Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 juin 2020

Déconfinement des confinés, épisode 20

102396787_651644542094166_4911388187802206208_n.jpg

 

 

 

Le tête-à-tête amical de Robert Verteneuil avec George-Louis Bouchez pourrait coûter au premier son mandat, selon certains échos.

Nous en saurons plus lundi, paraît-il.

Wait and see

Il est toutefois clair que ce n'est pas en pactisant avec le MR que la FGTB fera avancer ses revendications !

Un parti qui, par ailleurs, n'a jamais caché son hostilité antisyndicale et qui, avec la "Suédoise", s'est attaqué au droit de grève en imposant un système de "service minimum", notamment à la SNCB !

De plus, le Sieur Bouchez fait partie de ces libéraux qui réclament que l'on impose la "personnalité juridique" aux organisations syndicales, afin de pouvoir les sanctionner financièrement en cas d’actions combatives et ainsi les museler un peu plus !

Le "dérapage" de Verteneuil est donc inacceptable même s'il n'est sans doute pas le seul membre de l'appareil ouvert à des compromissions douteuses.

Mais en réalité, ce qui est en cause, et ce qui doit être prioritairement "éjecté", c'est la ligne de la "concertation sociale" pratiquée depuis des décennies, et qui a désarmé les syndicalistes face à l'offensive austéritaire ininterrompue menée par les différents gouvernements gagnés à la croisade néo-libérale !

Et il est douteux qu’un simple changement de casting modifie vraiment cette donne stratégique…

 

mille sabords.jpg

 

Réouverture des frontières : le ministre des affaires étrangères regrette l’inexistence d’une coordination européenne efficace et se plaint d’une "forme de concurrence touristique" entre pays !

Philippe Goffin, membre du MR, semble ainsi découvrir la réalité du capitalisme, qui s’appuie précisément sur la concurrence et la compétition dans la course aux profits contre des rivaux toujours trop nombreux !

Bienvenue dans le "monde du marché libre"

 

mille sabords.jpg

 

Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Antonio Guterres, a demandé ce vendredi à la communauté internationale de changer de cap et de prendre la nature en compte dans ses décisions, afin de "forger un avenir vert" après la pandémie du nouveau Coronavirus.

Bien.

Mais pour atteindre ce but, il faut sortir de l'économie capitaliste de l’extraction fossile qui n'a qu'un seul mobile : l'accumulation maximale de profits ! Et par conséquent, il va falloir affronter les multinationales qui prospèrent grâce à l'exploitation des êtres humains et grâce au pillage des ressources de la terre. Et il faudra également affronter tous les gouvernants qui sont à leur service !

Ce n'est pas gagné !

Une déclaration de l'ONU, de bonnes résolutions ou des pétitions ne suffiront pas pour changer les rapports de force qui sont indispensables à un véritable "changement de cap".

Il faudra surtout de puissantes mobilisations sociales et citoyennes au niveau mondial...

 

 

101746344_143024227387165_893859011571482624_n.jpg

 

_____

 

 

"Nous vivons le temps de la lenteur révolutionnaire"

 

(Dyonis MASCOLO)

 

 

dionys mascolo.jpg

 

04 juin 2020

Déconfinement des confinés, épisode 19

 

Robert Verteneuil et George-Louis Bouchez appellent ensemble à négocier mille sabords.jpg"un nouveau pacte social" !

Mais que va faire Verteneuil dans cette aventure ? Et qu'en pensent les instances et surtout les militantes et les militants de la FGTB ?

Evidemment, la surprise n'est pas totale. Le président de la FGTB est aussi membre du PS, et le 1er mai il s'est affiché spectaculairement avec Paul Magnette et Jean-Pascal Labille, ancien ministre représentant maintenant Solidaris !

Et Il n'aura échappé à personne, même les distraits, que le PS entretient une longue tradition de collaboration avec la droite libérale et gouverne aujourd'hui avec le MR à la Région wallonne et à la Fédération Wallonie-Bruxelles ! Mais de là à envisager un "pacte social" avec Bouchez !

Après la vague du Coronavirus, nous allons subir la vague de la crise sociale dans un contexte de conflagration économique et financière. Le patronat est déjà à l'offensive et exige de nouvelles baisses d'impôts en sa faveur, des sacrifices salariaux supplémentaires et une flexibilité accrue ! Les partis de la défunte "Suédoise", dirigée par Charles Michel, ont largement démontré leur toxicité, qui a notamment coûté très cher aux services publics, à la Sécu et au secteur des soins de santé qui ont dû affronter la tourmente du Covid-19 dans de très mauvaises conditions !

Dès lors, qu'espère "négocier" le dirigeant syndical "socialiste", le poids des chaînes ?  

Toute la stratégie de la "concertation" a été un échec au cours des dernières décennies, qui ont vu déferler sans retenue sur la population un tsunami de mesures austéritaires !

