS et des pays du «socialisme réellement existant»...

 

12:11 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

12 août 2017

La citation du jour

trotskty1.jpg"L'histoire de la révolution est pour nous, avant tout, le récit d'une irruption violente des masses dans le domaine où se règlent leurs propres destinées"

 

Léon Trotsky

10:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

11 août 2017

Autour d'un centenaire (3)

La révolution russe a 100 ans et c'est évidemment l'occasion pour le monde du livre de ré-éditer une série de textes ou de publier de nouvelles contributions concernant le séisme d'octobre 1917 et ses conséquences sur la trajectoire du XXème siècle.

D'ici la fin de l'année sont donc programmées de nombreuses publications, d'intérêt et de qualité forcément inégaux.

Voici une petite sélection personnelle.

Et pour commencer, le classique de John Reed -10 jours qui ébranlèrent le monde- qui suscite une petite ruée chez les éditeurs. Comme Le Seuil (Points/Histoire) ou les éditions Nada, qui complètent le célèbre récit par une série d'articles de Reed sur la révolution russe, inédits en français.

 

 

reed livre.jpg

reed.jpg

 

De son côté, Libertalia publie le témoignage de Louise Bryant (Six mois rouges en Russie), qui était à l'époque la compagne du journaliste américain. On se souvient qu'elle fut magnifiquement incarnée au grand écran par Diane Keaton dans le beau film de Warren Beatty, Reds (1981).

 

bryant livre.jpg

 

Autre témoignage, celui d'une proche du couple, l'anarchiste Emma Goldman (L'agonie de la révolution). Le synopsis proposé par l'éditeur (Les nuits rouges) indique que « ce livre contient les récits des rencontres d'Emma Goldman avec les dirigeants et militants bolchéviks, ainsi qu'avec les anarchistes persécutés et d'innombrables anonymes rencontrés au cours de ses voyages en Russie soviétique ». De quoi brosser le tableau d'un système qui contenait « en germe le stalinisme ».

 

goldman livre.jpg

 

Albert Mathiez, grand historien de la Révolution française, fut aussi un intellectuel engagé qui s'enthousiasma pour la révolution russe. Les Editions Critiques mettent à la disposition du lecteur 22 articles écrits au fil des événements, des journées de février 1917 jusqu'à la fin de la guerre civile. L'occasion pour l'auteur de développer sa réflexion concernant les analogies avec la grande révolution.

 

mathiez livre.jpg

 

Marylie Markovitch, envoyée spéciale du Petit Journal et correspondante de la Revue des Deux Mondes, était arrivée à Petrograd dès la fin 1915. Elle a sillonné les tranchées et les lignes de front pendant plusieurs mois, avant de revenir dans la capitale de l'empire des tsars. Elle fut un témoin privilégié des événements révolutionnaires et ses principaux articles de l'époque sont ici repris dans une édition de poche (La révolution russe vue par une française, Pocket).

 

markovitch livre.jpg

 

 

Des écrits plus contemporains maintenant. Viennent de paraître ou sont annoncés dans les prochaines semaines :

* Roger Martelli, 1917-2017, Que reste-t-il de l'octobre russe ?, Editions du Croquant.

