Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 décembre 2021

JLM 2022 (4)

 

resistance.jpgZemmour est une menace, mais il ne doit pas faire oublier Le Pen ! Ni les autres droites en voie d’extrême radicalisation, à l’instar des candidat(e)s à la «primaire» des Républicains (LR).

Il est vrai que le «quinquennat Macron», et ceux qui l’ont précédé, avec leurs mesures de désagrégation démocratique, de destruction sociale, d’impéritie environnementale, sur fond de crises multiples et de désarroi généralisé, ont favorisé une «extrême-droitisation» de la vie politique hexagonale.

Face à une «bête immonde» aussi décomplexée, la lutte, la résistance et la dénonciation sont certes indispensables.

Mais il ne suffit pas de crier ou de manifester «contre», ce qui ne convainc finalement que… les convaincus. Il est surtout indispensable d’être «pour», en défendant un projet alternatif de changement de société et en s’efforçant de persuader le plus grand nombre de sa pertinence. AEC.jpg

C’est ce que propose le programme de La France Insoumise, l’Avenir en Commun !

Dans une campagne électorale où les grands médias relaient de manière ininterrompue les thématiques sécuritaires ou migratoires, et où ils déroulent le tapis brun devant toutes les figures politiciennes les plus réactionnaires, cette démarche des Insoumis et de leur candidat visant à présenter prioritairement une «vision du monde pour le futur», qui ne se réduit pas à quelques propositions opportunistes éparses, détonne à cinq mois du premier tour de la présidentielle.

Alors qu’une élection devrait être un moment privilégié de débats approfondis, projet politique contre projet politique, force est de constater que pour la majorité des prétendant(e)s, tout se résume à quelques petites phrases assassines, à des positionnements de circonstance, à des postures destinées à flatter les «bas instincts» supposés de l’électorat.

C’est le mérite de Jean-Luc Mélenchon de toujours vouloir s’adresser à l’intelligence collective, de développer inlassablement les réponses programmatiques avancées pour relever les défis et enjeux de notre époque, de mobiliser les énergies pour la construction d’une «société d’entraide ayant pour but l’harmonie des êtres humains entre eux et avec la nature» …

Mélenchon, président !

 

jlm essedec.jpg

14:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 novembre 2021

COLÈRE CONTRE L'AUTORITARISME SANITAIRE

 

LA NATURE A HORREUR DU VIDE.

LA POLITIQUE AUSSI.

L’EXTREME-DROITE OCCUPE LA RUE QUAND LES "GAUCHES" LA DESERTENT !

 

EjOCKkiWoAAK1PI.jpg

 

La ’’grande presse’’ commente largement ce qu’elle appelle un ’’durcissement des protestations contre les mesures anti-covid’’. En mélangeant tout et son contraire, au même titre que les innombrables commentaires sur les ’’réseaux sociaux’’ qui traduisent un véritable désarroi face à une situation il est vrai déconcertante. Quelques réflexions.

 