Il est urgent de changer de cap et de prendre appui sur les mobilisations sociales pour imposer une alternative qui réponde réellement aux enjeux politiques, économiques, sociaux et environnementaux de notre époque !

 

 

100750631_3033620416681047_9072213171132956672_o.jpg 

Ce n’est pas en se mettant à table avec le vibrion montois que les syndicats obtiendront un véritable refinancement de la Sécu… Ni le retour de l’âge légal de la retraite à 65 ans, ni la pension minimale à 1.500 €/net, ni le salaire minimum à 14 € net/heure, ni une revalorisation des allocations sociales, ni une réduction généralisée du temps de travail, ni un impôt sur la fortune, ni la justice fiscale, ni la suppression des avantages fiscaux aux entreprises, ni un réel refinancement des services publics, ni la fin de la traque des victimes du chômage et la suppression du statut inique de "cohabitant" !

_____

 

 

"C’est une guerre déclarée entre les Patriciens et les Plébéiens, entre les pays nantis et les pays exploités, entre les riches et les pauvres. Le but de la révolution étant de ramener au but de la société dont on s’est écarté : le bonheur commun"

 

(Gracchus BABEUF)

 

 

babeuf.jpg

03 juin 2020

Déconfinement des confinés, épisode 18

 

mille sabords.jpgLa phase 3 du "déconfinement"  est officiellement engagée ; je laisse les medias ronger leur os hebdomadaire et disserter sur les multiples détails des mesures décidées ce jour.

Ce n’est évidemment pas une surprise, mais il est à noter que le processus en cours ne remet absolument pas en question le "monde d’avant" !

Tout est seulement mis en œuvre pour revenir (progressivement bien sûr, le Coronavirus ne s’est pas volatilisé !) à "la normale".

En d’autres termes, afin que nous retournions toutes et tous produire et consommer exactement comme auparavant, afin que chacun(e) reprenne son boulot (s’il en a un, évidemment !) avec les mêmes exigences de "productivité" et de "flexibilité" (et plus encore, car il faut rattraper le temps et les bénéfices financiers "perdus", n’est-ce pas !), afin que chacun(e) retourne dépenser son argent dans les mêmes magasins pour acheter les mêmes marchandises, afin que chacun(e) retrouve les mêmes "lieux de loisirs", ou  -saison d’été oblige-  afin que chacun(e) prenne les mêmes avions pour les mêmes destinations de vacances dans les mêmes hôtels "all inclusive" !

 On a beau tendre l’oreille, on n’entend pas, dans ces conférences de presse solennelles, les gouvernants évoquer, ne fut-ce que du bout des lèvres, le "réchauffement climatique" ou la "crise écologique globale", qui ont et qui auront pourtant des conséquences bien plus dramatiques encore pour l’espèce humaine que la pandémie du Covid-19 !

D’aucuns diront peut-être que l’on ne change pas d’orientation en un claquement de doigt, qu’il faut attendre un "contexte plus favorable" ou qu’il faut simplement un "gouvernement de plein exercice" (quand et lequel ?)...

Sauf qu’il y a urgence, et une urgence vitale !

 Or, ces trois mois n’ont manifestement pas été mis à profit par les "décideurs" pour engager la moindre réflexion réelle à ce sujet, pour esquisser la moindre piste d’une rupture avec le productivisme et la croissance mortifères, ou pour tirer le moindre enseignement de cette catastrophe sanitaire !

Sans un coup de barre rapide, qui ne viendra de toute façon pas "d’en haut", nous risquons à l’avenir de regretter cette "occasion" manquée…

_____

 

 

"Dans une société raciste, il ne suffit pas d'être non raciste. Nous devons être antiracistes."

 

(Angela DAVIS)

 

 

angela1.jpg

01 juin 2020

Lectures chaudes pour un été annoncé chaud !

Bientôt l’été !

Les vacances !

Pour celles et ceux qui ont l’occasion d’en prendre, ce qui n’est jamais le cas pour une moitié de la population !

Cette année, avec la grave crise sanitaire du Covid-19, ce sera probablement très particulier !

Loin du Sea, Sex and sun ?

Possiblement oui, possiblement non…

Peu importe. Cela reste surtout l’occasion pour beaucoup de bouquiner plus que d’habitude !

Voici quelques suggestions de lecture plutôt… "exigeante" !

Mais pas d'inquiétude, je reviendrai dans quelques jours avec des propositions littéraires estivales plus "légères", pour ne mécontenter personne...

 

SmileyFaceExerciseStressRelieversSqueezeBall-SKUspanitemprop142078-descriptionImage2.jpg

 

 

En 1989, une année marquante dans l’histoire du siècle dernier, paraissait aux Editions Sociales, sous la direction de Gilbert Badia et Jean Mortier, le tome 12 de la  "Correspondance Marx-Engels (janvier 1872-octobre 1874)".