[Synopsis. On dit parfois que le XXe siècle est né deux fois, en 1914 avec le déclenchement du premier conflit mondial, en 1917 avec la révolution russe d'octobre. L'événement révolutionnaire a toujours déchaîné les passions, modèle pour les uns, repoussoir pour les autres. Quand s'effondre le système soviétique il semble que la parenthèse ouverte en 1917 est définitivement refermée. Le capitalisme a triomphé du communisme ; l'Histoire est finie. Cent ans après l'événement, les passions sont retombées. Avec l'ouverture des archives russes, l'historiographie s'est faite plus sereine, mais les interprétations n'en sont pas pour autant uniformes. Quant à la « fin de l'histoire », elle a buté sur les nouvelles conflictualités et sur la crise d'un système capitaliste désormais financiarisé et mondialisé. Les certitudes des années 1990 ont laissé la place aux doutes, aux peurs, aux ressentiments. L'événement « Octobre 1917 » a trop marqué l'histoire d'un siècle pour l'on puisse se dispenser de revenir sur lui. On ne le racontera pas ici dans le détail, ce que font à merveille de nombreux livres érudits et passionnants. En revanche, on s'interrogera sur la trajectoire qui, en quelques années, fait passer de la grande espérance révolutionnaire à un système de pente totalitaire et, pour un temps, enfoncé dans une sanglante terreur. Les vieilles questions restent sur la table. Les terribles dérapages des années de pouvoir stalinien sont-elles ou non la conséquence prévisible du projet révolutionnaire lui-même ? Le stalinisme, à certains égards, n'est-il pas contenu tout entier dans le léninisme ? Le système soviétique était-il réformable ? Pouvait-il s'adapter, s'humaniser, se moderniser, se démocratiser ? L'impulsion d'Octobre a façonné la réalité du monde au XXe siècle. Elle a bouleversé les sociétés qui ont mis des partis communistes au pouvoir. Elle n'a pas été sans effet sur le monde occidental. Elle a nourri l'imaginaire de ce que l'on appellera le Tiers Monde. Suffit-il aujourd'hui de dire que l'événement longtemps structurant n'est plus désormais qu'un souvenir ? Y a-t-il ou non des héritiers, directs ou indirects ? Existe-t-il un héritage utilisable, par qui et comment ? Au fond, si l'effondrement de l'URSS a refermé une parenthèse, était-ce celle du soviétisme, de la forme communisme dominante au XXe siècle, du communisme en général, de l'anticapitalisme, de la culture de l'alternative ? ]

 

Martelli livre.jpg



* Daniel Bensaid, Octobre 1917, la révolution trahie, Lignes

 

[Synopsis. Les commémorations ne sont pas nécessairement des célébrations. Celles qu'au fil des décennies Daniel Bensaïd a écrites de la Révolution russe d'Octobre 1917 et, qu'entre autres, ce livre réunit, en témoignent, qui ne ménagent pas les critiques nécessaires, lesquelles cependant altèrent moins l'événement considérable que la révolution («temps brisé») elle-même a été, et reste, que sa postérité terrible. On pourrait reprendre mot pour mot, pour ce centième anniversaire de la Révolution russe ceux qu'il avait écrits pour le quatre-vingtième : « Un retour critique sur la Révolution russe, à l'occasion et sous prétexte du 80ème anniversaire d'Octobre soulève quantité de questions, d'ordre tant historique que programmatique. L'enjeu est de taille. Il en va ni plus ni moins de l'intelligibilité du siècle qui s'achève, de notre capacité à sauver le passé de l'oubli pour préserver un avenir ouvert à l'agir révolutionnaire, car tous les passés n'ont pas le même avenir. » Que tous les passés n'aient pas le même avenir, ou que l'avenir dépende de ce qu'on fait des passés, a été une constante de l'activité intellectuelle et politique de Daniel Bensaïd, constante que sa lecture de Benjamin a accentuée avec le temps. Les archives s'ouvrant, les révisions abondant (qu'on se souvienne, successivement, de l'opération des dits «nouveaux philosophes» et de celle du Livre noir du communisme, sur lesquels il revient longuement dans les textes que ce livre réunit, et pour les contester), il s'est agi pour lui de distinguer encore et toujours entre l'événement incontestablement révolutionnaire qu'aura été Octobre (pas le coup d'État auquel on voudrait le réduire), et la postérité contre-révolutionnaire bureaucratique et stalinienne avec laquelle on s'emploie à le confondre, pour des raisons qui doivent moins au travail de l'historien qu'à celui de l'idéologue : «En ces temps de contre-réforme et de réaction, rien d'étonnant à ce que les noms de Lénine et de Trotski deviennent aussi imprononçables que le furent ceux de Robespierre ou de Saint Just sous la Restauration. » Les temps sont toujours à la contre-réforme et à la réaction, qui se veulent sourds à ce que Arendt disait de la Révolution : « vrai événement, dont la portée ne dépend pas de la victoire ou de la défaite. »]

 

bensaid livre.jpg

 

A noter, pour rester dans la mouvance « trotskyste », l'annonce de la parution, en septembre, d'un ouvrage d'Olivier Besancenot (porte-parole du NPA) : Que faire de 1917 ?, Ed. Autrement.