  1. Dans une ’’démocratie’’ et dans un ’’Etat de droit’’ peuvent être sanctionnées les personnes qui ne respectent pas la loi et les règles qui en découlent. Nous ne sommes pas dans un tel cas de figure ici : les ’’non-vaccinés’’ ne bafouent aucune disposition légale ; ils font simplement usage d’une liberté qui leur est accordée.
  2. Ce sont les gouvernements et leurs majorités politiques qui refusent de légiférer au sujet de ’’l’obligation vaccinale’’. Il ne s’agit nullement d’une décision prise par je ne sais quels ’’Illuminatis’’ ni quels obscurs ’’complotistes’’.
  3. Le présent ’’chaos’’ contribue à fracturer la population et participe à la construction d’une conflictualité exacerbée entre ’’pro-’’ et ’’anti-’’ vaccination. Cette antagonisme entre ’’ceux d’en-bas’’ profite à ’’ceux d’en haut’’ qui peuvent évacuer les débats sur les causes structurelles des pandémies et sur leur propre bilan dans la gestion de cette crise sanitaire !
  4. Les dérives autoritaristes actuelles ne sont pas anodines. Il est étonnant de constater que certains ’’progressistes’’ ne s’en inquiètent guère et parfois même applaudissent des deux mains ! Pourtant, quelle est cette ’’organisation sociale’’ où doivent être exhibés plusieurs fois par jour un ’’laisser-passer’’ (appelé chez nous Covid Safe Ticket) et ses papiers d’identité afin de pouvoir circuler librement, qui pour aller boire un verre dans un café, qui pour aller manger dans un restaurant, qui pour visionner un film dans une salle de cinéma ou assister à un spectacle culturel…, et ainsi de suite ? Quelle est cette ’’organisation sociale’’ qui permet à des citoyen(ne)s de contrôler quotidiennement d’autres citoyen(ne)s pour vérifier s’ils disposent des documents requis ou s’ils respectent les injonctions gouvernementales ? Quelle est cette ’’organisation sociale’’ qui privilégie un mode de décision ’’verticaliste’’, sans concertation aucune avec la ’’société civile’’ et les multiples associations représentatives du plus grand nombre ?
  5. Comment s’étonner, dans ces conditions, de l’existence d’un mécontentement grandissant et d’une montée des oppositions ? Comment être surpris par la multiplication de manifestations diverses et par le recours à des actions musclées de certains groupes, d’extrême-droite notamment, à la recherche d’une légitimité qu’ils pourraient maintenant providentiellement gagner ?
  6. L’essayiste Naomi Klein, dans un épais volume consacré à la ’’stratégie du choc’’, expliquait naguère comment les élites ultra-libérales utilisaient les crises et les catastrophes pour saper les fondements démocratiques des sociétés, et consolider ainsi leur hégémonie politique et idéologique. Elle soulignait l’émergence d’un ’’capitalisme du désastre’’ se donnant les moyens d’affaiblir toute contestation du despotisme du marché et de la logique du profit. Aujourd’hui, le ’’choc pandémique’’ confirme cette analyse. La Covid 19 sert de prétexte à une remise en question de droits et libertés démocratiques essentiels, hélas dans une certaine indifférence de beaucoup, tétanisés par la peur d’un virus.
  7. Les ’’gauches’’ doivent fermement combattre les orientations prétendument protectrices d’exécutifs qui ne se sont jamais réellement préoccupés de la santé des gens. On attend toujours de ces gouvernants des mesures fortes en matière de pollution (qui tuent des millions d'individus dans le monde chaque année !), de recours aux pesticides, ou de la ’’malbouffe’’… Le CST, qui est en réalité un ’’pass’’ autoritaire, incarne la duplicité des dominants. Il ne s’agit pas d’assurer une véritable sécurité sanitaire mais de renforcer le contrôle de la population, un contrôle déjà bien avancé avec certaines modalités de la ’’numérisation’’ de la société.
  8. Renoncer à relever ce défi anti-autoritaire reviendrait à ouvrir une voie royale aux ’’droites’’, parmi lesquelles les plus radicales ! Une erreur qui aurait de lourdes conséquences démocratiques, sociales et politiques…

 

 

258627226_10159312171833346_5034874101293913023_n.jpg

 

PS : Sur les antennes de la RTBF, j'ai entendu ce matin quelqu'un répéter que des malades du cancer ne pouvaient recevoir des traitements adéquats "à cause des non-vaccinés" qui encombraient les soins intensifs ! Voilà comment on divise une population ! Rappelons que les difficultés de l'hôpital sont la conséquence directe des politiques austéritaires des différents gouvernements : politiques de restructurations, de coupes budgétaires, de suppressions de lits et de matériel, qui ont poussé beaucoup de soignants découragés à changer de métier ! Si les moyens nécessaires étaient mis à disposition du secteur hospitalier, plutôt que de galvauder des milliards € pour l'achat de F35 par exemple, aucun "choix" ne devrait être effectué parmi les victimes de pathologies graves ! Décidément, les gouvernants, et celles/ceux qui relaient mécaniquement leurs discours, s'y entendent à merveille pour fracturer toujours plus la société et camoufler ainsi les lourdes responsabilités gouvernementales dans la gestion erratique de cette crise sanitaire ! 