Un ouvrage imprimé à Leipzig, en RDA. Ce fut le dernier d'une entreprise entamée en 1971 !

Aujourd’hui, 31 ans plus tard, dans un autre contexte, est enfin publié le tome 13 !

Avec ce volume de lettres inédites (période allant de 1875 à 1880), les Éditions Sociales reprennent ainsi la publication de cette Correspondance, un des derniers grands éléments du corpus marxien à ne pas avoir été entièrement traduit en français.

On y (re)découvre Marx et Engels au quotidien, à travers des lettres chargées d’anecdotes qui "humanisent" ces deux militants révolutionnaires trop souvent sanctifiés par des "héritiers" en mal de dogmes…

Débats et rivalités internes, problèmes d'organisation, controverses théoriques, mouvements sociaux, bouleversements géopolitiques : tout les intéresse et tout est passé au tamis de leur esprit critique.

Un monument "politico-littéraire" à dévorer en cette période de "déconfinement" accéléré !

 

 

9782353670475-475x500-1.jpg

 

φ

 

Restons avec les auteurs du "Manifeste du Parti Communiste" pour une nouvelle publication de la GEME (Grande Edition Marx Engels) des "Annales franco-allemandes", le projet de Karl Marx et Arnold Ruge tout juste arrivés en France en 1844 après que la "Gazette Rhénane" ait été interdite.

C'est la première fois que ce numéro unique des "Annales franco-allemandes" est publié intégralement .

Il cristallise un projet politique et théorique collectif singulier, celui d’une partie des "Jeunes Hégéliens". Ces intellectuels allemands, disciples critiques de Hegel, cherchent à faire de la philosophie de ce dernier un instrument au service des luttes progressistes dans l’espace intellectuel et politique germanique.

Cette première édition et traduction française intégrale donne à lire dans des traductions et appareils critiques nouveaux les articles de Marx et d’Engels ("Esquisse d’une critique de l’économie politique",  "Sur la question juive" "Introduction de la Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel") ainsi que de tous les contributeurs du numéro (Mikhaïl Bakounine, Ferdinand Cölestin Bernays, Ludwig Feuerbach, Heinrich Heine, Georg Herwegh, Moses Hess, Johann Jacoby, Arnold Ruge).

Introduit par Pauline Clochec, ce volume présente dans toute leur complexité le tournant socialiste et communiste que Marx effectue à Paris.

 

AFA-couv1-642x1024.jpg

 

φ

 

Il y a peu, disparaissait le philosophe Lucien Sève, emporté par le Coronavirus à l’âge de 94 ans !

Ce livre d’entretiens avec son fils Jean et l’un des derniers à avoir été publié de son vivant (en 2018).

En résumé : personne ne peut plus méconnaître que notre mode dominant de production détériore de façon catastrophique les équilibres écologiques de la planète, jusqu'à menacer l'avenir de tous les vivants. Mais on mobilise trop peu l'attention publique sur cet autre fait de même gravité : la détérioration générale des valeurs de la vie humaine civilisée, partout piétinées par les diktats de la rentabilité financière.

L'humanité existera-t-elle encore au XXIIe siècle ? Parer à cette double catastrophe montante exige de changer bien des choses, mais surtout d'en finir sans délai avec sa source profonde : un capitalisme entré en folie sénile qui sacrifie avec une brutalité inouïe la nature et les humains aux exigences insatiables des profiteurs privés. Ce système à bout de course nous conduit tous dans le mur.

Il est donc urgent de lui enlever le volant, et de prendre une autre voie, celle d'un capitalexit, d'une sortie du capitalisme !

Au fil de sept conversations animées entre fils et père, ce livre appelle à retrouver l'audace révolutionnaire, mais de façon tout autre qu'au siècle dernier. Il ne s'agit plus de la révolution d'une classe mais du peuple producteur entier, en sa diversité, et prenant ses affaires en main. Il ne s’agit plus d’une insurrection violente mais d'une conquête pacifique de l'hégémonie en faveur de réformes révolutionnaires changeant d'emblée la vie du grand nombre. Il ne s’agit plus d’une transformation par en haut sous pilotage autoritaire d'un parti vertical, mais d’une appropriation commune, fondée sur l'implication de tous les individus s'auto-organisant horizontalement, en inventant les règles d'une société sans classes et hautement développée.

 

9782843032936-475x500-1.jpg

 

φ

 

Nouvelle édition du désormais classique "Age des Extrêmes" du renommé historien britannique, Eric Hobsbawm.

Cette réédition s’ouvre sur une préface de Serge Halimi : la question révolutionnaire a-t-elle ou n’a-t-elle pas disparu de l’histoire ? Elle inclut également un dossier de presse sur la difficile réception de l’ouvrage en France  -notamment du fait des réticences des Editions Gallimard- et une postface synthétique de Nicolas Chevassus-au-Louis sur ce même aspect.