 

 

cavalerie_rouge-30d92.gif

 

* Nicolas Werth, Les révolutions russes, PUF (Que sais-je ?)

 

[Synopsis. Russie, février 1917. L'économie est au plus mal. L'inégalité dans la distribution de la terre nourrit la grogne. Les grèves se multiplient. Le pays s'enlise dans la Grande Guerre. Nicolas II est au front. Le pouvoir semble impuissant et vacant. Lasse d'une autocratie d'un autre temps, une poignée de révolutionnaires, au milieu des insurrections de Petrograd, organise un comité exécutif (le Soviet) et, après un compromis avec le Comité provisoire libéral, balaie en quelques jours le régime tsariste, pourtant pluriséculaire. Les fiançailles sont de courte durée : en octobre, les bolcheviks, sous la férule de Lénine, prennent le palais d'Hiver et s'emparent du pouvoir, instaurant le régime communiste. Ce sont ces événements de l'année 1917 que raconte avec passion Nicolas Werth. Dépassant le clivage entre les historiographies soviétique et libérale, il s'attache à analyser non pas une seule révolution politique, mais une multiplicité de révolutions sociales et nationales.]

 

werth livre.jpg

 

 

* Moshe Lewin, Russie/URSS/Russie, Syllepse

[Synopsis. Les textes réunis sous le titre Russie/URSS/Russie couvrent toute l'histoire de l'URSS, de la révolution de 1917 jusqu'à l'effondrement du système en 1991. Il met à mal nombre de clichés et d'idées reçues, mais aussi certaines doxa qui font l'économie d'une véritable analyse de ce qu'a été le régime issu de la Révolution d'octobre. La formulation de Moshe Lewin est brutale : « Un système barbare construit sur les ruines d'un grand idéal émancipateur. » Il ajoute que la Révolution d'octobre n'a pas ouvert une ère nouvelle dans l'histoire de l'humanité, mais correspond au pas- sage complexe et mouvementé d'une Russie pré-capitaliste à une Russie capitaliste. L'effondrement du régime s'explique, selon lui, par l'accumulation des contradictions internes qu'un pouvoir archaïque et fossilisé était incapable de gérer, alors même que la société soviétique était désormais en majorité urbaine et éduquée. Le titre Russie/URSS/Russie souligne qu'on ne peut comprendre ce qu'été le «phénomène soviétique» qu'en analysant les discontinuités mais surtout les continuités entre la Russie d'avant la révolution et l'URSS. Moshe Lewin insiste sur le fait que le poids de la Russie paysanne se fait sentir jusqu'au milieu des années 1960. Il insiste sur la place du chauvinisme grand-russe comme composante essentielle de l'idéologie du régime : au début des années 1920, Lénine dénonce en Staline un de ses représentants (cf. Le Dernier combat de Lénine, Syllepse) ; au lendemain de 1945, lorsque Staline célèbre la « grande et sainte Russie » ; dans les années 1960, quand le régime commence son déclin, le nationalisme grand-russe pénètre toutes les instances de l'État et du parti ; enfin, dans la Russie post-soviétique le secrétaire du Parti communiste se déclare « russe par le coeur et par le sang ». Enfin, l'auteur déconstruit l'assimilation de l'URSS au «communisme» paradoxalement partagée et par les adversaires du communisme et par les nostalgiques du système qui persistent à célébrer les mérites de Staline. Une telle identification permet de proclamer que la fin de l'URSS signifierait la « fin du communisme ». Alors que certains, au prétexte que l'histoire aurait mal tourné, souhaitent déchirer la page, le livre de Moshe Lewin fournit un éclairage sur ce « continent disparu » et contribue à donner à l'URSS sa vraie place dans la réflexion sur la révolution et le socialisme aujourd'hui.]