09:06 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

18 novembre 2021

JLM 2022 (3)

AEC 2022.jpg

Le programme L'AVENIR EN COMMUN, réactualisé, est disponible dès aujourd'hui en librairie. Prix de vente : 3 €

 

 

15 novembre 2021

UNE PANDÉMIE D'EMBROUILLAMINI

R.jpgAujourd'hui, la vaccination n'est pas obligatoire et repose sur la volonté de chacun(e).

Dès lors, comment peut-on  –dans un "Etat de droit"–  sanctionner ou pénaliser les personnes qui font usage de la liberté de choix qui leur est accordée ? Si le permis de conduire était facultatif, on réprimerait celles et ceux qui conduisent une voiture sans ce document ?

Il est donc urgent de mettre fin aux atermoiements et à l'hypocrisie des "décideurs".

Ou on légifère sans tarder en faveur de "l'obligation vaccinale", ou l'on cesse immédiatement de "fracturer" la population et de traquer une partie de celle-ci !

Assez de confusion et d'improvisation au jour le jour ! Assez de déclarations qui partent dans tous les sens ! Assez de "Processions d'Echternach" à répétition !  Assez de "verticalisme" et de dérives "despotiques" !

De la clarté et de la cohérence dans la définition d'une ligne de conduite face à la pandémie ! Un "processus de décision", sur cette question ou sur d'autres aspects de la lutte contre la Covid, qui associe la société civile et favorise une participation citoyenne active !

Nous avons besoin de plus de "démocratie" et moins d'"autoritarisme", nous devons revendiquer plus de libertés effectives et moins de contrôle généralisé, si nous voulons éviter de nous réveiller dans une "dystopie" qui aurait pris corps dans notre société...

 

covid 1984.jpg

14:24 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

14 novembre 2021

LE BIDE DE LA COP 26

GT et chiens.jpg
 
Greta Thunberg :
 
"The COP 26 is over. Here’s a brief summary: Blah, blah, blah.
 
But the real work continues outside these halls. And we will never give up, ever.
 
Unless we achieve immediate, drastic, unprecedented, annual emission cuts at the source then that means we’re failing when it comes to this climate crisis.
 
“Small steps in the right direction”, “making some progress” or “winning slowly” equals losing."
 
 
Contrairement aux propos nets de Greta Thunberg, Jean-Pascal van Ypersele (GIEC) ne veut pas parler d'"échec" de la COP 26 !
 
Il n'est pas le seul : Adelaïde Charlier (coordinatrice francophone du mouvement Youth for climate), dans les médias aujourd'hui, tenait un discours assez similaire. Sans oublier, évidemment, ces innombrables "responsables politiques" qui se succèdent devant les caméras pour répandre la bonne parole, un tantinet forcée car le bilan final est loin d'être enthousiasmant, même pour les adeptes de Monsieur Émile Coué.
 
A les en croire, il y aurait donc malgré tout des "motifs de satisfaction", des "signaux" et des "gestes" positifs. Bref, "des pas dans la bonne direction", selon une formule qui a beaucoup de succès après chaque rassemblement de la "diplomatie climatique internationale", depuis près de 30 ans...
 
Mais, problème, COP ou pas COP, de la numéro 0 (Rio) jusqu'à la présente numéro 26 (Glasgow), la situation n'a cessé de se dégrader. Car les belles paroles et les bonnes intentions ne peuvent remplacer des actes !
 