Dans cette "courte histoire du XXème siècle", l’auteur revient sur quelques amnésies nées de la chute du "Mur de Berlin".

Refusant la vision désespérée d’un siècle réduit à une succession de guerres et de massacres, l’historien rappelle les grandes avancées de l’humanité : non seulement la chute des empires coloniaux, mais aussi les conquêtes sociales issues des luttes ouvrières, ainsi que l’élargissement des droits politiques -dont les progrès sans précédent de l’émancipation des femmes-, et bien sûr les révolutions dans les domaines des sciences, des techniques et des arts.

Synthèse sans équivalent, ce livre s’oppose au pessimisme d’une idéologie de  "la fin de l’histoire" et maintient ouverte les perspectives de changement des rapports sociaux.

 

9782748904079-475x500-1.jpg

 

φ

 

En quelques mois, un virus a contraint le monde entier à interroger ses perspectives. À l’"Ere du Peuple", les individus comme les sociétés sont interdépendants. Conséquence d’une crise écologique globale, le Coronavirus a déclenché une crise sanitaire, économique, démocratique et sociale mondiale.

Comment des sociétés hyperconnectées et par conséquent dépendantes des réseaux font-elles face au Covid-19 ? Comment les politiques néolibérales à l’œuvre depuis des décennies ont-elles détruit les moyens de l’État pour faire face à la pandémie ? Comment se dessine la sortie de crise ? Vivrons-nous un nouveau choc libéral et productiviste comme au lendemain de la crise de 2008 ? Ou les peuples parviendront-ils à imposer la construction d'un "Avenir en commun" ?

Analyse politique d’une situation inédite par Bastien Lachaud, député de La France Insoumise, et sa "cheffe de cabinet", Lucie Kirchner.

 

 

9782491328047-475x500-1.jpg

 

φ

 

L’auteure de cet "abécédaire de l'écologie populaire" (Éditions 2031), formée à Sciences Po Rennes et AgroParisTech, Manon Dervin, est spécialisée en politiques publiques environnementales et bifurcation écologique. Elle a travaillé sur les sujets de biodiversité en administration déconcentrée et auprès d’un opérateur public.

Elle défend une écologie de rupture avec le capitalisme. A contre-courant de la tendance "green-washing", elle considère que l'écologie est l'affaire des peuples.

Confiée aux multinationales, à leur bon vouloir, contre les services publics et suivant des logiques d'austérité budgétaire, l'écologie libérale est, en effet,  au service d'un projet "pour les puissants". Pour la contrer, il faut un projet apte à rassembler les différentes catégories populaires en mal de Liberté, d’Egalité et de Fraternité.

Une précieuse contribution pour aider à cerner les contours d’une "écologie populaire" au sens de favorable, désirable et orchestrée par et pour le peuple !

 

9782491328016-475x500-1.jpg

 

φ

 

Il y a cinquante ans, en mars 1969, alors sur le point de gagner une course en solitaire, le navigateur Bernard Moitessier choisissait de ne pas franchir la ligne d'arrivée et de fuir le consumérisme.

Dans cet essai philosophique et littéraire rédigé à la première personne et empreint de doute salutaire, Corinne Morel Darleux questionne notre quotidien en convoquant les "lucioles" de Pasolini ou les "racines du ciel" de Romain Gary, et propose une alternative radicale : refuser de parvenir et restaurer la dignité du présent pour endiguer le naufrage généralisé.

Élue dans la Drôme, militante écosocialiste, chroniqueuse pour Reporterre, Corinne Morel Darleux suit depuis plus de dix ans les questions climatiques et de défense des écosystèmes.

 

9782377290956-475x500-1.jpg

 

φ

 

Dans la première édition de ce livre, l’astrophysicien Aurélien Barrau disait : "La vie, sur Terre, est en train de mourir. L'ampleur du désastre est à la démesure de notre responsabilité. L'ignorer serait aussi insensé que suicidaire. Plus qu'une transition, je pense qu'il faut une révolution. Et c'est presque une bonne nouvelle".

Dans cette deuxième édition, il complète et affine son propos en analysant la nature des oppositions à la pensée écologique et en suggérant de nouvelles voies de résistance pour dépasser l'immobilisme suicidaire.

 

9782749942636-475x500-1.jpg

 

φ

 

"Changeons le système, pas le climat" : la catastrophe écologique a commencé.

Les capitalistes s'en frottent les mains, prêts à nous vendre leurs fausses solutions. Les « collapsologues » prétendent quant à eux qu'on ne peut rien faire !

Refusant le cynisme des uns et le fatalisme des autres, Daniel Tanuro pose ici les jalons d'une alternative à l'effondrement qui vient : « l'écosocialisme ».

Il analyse la crise du Coronavirus et la manière dont elle annonce des crises encore plus graves qui toutes prennent racine dans la civilisation capitaliste industrielle, ainsi que dans les structures raciales et patriarcales de la "modernité".