 

Lewin livre.jpg

 



* David Mandel, Les soviets de Petrograd, Syllepse

[Synopsis. Images d'Épinal de la révolution russe de 1917, les soviets restent encore mal connus. Comment sont-ils nés ? Qui en faisaient partie ? Quels étaient leurs rôles ? Que voulaient-ils ? David Mandel nous propose de lever un voile de l'histoire de cette expérience inédite du 20 e siècle qui suscite de nombreuses controverses. Nés de la volonté des ouvriers, dans une situation de guerre et marasme économique aiguë, de vouloir contrôler la production contre le sabotage des patrons, ils se sont vite heurtés à leur hostilité ainsi qu'à celle du gouvernement provisoire de Kerensky qui, selon eux, mois après mois, trahissait la révolution démocratique de février. Sur ce chemin, presque contre leur volonté, ils sont conduits ou forcés à prendre de plus de responsabilités dans la gestion des entreprises et du pays et, au bout du compte, à se poser, au paroxysme de la crise sociale et politique et militaire, en alternative d'un appareil d'État déliquescent. Ils suivront un chemin hésitant qui conduira à la crise révolutionnaire d'octobre 1917, avec le mot d'ordre bolchevique « Tout le pouvoir aux soviets ». Le 26 septembre 1917, le soviet de Petrograd, précédemment à majorité menchevique, se rallie aux bolcheviques, et Trotsky est élu à sa présidence. La révolution d'Octobre fait ses premiers pas et les soviets des ouvriers, des soldats et des paysans en sont désormais l'épicentre. Un nouvel avenir s'écrit. David Mandel nous raconte cette longue année historique de 1917 vue d'en bas dans les usines et les villages, mais aussi dans les casernes. Si son ouvrage se concentre sur les ouvriers de Petrograd, fer de lance de la révolution, notamment en nous proposant une radiographie sociale et culturelle de cette classe ouvrière russe ébullition, il prolonge son analyse à toute la Russie notamment à la vaste paysannerie russe qui, elle aussi, se dote de soviets. Il appuie ses analyses sur de nombreux témoignages des acteurs de l'époque, notamment ceux d'éléments hostiles à la révolution et ceux de mencheviques. Les soviets de Petrograd nous propose donc de suivre pas à pas la construction d'une émancipation et d'une nouvelle démocratie, avec ses contradictions et ses difficultés. Portée par les damnés de la terre, la révolution des soviets a ouvert un immense arc d'espérances dans le monde avant que la contre-révolution stalinienne ne vienne le saccager et le détruire.]

 

mandel david livre.jpg



* China Miéville, Octobre, un récit de la révolution russe, Ed. Amsterdam

 

[Synopsis. Avec Octobre, le romancier China Miéville entreprend de raconter le moment décisif que fut la Révolution russe, à l’occasion de son centenaire. En février 1917, la Russie était une monarchie autocratique et arriérée, enlisée dans la guerre ; au mois d’octobre, après deux révolutions, elle devient le premier État ouvrier, à l’avant-garde d’une révolution mondiale. Comment un tel bouleversement a-t-il pu s’accomplir ? Adoptant une perspective panoramique, couvrant aussi bien les grandes villes, Saint-Pétersbourg et Moscou, que les petits villages les plus reculés du tentaculaire empire russe, Miéville nous plonge dans le torrent des événements dont il restitue admirablement la passion, le drame, la contingence et l’étrangeté. Ainsi parvient-il à rendre sensible et présente cette révolution à des lecteurs qui, aujourd’hui, ne la connaissent pas bien ou pas du tout. « Cette révolution fut celle de la Russie, mais elle appartenait aussi, et continue d’appartenir, à d’autres. Elle pourrait être nôtre. Si ses phrases restent inachevées, c’est à nous qu’il incombe de les finir. »]

 

mieville livre octobre.jpg