Pourquoi dès lors s'en tenir à cette narration lénifiante ? Parce que ces personnes –quelques unes sans doute de bonne volonté– sont incapables d'imaginer un autre horizon que celui du capitalisme, qu'il s'agirait donc de "verdir".
 
Mais en ne remettant pas en cause fondamentalement ce mode de production, de consommation et d'échange, en refusant d'envisager l'absence d'issue structurelle dans le cadre d'un système mobilisé par la course aux profits et qui sacralise "la concurrence libre et non faussée", ils contribuent à maintenir le monde dans une dangereuse impasse !
 
S'il n'y a rien à attendre des palabres à répétition orchestrées périodiquement par les différents gouvernements, il convient donc aussi de garder une distance critique vis-vis de certains "experts" ou de certaines "figures médiatisées", certes utiles pour dresser un tableau lucide et argumenté de la catastrophe actuelle, mais inaptes à définir une alternative systémique "radicale", c'est-à-dire qui prend les difficultés à la racine.
 
Il n'existe pas d'autre chemin, aussi escarpé soit-il, que celui des mobilisations de masse pour... un projet politique à la hauteur de l'enjeu : l'éco-socialisme !
 

Ecosocialism10.png


23:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

08 novembre 2021

ERNEST MANDEL - UN ENGAGEMENT PERMANENT POUR LA RÉVOLUTION

Ernest Mandel est une figure majeure des "marxismes" du "court" et tumultueux XXème siècle.

Un militant, un internationaliste, un théoricien, certes.

Mais aussi un homme profondément jovial qui avait la camaraderie chevillée au corps, un humaniste révolutionnaire qui se situait dans la tradition des "Lumières", un volontariste qui ne s'arrêtait pas devant les innombrables obstacles dressés par les tenants de l'ordre du Capital !

Un indécrottable "optimiste" ont souvent ajouté avec ironie et condescendance d'aucuns qui sont revenus de tout.

Oui, Ernest était convaincu que l'"émancipation humaine" était un combat de longue haleine qui finirait par triompher. Oui, il considérait le "socialisme/communisme" comme la seule issue à la barbarie de notre époque capitaliste. Oui, il était persuadé que cette "utopie concrète" se matérialiserait à l'avenir. Oui, il avait pleinement confiance dans les mouvements de masse et leurs capacités d'auto-organisation.

Bien sûr, la réalité lui a donné tort jusqu'ici. Bien sûr, l'actuelle "catastrophe écologique" assombrit encore un peu plus le futur des espèces vivantes, parmi lesquelles la nôtre !

Mais à moins de se résigner et d'opter pour un repli individualiste, la lutte reste la seule voie. Même si nos modes d'action et nos objectifs doivent être ajustés en tirant les enseignements du passé, en intégrant  les spécificités du "capitalisme financier globalisé", en assimilant pleinement les répercussions d'une société "numérisée" de contrôle généralisé...

 

¡Hasta la Victoria Siempre!

 

"Ne succombez pas au désespoir, à la résignation, ou au cynisme, face aux terribles épreuves qui nous attendent tous. Ne vous repliez pas sur les «solutions individuelles». N'oubliez jamais l'engagement moral de tous ceux qui se réclament du marxisme : la défense intransigeante des intérêts des exploités et des opprimés à l'échelle mondiale, tout le temps. Ne vous contentez jamais d'activités de pure propagande. N'oubliez jamais l'engagement initial et final de Marx : essayer de commencer à changer le monde."

 

Ernest Mandel, New-York, 11 novembre 1994

 

 

 

 

254418962_2689547651339892_4543494739672304882_n.jpg

 

Parution février 2022 (à commander dès maintenant sur syllepse.net)
 
Né de parents juifs, Ernest Mandel est élevé dans un foyer socialiste de gauche. Il rejoint, en 1939, la petite section belge de la 4e Internationale et participe à la résistance antinazie; il est arrêté par deux fois, s’évade. Arrêté une troisième fois, il est envoyé dans un camp de travail.
 