Polémiste intarissable, il démonte les promesses intenables du "capitalisme vert" comme les limites du Green New Deal de la "gauche américaine".

Enfin, soucieux de compléter le geste critique par une proposition alternative, Daniel Tanuro esquisse une proposition politique radicale pour conjurer le désastre : "produire moins, transporter moins, partager plus" !

Un deuxième ouvrage de référence pour ce porte-parole de la "Gauche anticapitaliste" ("section belge de la Quatrième Internationale"), après "L’impossible capitalisme vert" publié en 2010.

 

9782845978256-475x500-1.jpg

 

φ

 

Pendant le confinement, depuis son domicile, le turbulent député de La France Insoumise, François Ruffin, a dessiné le monde de demain.

On en était où ? Ah oui. On fonçait vers le gouffre, à vitesse accélérée. La calotte glaciaire fondait, les ours polaires se noyaient, le Mont-Blanc reculait, les oiseaux ne se cachaient même plus pour mourir.

Et soudain, la planète s'arrête. C'est une crise, avec son cortège de drames. Mais c'est aussi une fenêtre. L'occasion d'une bifurcation. La mondialisation, le tout-marché, c'était "une folie", regrette le président. Et on nous le promet : "Il y aura un avant et un après".

L'espoir renaît. La crainte aussi. Car, déjà, tout repart comme avant, de l'avant, et même pire qu'avant…

L'après se mérite. L'après est un champ de bataille. L'après est un combat, contre les forces obscures qui ne renoncent pas. Durant les deux mois de confinement, François Ruffin a animé sa radio-cuisine, "L'An 01".

Il a reçu des milliers d'alertes, et beaucoup d'invités : des infirmières bien sûr, un ambulancier, des auxiliaires de vie, des caissières, un libraire, un cariste de chez Amazon, un ouvrier de chez Valeo, une patronne de bar-tabac, un routier à l'arrêt...

Des intellectuels, également, pour penser ce moment.

En reporter, il passe ici cette crise au scalpel, en dresse un récit vivant. Et, en député, il ouvre des voies pour l'après : sur l'économie, la santé, la démocratie, l'égalité…

 

9791020908797-475x500-1.jpg

 

φ

 

Au départ il s'agit d'un projet, diffusé sur la radio Fréquence Paris Plurielle (106,3 FM).

Au cours de deux séances d'enregistrement en 2007 et 2008, Daniel Bensaid se prête à un exercice radiophonique. Autour de 12 dates, souvent associées à des figures marquantes du mouvement ouvrier, il donne à entendre sa vision des événements : Révolution d'Octobre, Guerre d'Espagne, assassinat de Lumumba, Chili 73, chute du Mur de Berlin...

Ces 12 dates retracent un "court vingtième siècle", avec des choix nécessairement partiels et partiaux. On entend, ou plutôt on lit, certaines des principales analyses qui structurent la pensée de Daniel Bensaïd, mais aussi celle d'une partie de la gauche radicale en ce tout début de 21e siècle.

Dans cet exercice passionnant, Daniel Bensaïd y déploie un récit foisonnant de références et d'expériences personnelles.

Lui, à qui "l'histoire a mordu la nuque", reste capable de nous embarquer avec autant d'érudition que de chaleur dans l'histoire et ses bifurcations pour penser la suite : "on entre dans une nouvelle étape, mais dans cette nouvelle étape, selon une formule qui m'est chère, on recommence par le milieu, on ne recommence pas à zéro ".

Pour poursuivre l'aventure, 10 ans après la disparition du militant philosophe, il a été demandé à certains de ses amis de réagir à ces enregistrements. Entre héritage, dette intellectuelle et politique, ils et elles prennent position :  comment continuer à penser nos luttes pour l'émancipation dans un monde qui a définitivement basculé dans un autre siècle ?

 

 

9782365122436-475x500-1.jpg 

31 mai 2020

Déconfinement des confinés, épisode 17

 

Depuis trois mois, il est beaucoup question de "distanciation sociale" pour désigner la nécessité de garder une distance physique de 1,5 m entre les personnes. Un terme sans doute choisi pour mettre l’accent sur l’indispensable "cohésion" de la société dans la lutte contre un virus pernicieux. Ce serait donc un  "acte de solidarité" entre humains. Pourtant, depuis longtemps, il existe bel et bien une "distance sociale", ou plus exactement "anti-sociale", qui n’a nul besoin d’être  "recommandée" tant elle s’impose dans ce monde :  l’écart entre les détenteurs du capital et la grande majorité qui en est dépossédée ! 

 

100905350_568624307174626_5587586133782429696_o.jpg

 

 

Rentrée généralisée pour les maternelles, primaires et secondaires de l’enseignement. En abandonnant des mesures de sécurité jugées encore obligatoires il y a quelques jours, et qui avaient contraint les écoles à un effort d’adaptation considérable !

Soudainement, il n’y aurait donc plus de risques majeurs : parents et enseignants peuvent dorénavant dormir sur leurs deux oreilles ! Manifestement, les ministres dansent comme les  "experts" sifflent ! Il reste à espérer que l'embardée sanitaire soit évitée...

 

 

100922305_10219984143066454_8878468905807380480_n.jpg

 

 

Le nouveau président du MR aurait un énorme ego. Possible. C’est surtout un homme très à droite à la tête d’un parti de droite, ce qui ne facilitera pas un changement de cap politique des différents gouvernements dans les prochains mois !

 

 

101283408_1426844214182911_8110012974954971136_o.jpg

 

 

Ce n’est apparemment pas l’avis de beaucoup de "décideurs" !

 

95321238_2820050134783952_5647789059737649152_n.jpg

 

 

Pas de confinement du racisme aux Etats-Unis où la police peut tuer impunément, principalement les noirs ! Et le comportement de Trump les encourage plutôt à poursuivre leurs crimes !

 

101480001_1512420832264471_8866519658249846784_n.jpg

 

_____

 

 

"La principale préoccupation de la communauté noire en ce moment n’est pas de savoir si les manifestants se tiennent à un mètre ou deux de distance ou si quelques âmes désespérées volent des T-shirts ou même mettent le feu à un poste de police, mais si leurs fils, leurs maris, leurs frères et leurs pères seront assassinés par des policiers ou des aspirants policiers juste pour avoir fait une promenade, un jogging, une sortie en voiture. Ou si être noir signifie s’abriter chez soi pour le reste de sa vie parce que le virus du racisme qui infecte le pays est plus mortel que le Covid-19."

 

(Kareem ABDUL-JABBAR)

 

 

160825165904-kareem-abdul-jabbar-donald-trump-african-americans-00015109-1024x576.jpg

28 mai 2020

Guy Bedos, 1934-2020

 

"Depuis qu'ils sont au pouvoir, je n'ai jamais rien demandé aux socialistes. Et il faut leur rendre cette justice, je n'ai rien obtenu."

 

 

EZHonRKX0AE4klM.jpg

 

 

"Ca devient difficile d'être de gauche. Surtout quand on n'est pas de droite."

 

 

26 mai 2020

Déconfinement des confinés, épisode 16

 

Pour le scientifique  Yves Van Laethem, porte-parole inter-fédéral, les choses ont changé depuis le début de l’épidémie et le débat sur "un retour généralisé à l’école est donc permis". 

Le 29 juin, peut-être ?  

Que cet "expert", qui change d'avis presque tous les jours, essaie d'abord de retrouver un minimum de cohérence ! 

Portes grandes ouvertes dans les écoles pour tous nos jeunes, alors que nous pouvons rencontrer quatre personnes au grand maximum, que la culture est strictement confinée (cinémas et théâtres), que le secteur de l'Horeca s’impatiente et que nos frontières restent fermées ?  

Comment dire…

 

mille sabords.jpg

 

Selon une note consultée par l’Echo mardi, l’Autorité de protection des données (APD) démonte point par point le projet de loi du gouvernement fédéral sur la gestion des données issues du contact tracing dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus.  

Alexandra Jaspar, présidente, de l’APD, s’y dit  "inquiète et stupéfaite du texte de loi qu’elle a examiné".  

Celui-ci prévoit notamment que le médecin traitant est obligé de communiquer les données de ses patients, ce qui par ailleurs constitue une infraction au secret médical ! 

Ils sont tellement pressés de mettre en oeuvre des projets liberticides qui renforceront encore le contrôle de la population qu'ils en oublient de mettre les formes !  

La dérive "autoritariste" n'a manifestement que faire d'un respect minimum de la "légalité"...

 

mille sabords.jpg

 

Déconfinement agité chez Dier Animal : le parti prioritairement soucieux du bien-être des animaux a exclu sa seule élue au Parlement bruxellois ! 

En cause, apparemment, des divergences politiques et un comportement peu éthique de la députée !  

C’est bête…

 

mille sabords.jpg

 

Des patrons d’hôpitaux estiment que la crise coutera au secteur hospitalier entre 5 et 7 milliards € ! 

Réaction placide de Maggie De Block : "Pas de commentaire. On discute avec les interlocuteurs. Quand on aura quelque chose à annoncer, on l’annoncera !" 

C’est essentiellement l’effondrement du volume d’actes médicaux passés et à venir qui est à l’origine de la situation : sans consultation, pas d’imagerie médicale, pas d’honoraires, pas de remboursement des opérations par l’Inami, pas de marge sur la pharmacie et les implants, alors que les frais fixes, eux, restent...

Un argument de plus qui plaide en faveur d’une Sécurité sociale forte et par conséquent largement refinancée ! 