Après la guerre, il devient un membre influent du mouvement syndical belge. Dans les années 1960, il publie des ouvrages de théorie économique marxiste qui seront édités dans de multiples langues, à des millions d’exemplaires. En 1963, il est exclu du Parti socialiste belge, avec les membres de son aile gauche, et participe alors à la création de la Ligue révolutionnaire des travailleurs. Durant toutes ces années, il est l’un des principaux animateurs de la 4e Internationale et il parcourt le monde dans tous les sens. Il est présent à Cuba où il se lie à Che Guevara. Il est actif dans le soutien au FLN algérien dans sa lutte de libération et aux mouvements de guérilla latino-américains. On le retrouve en Pologne et en Allemagne de l’Est où il entre en contact avec les dissidents.
 
Décédé d’une crise cardiaque en 1995 à Bruxelles, Ernest Mandel a été l’un des intellectuels marxistes anti-staliniens les plus en vue de la seconde moitié du 20e siècle.
 
Ses écrits ont été publiés dans plus de quarante langues. Son dernier ouvrage majeur, Le troisième âge du capitalisme, a eu une large influence sur le renouveau de la pensée marxiste.
 
Pour l’écriture de cette biographie, Jan ­Willem Stutje a eu accès aux archives privées d’Ernest ­Mandel. Il a également interviewé de nombreuses personnalités qu’il a connues. Il raconte ici également les relations entretenues par Ernest Mandel avec des intellectuels de renom, comme Jean-Paul Sartre, Ernst Bloch ou Perry Anderson.
 
La vie d'un révolutionnaire et celle, parfois tragique, de l’homme.
 

Mandel wiaz.jpg

19 octobre 2021

Solidarité

 Après le jugement en première instance, le 23 novembre dernier,  17 syndicalistes à nouveau condamnés par la cour d'appel de Liège pour des faits commis le 19 octobre 2015, lors d'une grève générale contre la politique austéritaire du gouvernement Michel !

Il s'agit d'une remise en cause frontale du droit de grève !

Et derrière le mouvement syndical et ses actions, ce sont tous les mouvements de contestation qui sont menacés !

Ce pays est de plus en plus une "démocratie" de basse  –de très basse– intensité !

La défense des libertés et droits démocratiques reste un combat fondamental au XXIème siècle...

 

131144105_3591092527600497_2336364931321512899_n.jpg

17 octobre 2021

JLM 2022 (2)

 

245884721_253113660162953_6073319724606688037_n.jpg

Parution prévue le 18 novembre 2021

11:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 août 2021

Un "pass" pour l'"Etat fort", impasse pour la démocratie !

240715793_10159532205989559_1070201416797066458_n.jpg

 

 

Ah, cette fameuse "comparaison" avec le permis de conduire qui circule sur Facebook et les "réseaux sociaux", qui est peut-être amusante mais qui est d’abord tout-à-fait foireuse !
 
Pour rappel : personne n'est obligé de conduire une voiture ni contraint d'en acheter une, et l'on peut emprunter les transports en commun, ce qui d'ailleurs est à recommander pour lutter contre le "réchauffement climatique" ! Personne n'est donc forcé de passer un examen pour l'obtention du précieux sésame ! Mais aucun candidat conducteur ne remet en question la nécessité légale de franchir cette étape !
 
Et surtout, et là est l'essentiel dans cette problématique, il ne faut pas exhiber son permis de conduire (et ses papiers d'identité !) pour aller boire un verre dans un bar, pour se rendre au cinéma afin de pouvoir y visionner un film, pour faire ses courses dans un centre commercial, pour monter dans un train ou pour prendre un rendez-vous dans une institution hospitalière !
 
Quant au "pass" dit "sanitaire" , car c'est de cela qu'il s'agit :
 
1. Il est utile de lire ou relire la "stratégie du choc" de Naomi Klein qui démontre comment le capitalisme utilise des crises et désastres pour remettre en cause la démocratie et ses acquis !
 