Cela devrait être l’une des priorités d’un prochain (?) gouvernement et cela impliquerait de rompre avec les dogmes néo-libéraux.

Pas sûr que l’Open-Vld, le MR ou la N-VA applaudissent vraiment !

 

_____

 

"Ne pas pleurer, ne pas railler, ne pas détester, mais comprendre"

 

(Baruch SPINOZA)

 

 

full.jpg

 

 

 

26 mai, les jours d'après (XXVIII)

 

coccinelle-mondes-gotlib-musee-judaisme-exposition.jpg

 

 

Nous avons été voter il y a un an et 365 jours plus tard toujours pas de gouvernement fédéral de plein exercice ! 

Certes, les trois derniers mois ont été rythmés par la pandémie du Covid-19. Toutefois, avant d’être plongé dans cette crise sanitaire, l’immobilisme était grand et l’impasse évidente. De nouvelles élections législatives étaient d’ailleurs l’une des principales issues envisagées ! 

Aujourd’hui, les responsables politiques multiplient les sorties tonitruantes dans la presse. Mais il s’agit essentiellement de bavardages concernant les coalitions possibles et d’éventuelles exclusives contre les uns ou les autres ! Difficile en tout cas de trouver dans toute cette logorrhée quoi que ce soit de précis sur le contenu programmatique qui sera mis en œuvre par une future majorité ! 

Que se cache-t-il donc derrière les grandes déclarations sur la nécessité de "prendre ses responsabilités" ou de "discuter de plans de relance forts" ?  

Nous savons d’où nous venons : des décennies de politiques austéritaires imposées à la population et couplées à une totale inertie face aux enjeux majeurs de notre monde, comme la catastrophe écologique ! 

Inutile de revenir en détails sur l’histoire politique et sociale des 40 dernières années. Rappelons seulement le lourd bilan du dernier Exécutif fédéral, qui s’inscrivait dans une continuité certaine par rapport à ses prédécesseurs : blocage persistant des salaires en vertu de la loi de 1996, saut d’index, âge légal de la retraite relevé à 67 ans, TVA sur l’électricité à 21 % (au lieu de 6 %), passivité devant la fraude fiscale ou la fuite des capitaux, violation des droits humains notamment en matière de politique migratoire, absence de réelles mesures contre le "réchauffement climatique" et… saccage des services publics et de la Sécu, avec les conséquences désastreuses maintenant connues et reconnues -suite à l’irruption du Coronavirus !-  sur le secteur des soins !  

Il s’agit donc maintenant de savoir s’ils poursuivront dans la même voie ou si l’électrochoc sanitaire que nous venons de subir favorisera enfin une rupture avec ce passé décliné sur le thème "du sang et des larmes" ! 

La réponse à cette interrogation ne fait hélas guère de doute, tant les "partis traditionnels" inscrivent leur action dans le cadre d’une gestion résignée du capitalisme.

Nous aurons l’occasion de vérifier rapidement (?) si le PS et Ecolo saisiront cette séquence pour abandonner leur traditionnelle bienveillance vis-à-vis des exigences de "profitabilité" du capital. 

En attendant, il n’est pas difficile d’énumérer des mesures qui signifieraient un début de rupture avec les politiques tristement rituelles de ces dernières décennies. 

Il n’est même pas indispensable de consulter le programme du PTB, il suffit de parcourir les programmes électoraux de ces "partis de gouvernement", ou de reprendre les principales revendications des mouvements sociaux et des organisations syndicales, pour repérer ce qui devrait être mis en œuvre : 

 

  • • Impôt sur la fortune
  • • Eradication de la fraude fiscale
  • • Relations sociales : liberté de négociation en dehors de tout carcan (AIP)
  • • Salaire minimum à 14 €/heure
  • • Revalorisation de toutes les allocations sociales
  • • Minimum de pension à 1.500 €/net
  • • Retour de l’âge légal de la retraite à 65 ans
  • • Refinancement des services publics et de la Sécu
  • • Abandon du statut de "cohabitant" disposition aggravant la pauvreté
  • • Transition énergétique
  • • Régularisation des "sans papiers"
  • • Etc.

 

Nul doute qu’il ne suffira pas de miser sur la bonne volonté des  "représentants du peuple" à la Chambre ou au Sénat !

Sans de solides mobilisations venant d’ "En bas", rien ne changera demain : ni les rapports de force, ni par conséquent les orientations gouvernementales !

 

 

fromage.jpg

 

 

 

10:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 mai 2020

Déconfinement des confinés, épisode 15

99247269_10159892224687627_997942875360591872_o.jpg

 

Toujours le règne de l'incohérence !

On a ré-ouvert les écoles en rassurant élèves, parents et enseignants sur les mesures strictes de sécurité qui seraient prises : groupes réduits, gestes barrière, masques, distanciation physique et ainsi de suite !

De gros efforts de préparation et d'installation ont par ailleurs été réalisés dans les établissements.