2. Il faut se garder de banaliser ce "pass", qui a peu à voir avec la lutte contre la pandémie mais beaucoup avec la dérive autoritariste de nos sociétés et la dynamique engagée vers un contrôle total des populations ! Les dystopies littéraires, comme 1984  de George Orwell, se concrétisent progressivement dans notre monde (en tenant compte naturellement des spécificités de notre époque), sans que cela suscite une réelle levée de boucliers, et ce n'est guère rassurant...
 
3. Je suis vacciné (en Belgique) et je dispose du document recommandé. Mais être vacciné ne signifie pas abdiquer tout esprit critique, et pour ma part je ne veux pas vivre dans une société où il faut exhiber tous les jours un code QR et sa carte d'identité pour pouvoir circuler librement (comme en France, aujourd’hui, et probablement chez nous, demain...) !
 
4. La vaccination n'est pas obligatoire actuellement, en Belgique comme dans les autres pays ! Et ce ne fut pas une décision d'obscurs "complotistes" ou des "Illuminatis", mais bien de "nos" gouvernants (et de leurs "experts") ! Il faut être cohérent : à partir du moment où cette vaccination est facultative, à partir du moment où le choix est offert à chacun(e), il n' y a aucune raison de mener une croisade contre celles et ceux qui rejettent le vaccin, il n'y a aucune raison de stigmatiser des gens qui font simplement usage de la liberté qui leur est accordée, et rien n’autorise par conséquent l’édification d’une société fracturée sur cette base ! Celles et ceux qui consacrent de l'énergie à une "chasse aux sorcières" sur les réseaux sociaux, ou dans la vie quotidienne, feraient mieux d'utiliser leur "gnac" pour se mobiliser en faveur de l'obligation vaccinale et d'un changement législatif, ce qui aurait le mérite de la clarté et éviterait toute cette hypocrisie et cette duplicité de la part des différents gouvernements !
 
5. Par ailleurs, on ne peut que noter un paradoxe dans le simulacre de débat "vac/anti-vacc" : les personnes vaccinées sont censées être protégées (en Belgique, plus de 80 % de la population adulte à ce jour !). Dès lors, pourquoi devrions-nous craindre les personnes non-vaccinées qui ne mettent vraiment en danger que les autres personnes qui ont fait le même choix de l'abstention vaccinale, et qui l'assument ?
 
6. Enfin, les "variants" : ceux-ci se développent parce que nous discutons chez nous, dans les pays riches, de la perspective d'une troisième dose, alors que dans les pays pauvres, comme en Afrique par exemple, moins de 1 % de la population a pu avoir accès à une première vaccination ! Toutefois, l'OMS a beau tirer la sonnette d'alarme à ce sujet, l'UE et les USA (derrière des discours de façade) n'en ont cure ! Et puis l'industrie pharmaceutique, qui augmente sans cesse ses prix, s'intéresse uniquement à la demande "solvable", pour gonfler ses bénéfices ! Pas de doute, le capitalisme est aussi une manière (inégalitaire et anti-démocratique) de gérer une pandémie, dont il est entièrement responsable de par la destruction des écosystèmes et des choix productivistes qui "libèrent" des virus de leur milieu naturel et génèrent des "zoonoses" mortifères ...
 
 

236544761_10158838157138439_6007780769990788042_n.jpg

02:20 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 mai 2021

LA COMMUNE DE PARIS - 1871 [XXI]

 

 

186537402_2014162552068034_7113226559819786282_n.jpg

 

06 mai 2021

Mettre fin à l'enfumage gouvernemental autour de la négociation d'un AIP !

 

1. Le gouvernement ne remet pas en question la loi de 1996 et en vertu de son interprétation maintient la possibilité d’une augmentation salariale maximale limitée à 0,4 % sur… 2 ans ! La perspective d'une véritable révision à la hausse du salaire minimum est très vague.
 
2. Le gouvernement propose une "prime" sous la forme d’un "chèque consommation". Une mesure non récurrente pour une valeur qui ne doit pas dépasser 500 € et qui peut être négociée uniquement dans les entreprises qui ont réalisé de "bons résultats" (?), empêchant l’ensemble des travailleurs d’en bénéficier et entretenant ainsi la division au sein du monde du travail.
 
3. Il n’y a pas de cotisations sociales sur ce type de "bonus" et la Sécu se voit une fois de plus privée d’une rentrée financière pourtant indispensable en cette époque de fragilisation du plus grand nombre.
 
4. Comme il ne s’agit pas d’une revalorisation salariale structurelle, cette prime n’aura pas d’effets bénéfiques différés (calcul de l’indexation, du pécule de vacances, de la pension…) tout au long d’une carrière.
 
5. Si la politique salariale reste enfermée dans un carcan strict, il n’en va pas de même des revenus du capital. Les grands discours du premier mai menaçant de s’en prendre aux plantureux dividendes des actionnaires n’étaient que de la poudre de Perlimpinpin destinée à gagner du temps.
 
6. Le discours du  "c’est mieux que rien" est toujours réservé aux travailleurs qui doivent se contenter depuis longtemps de "cacahuètes" alors que les grandes entreprises, les patrons et les actionnaires voient leurs revenus croître de manière permanente.
 
7. Ce type de scénario se répète au fil des années lors de chaque négociation d’un accord interprofessionnel. La concertation sociale est une impasse.
 
8. Sans une véritable mobilisation sociale, aucune réelle modification des rapports de forces n’est envisageable et il restera impossible de "faire bouger les lignes" d’une manière significative. L'heure doit effectivement être aux actions d'ampleur pour des objectifs clairs. Aux déclarations de rejet et aux postures de circonstances doivent succéder des actes forts...
 
 

GG1.jpg

14:39 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 mai 2021

Autour de la pandémie et autour du Premier Mai

Je vois passer des ’’posts’’ (sur Facebook, notamment) d’amis ’’de gauche’’ qui se joignent au choeur des autorités pour stigmatiser la jeunesse qui pourrait (?) se rassembler ce jour au Bois de la Cambre. 

J’ai connu une époque (décidément bien lointaine, ce qui ne me rajeunit pas !) où les ’’anticapitalistes’’ participaient à des manifestations organisées par la bureaucratie syndicale pour des objectifs discutables, parce qu’il existait néanmoins dans ces ’’initiatives’’ une potentielle ’’dynamique’’ dont il fallait pouvoir se saisir avec ses propres perspectives.  

Aujourd’hui, l’éventualité de voir des milliers de jeunes se rassembler (un rassemblement, mais quelle horreur Mon Cher !) est donc critiquée au motif que les ’’organisateurs’’ sont ’’suspects’’ (c’est bien connu, il ne peut y avoir de mouvement sans des ’’manipulateurs’’ qui tirent les ficelles dans la coulisse !). 

Cela me fait penser à une certaine ’’extrême-gauche’’ française qui brocardait les appels à l’action ’’contre l’augmentation des prix des carburants’’ en octobre 2018 circulant sur les réseaux sociaux, car elle y voyait la main menaçante du FN (RN) et du poujadisme. Quelques semaines plus tard, le ’’Mouvement des Gilets Jaunes’’ ainsi lancé s’installait sur les ronds-points et nos experts es révolution durent virer de bord et se rallier précipitamment à la dynamique créée à l’insu de leur plein gré ! 

Le positionnement alambiqué du gauchisme sui generis et de la ’’gauche gestionnaire’’ propres à ’’notre’’ royaume est la meilleure manière d’ouvrir la porte à l’extrême-droite, une porte qu'elle a d’ailleurs largement franchie, notamment en Flandre !  