Et maintenant, soudainement, les ministres des "entités fédérées" annoncent que l’on pourrait "assouplir" ces règles !

Mais curieusement, ces mêmes enfants/jeunes, dans le cadre familial, ne peuvent toujours voir que quatre personnes en prenant des précautions !

Et pas question évidemment d'aller voir un film ou d'aller au théâtre qui restent fermés jusqu'à nouvel ordre ! Idem pour le secteur de l'Horeca !

Y-a-t-il un pilote dans l'avion gouvernemental ?

 

mille sabords.jpg

 

"L’industrie belge" déplore un manque de respect dans la saga de la livraison de masques.

En cause, la décision (ubuesque) du gouvernement fédéral d’attribuer la commande de 15 millions de masques buccaux à l’étrange société luxembourgeoise Avrox.

Quelqu’un avait parlé de "relocalisation" de l’économie ?

 

mille sabords.jpg

 

"Si la N-VA et le PS voulaient élargir le gouvernement actuel en un gouvernement à part entière, alors mon rêve le plus fou deviendra réalité". C’est ce que le vice-premier ministre Koen Geens a déclaré lundi soir à Terzake.

Voilà donc une figure de proue d'un parti qui rêve "follement" que deux autres partis décident enfin de s'associer au sein d'un gouvernement !

Il devrait proposer au CD&V de se dissoudre et à ses membres de rejoindre la formation de Bart de Wever, histoire de clarifier le paysage politique flamand…

Derrière ces grimaces récurrentes de ce "responsable" connu pour son incapacité à enfiler correctement un masque (et à en fournir à toutes et à tous !), se cache (à peine) le projet de reconduire la "Suédoise" en y ajoutant les socialistes !

Il nous prend sans doute pour des demeurés...

 

 

100973902_10157027429336594_6970131317476294656_n.jpg

 

_____

 

"Ou bien un processus de contrôle des citoyens sur le pouvoir, ou bien un contrôle accru du pouvoir sur les citoyens"

 

(Jean-Luc MELENCHON)

 

 

melenchon lyon.jpg

 

23 mai 2020

Déconfinement des confinés, épisode 14

 

Malgré la reprise de leur activité, la situation reste très difficile dans les commerces non alimentaires, particulièrement du côté de ceux situés dans les centres commerciaux, ressort-il d'un tour d'horizon publié samedi dans les colonnes du Soir.

Pas de quoi verser une larme si la frénésie "sur-consommatrice" reste confinée !

Hélas, cela risque de ne pas durer très longtemps…

 

mille sabords.jpg

 

Sophie Wilmès verrait bien la formation d’une "grande union" pour gouverner le pays !

Une "grande union" ? En clair la défunte "Suédoise" + les socialistes et les écologistes !

Mais pour quel programme, je vous prie ? Car il va falloir faire des choix dans l'après crise sanitaire !

A moins de continuer exactement comme auparavant (austérité, croissance des inégalités, ignorance de la crise écologique...), ce qui devient difficile pour le PS et Ecolo confrontés à la progression ininterrompue du PTB !

Quoique…

 

mille sabords.jpg

 

Une étude, réalisée par les universités de Bruxelles (VUB) et Anvers, confirme une vieille réalité : le centre de gravité politique de la Flandre se situe très à droite, et la "gauche" est très minoritaire :

VB + N-VA + CD&V + Open VLD = 68,3 % !

Groen + SPA + PvDA = 30,3 % !

Les résidus pour les "divers"...

Conséquence : il est impossible de mettre en oeuvre une "politique progressiste" dans le cadre de "l'Etat Belgique", dominé par la Flandre qui est dominée par la droite (et même la droite extrême !).

"Stratégiquement", et plus que jamais, une "alternative de gauche" passe par la concrétisation du "droit (démocratique) à l'autodétermination des peuples", en clair par l'éclatement du cadre étatique (bourgeois) "belge" !

 

mille sabords.jpg

 

En pleine pandémie du Covid-19, Trump envisagerait un essai nucléaire, le premier depuis 1992 pour les USA !

Il en a discuté avec son gouvernement, au sein duquel n’existerait pas  -pour le moment !- de consensus à ce sujet…

Nous vivons une catastrophe écologique sans précédent et d'aucuns continuent à choyer leurs joujoux nucléaires !

Histoire de pouvoir achever l'espèce humaine au cas où la "crise du dérèglement climatique" ne suffirait pas ?

 

mille sabords.jpg

 

"L’invisibilité de la pauvreté"

 

96764276_4015779871795890_5245558491929640960_n.jpg

 

_____

 

 

"La presse quotidienne et le télégraphe qui répand ses inventions en un clin d’œil dans tout le globe fabriquent plus de mythes en un jour qu’on ne pouvait en fabriquer autrefois en un siècle"

 

(Karl MARX)

 

 

marx k.jpg