Ce n’est pas en ignorant, en critiquant vertement ou en combattant des aspirations –somme toute légitimes– d’une partie de la population, jeune ou moins jeune, que l’on gagnera celle-ci à des solutions de rechange aux choix déterminés des dominants. 

Cette frilosité généralisée explique sans doute aussi pourquoi le Premier Mai sera essentiellement organisé chez nous devant des écrans d’ordinateur ou de smartphone (à l’exception notable du PTB et de la FGTB, dans quelques villes) afin de respecter les ’’règles’’, alors que partout en France –par exemple– des centaines de milliers de manifestants seront dans la rue, syndicats et partis côte à côte (certes, ici et là, parfois dans des cortèges séparés, mais ceci est une autre histoire… ). 

Plus globalement, ce qui interpellant dans cette pandémie et sa gestion autoritariste, c’est le positionnement résigné des ’’gauches’’. Depuis 15 mois, les gouvernants prennent des ’’mesures d’exception’’ qui font peu de cas des libertés et droits démocratiques, et depuis 15 mois ces politiques sont acceptées (voire même encouragées !) par maints champions auto-proclamés de la contestation ’’anticapitaliste’’, tétanisés par le coronavirus. Comme s’il n’y avait qu’une réponse possible à l’épidémie, celle du confinement généralisé (enfin presque, les grandes entreprises n’ont jamais été concernées, business oblige !) et celle de l’accumulation sans fin de dispositions liberticides et répressives. 

Je crains que nous subissions longtemps les conséquences de cette sidération et le ’’monde de demain’’ aura décidément de bien sombres couleurs !

 

covid 1984.jpg

 

Chaque décès est un décès de trop et le bilan de la pandémie est lourd, très lourd. C’est indiscutable. Mais chaque victime du cancer, d’une maladie cardio-vasculaire ou de n’importe quelle autre pathologie est également une victime de trop ! Et dans tous les cas, c’est un drame pour les familles et pour les proches. Il ne s’agit donc pas d’établir des comparaisons macabres ni de dresser une hiérarchie des mortalités, il ne s’agit pas de minimiser l’impact mortifère du coronavirus. Il s’agit de comprendre pourquoi il y a instrumentalisation d’un triste bilan.  

Car il y a une publicité ininterrompue de ces  statistiques (exécrables) dues à la Covid-19, alors que les médias et le landerneau politique sont beaucoup plus discrets (euphémisme !) concernant les personnes qui meurent pour tant d’autres motifs sanitaires. Et je ne parle même pas ici des millions de morts de la faim ou des millions de victimes de la pollution dans le monde, chaque année !  

Tout se passe comme s’il était impératif d’entretenir un climat de peur permanent afin qu’une majorité de la population accepte toutes les mesures décrétées ’’en haut’’, même les plus contraignantes, mêmes les plus liberticides. 

Ainsi, depuis 15 mois, les gouvernants ont pu imposer sans grand contrôle démocratique des couvre-feux, des interdictions de rassemblements, la fermeture durable de secteurs entiers de la société  –mais pas les grandes entreprises !–, l’enfermement des familles… et activer dans le même temps un volet répressif ciblant les récalcitrants (amendes, poursuites judiciaires, …), un processus qui a par ailleurs généré des vocations soudaines en matière de délation, renvoyant à une époque que l’on croyait révolue ! 

Et aujourd’hui, Premier Mai, nous voyons des ’’forces de l’ordre’’ (lequel ?) investir des lieux de culture pour verbaliser des  ’’contestataires’’ peu agressifs qui veulent seulement attirer l’attention sur le drame vécu par un secteur indispensable à la vie sociale et à l’équilibre ’’psychique’’ de chacun[e] ! 

Les ’’grands discours’’ sur la possibilité d’améliorer le monde, en tirant les enseignements de cette crise sanitaire, ne sont indéniablement plus qu’un souvenir…

 

12:12 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |